Géorgie

Une campagne de sensibilisation au danger de la grippe aviaire dans les écoles de Géorgie

Image de l'UNICEF
© Georgia MoE/2007
Les élèves des écoles de Géorgie écrivent un livret sur la grippe aviaire durant une campagne de deux jours visant à sensibiliser les jeunes à la maladie

Par Maya Kurtsikidze

TBILISI, Géorgie, 3 mai 2007 – Les élèves de la République de Géorgie ont bénéficié de deux jours de formation sur la grippe aviaire pour leur faire prendre  conscience du rôle qu’ils peuvent jouer pour se protéger, eux et leurs camarades, contre le virus. 

La campagne a été entreprise par le Ministère de l’éducation et des sciences et le Centre national de programme d’études et d’évaluation, avec le soutien de l’UNICEF.

Les écoles du pays entier ont participé à cet effort, en donnant des cours sur les dangers de la grippe aviaire, ses symptômes et les moyens d’éviter la propagation. Les écoles ont reçu des colis éducatifs sur la grippe aviaire comprenant des brochures pour les professeurs, des plans de leçons, des calendriers et des affiches.

Pendant leurs cours, les enfants ont dessiné des images montrant les risques de la grippe aviaire. Ces dessins ont fait l’objet d’une exposition en fin de campagne.

« J’avais quelques notions sur la grippe aviaire grâce à la télé, mais grâce à l’école, j’en sais beaucoup plus », affirme Mari Bajiashvili, 12 ans, de Koda, près de la capitale Tbilissi.

« J’ai appris que nous ne devions pas toucher les oiseaux qui sont tombés et qu’il fallait se laver les mains très souvent. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Georgia/2007/Klimchuk
Une jeune fille fait une démonstration sur les mesures de prévention de la grippe aviaire dans une classe de Koda, près de la capitale de la Géorgie.

Des chaînes d’information

Une étude demandée par l’UNICEF avant le début de la campagne montrait  que la jeunesse de Géorgie connaissait mal les mesures de prévention qui sont efficaces contre la grippe aviaire.

L’étude de l’UNICEF a également révélé que les enfants géorgiens avaient peu de notions des pratiques d’hygiène personnelle, le moyen d’éviter la grippe aviaire. Selon l’étude, seulement 5,5 pour cent des enfants âgés de 6 à 11 ans, et 9,1 pour cent de ceux âgés de 12 à 16 ans, se lavent les mains après avoir été en contact avec la volaille. Si on ne la corrige pas, cette attitude risque de favoriser la propagation de la maladie.

« Les enfants sont la meilleure chaîne de transmission de l’information parce que l’information qu’ils tiennent de l’école, ils vont la rapporter chez eux et ils feront passer ainsi les messages, » a dit Giovanna Barberis, Représentante de l’UNICEF en Géorgie. 

L’UNICEF va continuer son travail de sensibilisation au sein des enfants par le biais d’interventions éducatives formelles et informelles. Au cours de l’été, par exemple, des ateliers d’art dramatique sur le thème des dangers de la grippe aviaire seront mis en place dans les régions à haut risque.


 

 

Vidéo (en anglais)

Avril 2007:
Anwulika Okafor, correspondante de l’UNICEF, enquête sur la campagne organisée dans les écoles de Géorgie pour améliorer la sensibilisation au problème de la grippe aviaire.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche