Éthiopie

En Éthiopie, un important programme utilisant des agents sanitaires a permis de réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays

En Éthiopie, un important programme utilisant des agents sanitaires a permis de réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays  Regarder dans RealPlayer

 

Le Rapport de situation 2013 S'engager pour la survie de l'enfant: une promesse renouvelée, montre que d'importants progrès ont été réalisés dans la réduction de la mortalité de l’enfant dans toutes les régions du monde et à tous les niveaux de revenu national. Néanmoins, il faudra progresser encore davantage pour que le monde puisse atteindre l'Objectif du Millénaire pour le développement no. 4 - réduire la mortalité des enfants de moins 5 ans des deux tiers d'ici 2015. La série présentée sur le site Web de l'UNICEF sur Une promesse renouvelée est axée sur certains des programmes les plus efficaces et les plus novateurs, des programmes qui ont contribué à sauver la vie de millions d'enfants à travers le monde.

Les efforts pour déployer des agents de santé dans les parties les plus reculées du pays a aidé le pays réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays.

Le ministère de la Santé de la République fédérale démocratique d'Éthiopie et l'UNICEF ont annoncé aujourd'hui que l'Ethiopie a réduit son taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans de deux tiers entre 1990 et 2012 - la réduction nécessaire pour atteindre la cible de l'Objectif 4 du Millénaire. En 1990, le taux de mortalité des moins de 5 ans était l'un des plus élevés au monde avec 204 décès pour 1 000 naissances vivantes; En 2012, ce taux était réduit à 68 décès pour 1 000 naissances vivantes.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
En Éthiopie, les efforts menés par les agents de vulgarisation sanitaire ont contribué à une forte réduction des taux de mortalité de l’enfant au cours de la dernière décennie.

GAMBELLA, Éthiopie, 13 septembre 2013 – Alors que l’Éthiopie faisait autrefois les gros titres de l’actualité avec la famine, la pauvreté et la guerre, le pays est en train de se bâtir une réputation de champion du développement sur le continent africain. En seulement dix ans, le pays a réduit de moitié les taux de mortalité de l’enfant, passant du 146ème rang mondial en 2000 au 68ème en 2012. Davantage d’argent est consacré au système de santé, les taux de pauvreté et de fertilité sont en baisse et deux fois plus d’enfants sont scolarisés.

Même dans les régions reculées du pays, comme la Gambella, à proximité de la frontière avec le Soudan du Sud, davantage d’enfants sont en bonne santé après l’âge de cinq ans et leurs parents ont moins d’enfants.

Cela signifie donc que l’Éthiopie semble être sur le point de réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement.
 
Le déclin très net de la mortalité de l’enfant et l’augmentation de familles moins nombreuses et en bonne santé peut paraître surprenant pour certains mais pas pour le Ministre éthiopien de la santé, le Dr Kesetebirhan Admasu. Il attribue ce renversement à une combinaison de politiques bien ciblées et aux 38 000 agents de vulgarisation sanitaire que le Gouvernement a déployés dans tout le pays, formés et équipés avec l’appui de l’UNICEF.   

« Notre gouvernement a pour politique d’atteindre les parties difficilement accessibles du pays et de s’axer sur la prévention des maladies, la promotion de la santé et le transfert des responsabilités vers chaque famille, dit-il. Pour faire cela, nous avons mis sur pied un programme de vulgarisation sanitaire au niveau des communautés, notre programme phare. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Même dans les parties éloignées du pays, davantage d’enfants, au-delà de leur cinquième année, se trouvent dans une santé florissante.

Le Dr Kesete est persuadé que les agents sanitaires communautaires ont ouvert la voie à une réduction importante de la mortalité de l’enfant et de la mère. Et il ajoute que les progrès de l’Éthiopie prouvent que même les pays pauvres peuvent tenir leurs engagements concernant les enfants. « Avec les engagements pris par les gouvernements et les communautés, il est vraiment possible de faire avancer les choses et de sauver les vies de millions d’enfants et de mères dans toute l’Afrique, » dit-il.

Foyers modèles

Sur le terrain, les résultats sont visibles. Le village d’Okura se trouve sur le fleuve Baro, au sud-ouest de l’Éthiopie. Durant la saison des pluies, le village est complètement isolé, accessible seulement par voie fluviale. Mais à présent, les habitants se font aider par l’un des leurs, un agent de vulgarisation sanitaire dont le travail est de vérifier les carnets de vaccination, de surveiller les tests de dépistage de la diarrhée, de la pneumonie et du paludisme et de contrôler l’hygiène dans les foyers. Il existe aussi des certificats récompensant les « foyers modèles », c’est-à-dire les foyers qui s’en tiennent à de bonnes habitudes en matière de santé, comme celles de se laver avec du savon et d’utiliser des moustiquaires imprégnées d’insecticide.   

Une famille appartenant à un de ces foyers modèles a compris dès le début les avantages du programme. Ariet Nyignio, une mère âgée de 22 ans, explique : « La raison pour laquelle les fils de mon père sont morts c’est que, à cette époque, il n’y avait pas de dispensaire mais aujourd’hui, il y a un dispensaire, une antenne médicale et les agents de vulgarisation sanitaire s’occupent davantage des gens et par conséquent, chaque personne qui va là-bas est traitée avec attention et obtient des médicaments. » 

Changement rapide

« Avant, beaucoup d’enfants de moins de cinq ans mouraient à cause du manque de connaissances qu’avaient les gens dans le domaine de la santé,  dit Getachew Wako, Responsable des vaccinations à l’UNICEF.  À présent, nous devons éduquer cette communauté et y apporter un changement afin de réduire les décès et la maladie chez les enfants de moins de cinq ans. »

« Il y a dix ans, nous étions habitués à voir cinq enfants de moins de cinq ans par foyer. Aujourd’hui, beaucoup de personnes ont recours à la planification familiale, constate le Dr Wako. Il y a cinq ans, je ne pensais jamais que ce changement arriverait. La raison pour laquelle ceci s’est produit, c’est une participation massive de la communauté. »

Avec l’Éthiopie en tête, les responsables africains se sont cette année fermement engagés à prévenir les décès d’enfants en plaçant la survie de l’enfant au premier plan des programmes de développement sur tout le continent et en recentrant l’action des dirigeants africains sur la direction des opérations menées dans leur propre pays. Néanmoins, l’Afrique subsaharienne continue de totaliser la majorité des décès d’enfants et des taux élevés de décès évitables d’enfants et de décès y persistent malgré l’existence d’interventions simple, peu coûteuses et à fort impact. 

L’engagement pris à Addis-Abeba était de développer et mettre en place des feuilles de route nationales qui intègrent les opérations menées pour mettre fin aux décès évitables chez les enfants de moins de cinq ans d’ici 2035 et de réduire le taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans en le faisant passer à moins de 20 décès pour 1000 naissances vivantes dans l’ensemble de tous les pays d’Afrique.  

Une promesse renouvelée est un mouvement fondé sur la responsabilité partagée pour la survie de l'enfant, et qui réunit des gouvernements, la société civile, le secteur privé et des particuliers, tous mobilisés pour mettre fin en une génération aux décès évitables d'enfants. Le mouvement cherche à faire avancer Toutes les femmes, tous les enfants, une stratégie mise en place par le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon pour améliorer la santé des femmes et des enfants - à travers l'action et un plaidoyer visant à accélérer la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile imputable à des causes évitables.

Depuis son lancement, 176 gouvernements ont signé la promesse S'engager pour la survie de l'enfant : une promesse renouvelée, et des milliers de groupes de la société civile et de particuliers ont mobilisé leurs forces et leurs ressources à l'appui de l'objectif. Un large éventail de gouvernements définissent de nouveaux objectifs ambitieux pour la survie de la mère, du nouveau-né et de l'enfant, tandis que, dans le monde entier, la société civile veille de de plus en plus à tenir les gouvernements responsables de leurs promesses, grâce à des technologies et outils de communication novateurs.

Une promesse renouvelée reconnaît que le leadership, l'engagement et la responsabilité revêtent une importance essentielle pour en finir avec les décès d'enfants évitables. Et parce que la survie de l'enfant est de plus en plus reconnue comme une responsabilité partagée, tout le monde a un rôle à jouer.

 


 

 

Photographie : s'engager pour la survie de l'enfant

Une promesse renouvelée


Pour plus d'information 
A Promise Renewed  
(Site web en anglais)

Quelque 35 millions d'enfants de moins de cinq ans supplémentaires en danger si l'on n’atteint pas l’objectif de réduction de la mortalité de L'Enfant

Au Nigéria, un message pour la santé de la mère et de l’enfant

Au Tchad, lutter contre la crise nutritionnelle est loin d’être facile
 avec vidéo

L’amélioration de l’approvisionnement en eau et de la nutrition dans les villages éthiopiens pose les fondations d’un avenir meilleur
 vidéo en anglais

Des enfants « super agents de santé » aident le Brésil à réduire le nombre de décès évitables d'enfants
 vidéo en anglais

En Ouganda, une combinaison d’ancien et de nouveau permet de réduire les décès d’enfants
 vidéo en anglais

La prestation de soins essentiels aux nouveau-nés et aux mères dans trois upazilas au Bangladesh
 vidéo en anglais

Un agent sanitaire en première ligne pour réduire la mortalité infantile au Brésil
 vidéo en anglais

En Éthiopie, un important programme utilisant des agents sanitaires a permis de réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays
 vidéo en anglais

En République centrafricaine, le porte à porte permet de s’attaquer à la malnutrition

En Haïti, les cliniques d'urgence aident à réduire les décès maternels et néonatals
 vidéo en anglais

Au Mali, une meilleure information sur l’allaitement au sein sauve des vies d’enfants

En Angola, une recette du bonheur pour mettre fin aux décès d’enfants évitables


Recherche