Géorgie

Informer les enfants des risques posés par les munitions non explosées dans la Géorgie de l'après-guerre

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2009/Degan
Nino Samkharadze, 7 ans, lit une documentation sur les dangers posés par les mines à l'école communale de Kirbali, près de Gori.

Par Guy Degan

KIRBALI, Géorgie, 17 juin 2009 – La vie retourne progressivement à la normale pour la plupart des enfants de l'école communale de Kirbali, près de Gori, à la suite des affrontements d’il y a un an qui ont fait de nombreuses victimes parmi la population civile.

VIDÉO : regarder maintenant

Mais à cause de la guerre, la vie de Soso Khirkheli, un lycéen de 15 ans, a été irrémédiablement changée : sa main gauche a été arrachée alors qu'il manipulait un engin explosif, similaire à une grenade, qu'il avait trouvé dans un caniveau à proximité de son école.

Soso avait ramené l'engin dans sa classe. Il avait senti que celui-ci était chaud et il était sorti pour le jeter. L'engin a explosé juste au moment où il le tirait de sa poche.
 
« Je ne savais pas ce que c'était. Si j'avais su, je ne l'aurais pas ramassé. Je l'ai ramassé, comme les autres. Je ne savais pas ce que c'était, » dit Soso.

Soso n'est pas la seule victime. Plusieurs enfants ont perdu des membres dans le district de Shida Kartli, près de Gori.
 
Comprendre les risques

L'UNICEF travaille en étroite collaboration avec le Halo Trust et le ministère géorgien de l'Éducation pour veiller à ce que les enfants comprennent les risques posés par les munitions non explosées, qu'ils soient capables de reconnaître les signes suspects et sachent quoi faire s'ils voient un objet qui paraît dangereux.

Le programme d'information de l'UNICEF sur les risques posés par les mines a pour but de faire connaître à près de 50 000 jeunes de la région de Gori les risques encourus dans les zones touchées par le conflit. Une documentation spéciale est actuellement disponible dans les écoles et les enfants peuvent rapporter ces documents chez eux et les montrer à leurs familles.  

« Avec un minimum d'intervention auprès des enseignants, en leur donnant les connaissances de base pour informer les enfants et grâce à d'autres méthodes comme des animations et des activités adaptées aux enfants, nous pouvons nous assurer que les enfants sont mis au fait des risques qui se posent, » affirme Benjamin Perks, le Représentant adjoint de l'UNICEF en Géorgie.

Risques pour la population locale

Dans un verger situé près du village de Brotsleti, des équipes de déminage du Halo Trust accomplissent le long et méticuleux travail d'enlèvement de munitions non explosées comme les bombes à sous-munitions qui posent des risques mortels.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2009/Degan
Soso Khirkheli a perdu sa main alors qu'il manipulait un engin explosif remontant aux combats de l'an dernier.

Il faudra probablement pas mal de temps pour éliminer dans la région les explosifs hérités de la guerre.

Un spécialiste du déminage du Halo Trust, Nick Smart, affirme qu'il est important que les enfants soient informés des risques posés par les munitions non explosées comme les bombes à sous-munitions.

« Il ne faut pas les toucher et ce ne sont pas des jouets. Vous pouvez voir que nous avons ici des terrains agricoles, des gens vont y travailler et s'ils ne savent rien de ces objets alors, évidemment, cela va être dangereux, » dit-il.

Droit à la prise en charge et à la protection

Tous les enfants touchés par un conflit armés ont un droit à la protection et à la prise en charge.

Avant de perdre sa main, Soso aimait le sport, la boxe en particulier. Il espère que d’une manière ou d’une autre, il sera capable à l'avenir de continuer à boxer. Pour l'heure, il est reconnaissant d'avoir survécu à l'accident avec la grenade et de n'avoir blessé aucun de ses camarades de classe. « Tout le monde a vu ce qui m'est arrivé. Je ne souhaite à personne d'être à ma place et je dis à mes camarades de ne pas toucher à ces objets et de se souvenir de ce qui m'est arrivé. »

L'UNICEF poursuivra sa collaboration avec le ministère géorgien de l'Éducation pour que les enfants des zones touchées par la guerre ne deviennent pas victimes des explosifs et des mines terrestres hérités de la guerre.


 

 

Vidéo (en anglais)

Le reportage du correspondant de l'UNICEF Guy Degan sur les munitions non explosées, un legs dangereux du conflit armé de l'an dernier en Géorgie.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche