Éthiopie

En Éthiopie, l’expansion des services de soins de santé dans les zones rurales est la clé de la reduction de la mortalité infantile

Par Sacha Westerbeek

Dans le monde, la mortalité des moins de cinq ans a baissé, passant de plus de 12 millions de décès en 1990 à 7,6 millions en 2010. Pourtant, des milliers d'enfants meurent encore chaque jour de maladies évitables. Les 14 et 15 juin 2012, les Gouvernements d'Éthiopie, d'Inde et des États-Unis, en collaboration avec l'UNICEF, organisent l'Appel à l'action pour la survie de l'enfant (Child Survival Call to Action), une rencontre visant à mobiliser le monde autour d'un objectif ambitieux mais simple : mettre fin aux décès évitables d'enfants. Cette histoire s'inscrit dans le cadre d'une série d'histoires illustrant les efforts réalisés dans le monde pour l'amélioration de la survie de l'enfant.

ROMEY KEBELE, Éthiopie, 13 juin 2012 – Moges Teshome, huit mois est endormi, enroulé dans une couverture, sur le lit de ses parents, à côté du feu où le diner est en préparation> Mais son sommeil est perturbé par la toux et une respiration sifflante. Il a la pneumonie.

Vidéo (en anglais) 6-8 juin 2012 : le reportage de l’UNICEF sur le programme d’agents de vulgarization sanitaire éthiopiens qui réduit la mortalité infantile.  Regarder dans RealPlayer

 

Moges est le premier enfant de sa mère de 20 ans Kobeb Ngussie. « Il y a quelques jours mon fils avait une très mauvaise toux, et une respiration très rapide. J’ai eu peur », explique-t-elle. « Mon mari m’a dit que je ferais mieux de l’amener au poste de santé à quelques minutes de là où nous vivons ».

Au poste, Haimanot Hailu, qui est agente de vulgarisation sanitaire depuis cinq ans, examine Moges et donne à Kobeb Ngussie un antibiotique à lui administrer. Haimanot Hailu apprend à Kobeb Ngussie comment se laver les mains avec du savon avant de donner des médicaments à Moges.

Après trois jours de traitement, Moges va mieux.

« Il accepte bien les médicaments, et aujourd’hui je vois qu’il va mieux », raconte Kobeb Ngussie.

Prioriser la survie de l’enfant
La pneumonie est l’une des causes principales de la mortalité chez les moins de cinq ans en Éthiopie. Environ 18 pour cent des décès d’enfants de moins de cinq ans peuvent être attribués à des infections respiratoires aigües, et 13 pour cent  sont dus à des diarrhées. Le Programme IV éthiopien de développement du secteur de santé donne la priorité aux interventions destinées à lutter contre toutes ces causes majeures de la mortalité infantile.

« Les jeunes enfants sont exposés à toutes sortes de maladies. Beaucoup d’enfants meurent de pneumonie, sans que nous le sachions », explique Haimanot Hailu. « Nous ne savions pas de quoi ils mourraient, mais en juillet dernier nous avons été formés à détecter et soigner la pneumonie dans le cadre de l’approche programme "communautaire de gestion intégrée des maladies communes de l'enfance" ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Éthiopie/2012/Getachew
À Romey Kebele en Éthiopie, l’agente de vulgarisation sanitaire Haimanot Hailu examine Moges Teshome, âgé de deux mois, pour déterminer si sa pneumonie est en voie de guérison. Moges bénéficie d’un programme qui fournit aux enfants des services de soins de santé de base gratuits.

La formation supplémentaire a permis le diagnostic et le traitement plus rapides de la pneumonie.

« Nous avons reçu une montre pour compter les respirations de l’enfant. Nous savons maintenant que s’il respire plus vite, l’enfant peut avoir une pneumonie et nous pouvons lui administrer un traitement », continue Haimanot Hailu.  Il n’est plus nécessaire d’amener les enfants au centre de santé ou à l’hôpital ».

Des agents de vulgarisation sanitaire sauvent des  vies

Au cours des deux dernières années, l’Éthiopie a connu un développement économique et social stable, en même temps qu’une rapide expansion des services de soins de santé en zones rurales. Le programme d’extension des soins de santé a été lancé en 2004, et actuellement plus de 34 000 agents féminins de vulgarisation sanitaire salariées du gouvernement sont déployés et travaillent par paires dans 15 000 postes de santé  villageois.

Les services de santé de base comprennent une gestion communautaire des cas de malnutrition sévère aigüe, de diarrhée, de paludisme et de pneumonie. L’Éthiopie a également introduit récemment  le vaccin pneumococcique conjugué (VPC), qui protège de la pneumonie tous les enfants âgés entre 6 semaines et un an.

« Cela m’a pris au moins vingt minutes de convaincre la mère de faire vacciner son enfant », raconte Haimanot Hailu. « Elle pensait que son bébé était trop jeune pour qu’on lui administre tant de vaccins. Je lui ai dit que son enfant avait le droit d’être vacciné ».

Les parents de Moges avaient déjà reçu la visite de Haimanot Hailu avant la naissance pour leur expliquer comment rester en bonne santé pendant la grossesse, les options pour un accouchement sûr et comment améliorer leur environnement  familial.

Aujourd’hui, Haimanot Hailu visite la maison de Moge pour administrer une nouvelle dose de vaccin et pour faire un examen impromptu de la santé de l’enfant et du foyer. Elle recommande à Kobeb Ngussie de construire four non polluant (sans fumée) pour protéger la santé de la famille.

« Une maison enfumée n’est pas saine pour l’enfant et c’est mauvais pour toi aussi. Tu peux te bruler et tu seras exposée aux maladies pulmonaires », lui explique Haimanot Hailu, en décrivant comment construire le four avec des matériaux facilement disponibles. Elle évoque aussi les pratiques d’hygiène comme l’utilisation de latrines et le lavage des mains.

Sur la voie de la réduction de la mortalité infantile

Selon les résultats de l'Enquête démographique et de santé menée en Éthiopie en 2011, le taux de mortalité des moins de cinq ans a été divisé par deux au cours de la dernière décennie, chutant de 166 à 88 décès pour 1000 naissances vivantes. Le pays est sur la voie de parvenir à réaliser l’Objectif 4 du Millénaire pour le développement, qui vise à réduire la mortalité infantile des deux tiers d’ici à 2015. Intensifier les services de base aidera substantiellement l’Éthiopie à atteindre cet objectif.

Cependant, éliminer toutes les causes évitables des décès d’enfant demandera un système de santé plus solide, ainsi que des partenariats, des  ressources et des engagements à tous les niveaux.


 

 

Une promesse renouvelée


Pour plus d'information 
A Promise Renewed  
(Site web en anglais)

Quelque 35 millions d'enfants de moins de cinq ans supplémentaires en danger si l'on n’atteint pas l’objectif de réduction de la mortalité de L'Enfant

Au Nigéria, un message pour la santé de la mère et de l’enfant

Au Tchad, lutter contre la crise nutritionnelle est loin d’être facile
 avec vidéo

L’amélioration de l’approvisionnement en eau et de la nutrition dans les villages éthiopiens pose les fondations d’un avenir meilleur
 vidéo en anglais

Des enfants « super agents de santé » aident le Brésil à réduire le nombre de décès évitables d'enfants
 vidéo en anglais

En Ouganda, une combinaison d’ancien et de nouveau permet de réduire les décès d’enfants
 vidéo en anglais

La prestation de soins essentiels aux nouveau-nés et aux mères dans trois upazilas au Bangladesh
 vidéo en anglais

Un agent sanitaire en première ligne pour réduire la mortalité infantile au Brésil
 vidéo en anglais

En Éthiopie, un important programme utilisant des agents sanitaires a permis de réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays
 vidéo en anglais

En République centrafricaine, le porte à porte permet de s’attaquer à la malnutrition

En Haïti, les cliniques d'urgence aident à réduire les décès maternels et néonatals
 vidéo en anglais

Au Mali, une meilleure information sur l’allaitement au sein sauve des vies d’enfants

En Angola, une recette du bonheur pour mettre fin aux décès d’enfants évitables


Recherche