En bref : Ghana

Un reportage de Berenice : donner des vélos profite aux écolières ghanéennes

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ghana/2008/Asselin
Berenice Akuamoah, reporter pour le Journal numérique à la Voix des jeunes et à Radio UNICEF, interviewe Rahinatu Alhassan, (à gauche), 15 ans, et Sherifatu Zakaria, 16 ans, qui ont toutes les deux reçu à leur école de Tarikpaa au Ghana, une bicyclette financée par l’UNICEF.

NEW YORK, Etats-Unis, le 7 janvier 2009 - dans une grande partie du monde en développement, les jeunes filles sont souvent laissées à la traîne s'agissant de leur éducation. Alors que les fils sont encouragés à aller à l'école et à se débrouiller seuls, nombreuses sont les filles qui constatent que leur éducation est secondaire pour leurs parents, qui luttent pour joindre les deux bouts.

Berenice Akuamoah, 22 ans, reporter pour le Journal numérique à la Voix des jeunes et à Radio UNICEF a grandi au Ghana. Elle a pu constater par elle-même cette négligence, en voyant beaucoup de ses camarades de classe féminins devoir se consacrer aux tâches ménagères avant même de faire leurs devoirs.

Mais les programmes qui encouragent des parents à envoyer leurs enfants l'école - et particulièrement leurs filles - prolifèrent maintenant au Ghana et dans le monde. Bernice a récemment visité un tel projet dans le Nord du Ghana avec le fondateur du projet, l'Ambassadrice de l'UNICEF, Hayley Westenra.

« Des vélos pour le Ghana »
Mme Westenra, âgée de 21 ans, et chanteuse néo-zélandaise de renommée internationale, est l'une des plus jeunes Ambassadrices de bonne volonté de l'UNICEF. Elle était déjà venue au  Ghana une première fois avec l'UNICEF en 2005 pour lancer le programme « Des vélos pour le Ghana », qui donne des bicyclettes aux enfants qui habitent si loin de l'école la plus proche, qu'il leur faudra plus d'une heure pour faire le trajet à pied.

Le programme qui a touché environ 6000 fillettes des communautés rurales défavorisées, les aide à poursuivre leurs études avec régularité et à rentrer à temps à la maison pour finir, tant leurs tâches ménagères que leurs devoirs.

« Dans le Nord du Ghana, la plupart de ces filles, mais aussi les garçons habitent loin de leur école, aussi ces bicyclettes leur permettent de faire le trajet à l’école facilement et de revenir plus tôt à la maison, » explique Berenice.

À l'heure pour apprendre
« Chaque jour, j’arrivais en retard, car je devais finir mon ménage avant de partir pour l'école, » raconte Rahinatu une adolescente de 15 ans bénéficiaire du programme. « La bicyclette m'a donc permis d’arriver à l’heure à l'école. »

Rahinatu ajoute qu’avant de recevoir sa bicyclette, elle manquait l’école deux ou trois fois par semaine.

Mussa Amin, un des enseignants qui collabore à ce projet de bicyclettes, confirme que l’assiduité scolaire était faible avant l’arrivée des vélos.

« L'Absentéisme était vraiment important, » raconte-t-il. « Aussi, après l'obtention des bicyclettes, nous avons été très impressionnés par nos élèves qui maintenant sont ponctuels à l'école et apprennent bien nos enseignements. »


 

 

Audio (en anglais)

Berenice Akuamoah, reporter pour le Journal numérique à la Voix des jeunes et à Radio UNICEF, découvre les bénéfices de la bicyclette pour l’éducation.
AUDIO écouter

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles

La voix des jeunes

Radio UNICEF

Recherche