Éthiopie

En Éthiopie, davantage de mères séropositives mettent au monde des bébés exempts du VIH

Par Indrias Getachew

ADDIS ABEBA, Éthiopie, 1er août 2012 – Quand les premières douleurs de l'accouchement ont commencé, Adanech* s'est précipitée au dispensaire de Saris, à Addis Abeba.

VIDÉO (en anglais) : 17 juillet 2012 – Le reportage de la correspondante de l'UNICEF, Chris Niles, sur un programme destiné à mettre fin à la transmission du VIH de la mère à l’enfant en Éthiopie.

 

Adanech est séropositive et, sans soins appropriés, elle aurait pu transmettre le virus à son bébé.
 
« Je veux que mon enfant soit exempt du VIH », dit-elle. « Je ne veux pas qu'il connaisse mon sort. C'est que je souhaite ». 

Adanech avait une bonne chance pour que ses vœux se réalisent parce qu'il existe au dispensaire un programme efficace de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME) appuyé par l'UNICEF.

Appui pour les mères séropositives
Rahel Wondafrash, l'infirmière de la salle d'accouchement, a donné à Adanech une dose de médicaments prophylactiques. Ils font partie d'un traitement pour les mères et les bébés afin de faciliter la prévention de la transmission du VIH.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Éthiopie/2012/Getachew
Fikirte, 23 ans, est séropositive et reçoit un traitement et une aide psychologique dans le cadre du programme de PTME au dispensaire de Saris, Addis-Abeba, en Éthiopie.

Le bébé d'Adanech restera sous ce traitement pendant qu'il sera allaité au sein jusqu'à ce qu'on dise à Adanech d'arrêter de le lui donner. Ces prestations, toutes gratuites, devraient garantir à son bébé qu'il ne contractera pas le VIH à cause d'elle.

En Éthiopie, seulement 24 pour cent des femmes enceintes ayant droit à des prestations de santé en matière de lutte contre le VIH les reçoivent. Adanech est l'une de ces privilégiées.

En plus d'effectuer des tests de dépistage du VIH lors des examens prénatals et de dispenser une prophylaxie, le dispensaire possède aussi un « groupe de soutien mère-à-mère » qui offre une aide psychologique aux mères qui apprennent qu’elles sont séropositives. Le groupe les guide durant leur grossesse, l'accouchement et le suivi médical pour garantir le meilleur résultat possible à la fois pour la mère et l'enfant.
 
Faire en sorte que ces femmes accouchent dans un dispensaire constitue une grande partie des activités du groupe. Moins de 10 pour cent des femmes éthiopiennes accouchent dans un établissement médical, ce qui  représente un facteur aggravant pour le taux élevé de mortalité maternelle du pays. Selon l'Enquête démographique et de santé pour l'année 2011, le chiffre est de 676 décès pour 100 000 naissances vivantes.

Apprendre à faire face à la maladie
Apprendre qu'elle était séropositive était la dernière chose à laquelle s'attendait Fikirte*, une femme de 23 ans enceinte pour la première fois, lorsqu'elle elle s'est rendue au dispensaire pour son première examen prénatal.

« J'étais venue pour un contrôle régulier de grossesse et, après les conseils qu'on m'a donnés, j'ai subi un test de dépistage », dit-elle. « On m'a dit que j'étais séropositive. Quand j'ai su cela, j'ai été très perturbée ».

Le groupe de soutien mère-à-mère l'a aidée à faire face à la situation.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Éthiopie/2012/Getachew
Lemlem, une mère séropositive, reçoit une aide psychologique au dispensaire de Saris, à Addis-Abeba, en Éthiopie. Son fils, âgé de 18 mois, est né sans le virus.

« Quand elle vient dans notre salle, il y a d'autres mères qui ont subi la même chose », dit Emebet Tamrat, une mère qui sert de conseillère au groupe de soutien.
 
« À présent, j'ai reçu beaucoup de conseils psychologiques, dit Fikirte. J'ai vu des gens plus jeunes que moi qui sont séropositifs, des enfants qui prennent leur traitement et qui parviennent à vivre leurs vies. J'ai vu qu'ils allaient même à l'école et cela m'a convaincue et j'ai maintenant commencé à prendre des médicaments ».

« Exempt de VIH »
L'UNICEF épaule le Gouvernement éthiopien pour le développement et la mise en oeuvre du Plan d'extension du site de prévention accélérée de la transmission mère-enfant en 2012 ainsi que pour le projet de Plan pour l'élimination de la transmission mère-enfant du VIH et de la syphilis congénitale.

L'UNICEF et ses partenaires appuient également la formation de 2000 infirmiers, infirmières et sages-femmes à l'obstétrique d'urgence et aux soins intégrés du nouveau-né avec PTME dans tout le pays.

Lemlem*, une autre mère séropositive, est arrivée au dispensaire de Saris avec son fils de 18 mois pour son dernier test de dépistage. Lemlem a accouché au dispensaire après être passée par le programme de PTME. Quand les résultats de l'examen lui ont été présentés, elle était folle de joie. Après 20 mois d'attente, Lemlem a eu la confirmation que son fils n'avait pas la maladie.

« Ce que je veux, c'est travailler et élever mon enfant, l'éduquer et je souhaite qu'il devienne un médecin qui s'occupera de gens comme moi avec respect, je veux qu'il soit au service de son pays et qu'il me soutienne », dit Lemlem. « Qu'il ne soit pas séropositif, cela a donné un sens à ma vie ».

*Les noms des mères passant par le programme de PTME ont été modifiés pour protéger leur identité.


 

 

Une promesse renouvelée


Pour plus d'information 
A Promise Renewed  
(Site web en anglais)

Quelque 35 millions d'enfants de moins de cinq ans supplémentaires en danger si l'on n’atteint pas l’objectif de réduction de la mortalité de L'Enfant

Au Nigéria, un message pour la santé de la mère et de l’enfant

Au Tchad, lutter contre la crise nutritionnelle est loin d’être facile
 avec vidéo

L’amélioration de l’approvisionnement en eau et de la nutrition dans les villages éthiopiens pose les fondations d’un avenir meilleur
 vidéo en anglais

Des enfants « super agents de santé » aident le Brésil à réduire le nombre de décès évitables d'enfants
 vidéo en anglais

En Ouganda, une combinaison d’ancien et de nouveau permet de réduire les décès d’enfants
 vidéo en anglais

La prestation de soins essentiels aux nouveau-nés et aux mères dans trois upazilas au Bangladesh
 vidéo en anglais

Un agent sanitaire en première ligne pour réduire la mortalité infantile au Brésil
 vidéo en anglais

En Éthiopie, un important programme utilisant des agents sanitaires a permis de réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays
 vidéo en anglais

En République centrafricaine, le porte à porte permet de s’attaquer à la malnutrition

En Haïti, les cliniques d'urgence aident à réduire les décès maternels et néonatals
 vidéo en anglais

Au Mali, une meilleure information sur l’allaitement au sein sauve des vies d’enfants

En Angola, une recette du bonheur pour mettre fin aux décès d’enfants évitables


Recherche