Éthiopie

L’UNICEF plaide en faveur de ressources supplémentaires pour éliminer la malnutrition en Éthiopie

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2008/Tegene
Femme qui donne du lait thérapeutique à la cuillère à un jeune enfant mal nourri dans un centre d’alimentation de l’église catholique de Ropi, dans le district de Siraro, région d’Oromia.

DISTRICT DE SIRARO, Éthiopie, 2 juin 2008 – Selon l’UNICEF, en Éthiopie 126 000 enfants sont gravement sous-alimentés; les mauvaises récoltes risquent d’exacerber encore la situation.

Selon les estimations, 3,4 millions d’Éthiopiens auront besoin d’aide alimentaire au cours des trois prochains mois et six millions d’enfants sont menacés par la malnutrition.

Un sommet alimentaire organisé par les Nations Unies aura lieu ce mardi à Rome à l’appel du Programme alimentaire mondial qui doit réunir 147 millions de dollars pour nourrir les populations affamées.

Il y a quelques jours, plus de 300 enfants et leurs familles ont formé un large arc de cercle sur le parvis de l’église catholique de Ropi, dans le district de Siraro, en Éthiopie. Tous attendaient des rations de lait thérapeutique (F-75) qui peuvent leur sauver la vie.

Plusieurs années consécutives sans précipitations pendant la saison des pluies, la poussée vertigineuse des prix alimentaires et l’absence de ressources pour mettre en place des mécanismes de prévention et des actions palliatives sont autant de facteurs qui ont un impact dévastateur sur les enfants et leurs familles qui vivent dans des districts d’Éthiopie en proie à la sécheresse.

« Nous n’avions rien à manger parce que la récolte de maïs ne s’est pas faite, » a expliqué Dureti Degefi, une des mères qui attendait à Ropi. « Je vous raconte tout cela parce qu’on nous a dit que vous alliez nous écouter. Mon ventre a faim et mon bébé est malade. Nous avons besoin d’aide. »

Combler l’écart entre les besoins et les capacités

Une large proportion des 126 000 enfants éthiopiens qui ont besoin de soins thérapeutiques immédiats est traitée dans des centres comme celui de Ropi. Mais Ropi est au maximum de sa capacité, et les enfants et les familles sont de plus en plus nombreux à faire la queue devant les centres d’alimentation du pays.

« Un enfant qui souffre de malnutrition grave est exposé à une mort immédiate. Sans traitement, le taux de mortalité se situe entre 25 et 50 %, » affirme la Représentante adjointe de l’UNICEF en Éthiopie, Viviane Van Steirteghem. « Pour l’instant, les ONG sont présentes dans 55 woredas [districts], et avec le gouvernement, elles sont en mesure de prendre en charge entre 40 et 50 % des enfants – mais leurs capacités ne leurs permettent pas de venir en aide aux autres enfants. »

Les agriculteurs du district de Siraro font partie des 3,4 millions d’Éthiopiens frappés par la sécheresse qui ne sont pas couverts par le programme national d’aide sociale qui distribue chaque année des provisions à 8 millions d’Éthiopiens chroniquement dépendants de l’aide alimentaire. Et quand les pluies reviendront à Siraro, les membres de la communauté ne seront pas tirés d’affaire pour autant : ils auront besoin d’une assistance immédiate pour survivre jusqu’à la prochaine récolte.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2008/Tegene
Petite fille qui souffre de malnutrition sur les genoux de sa mère dans une tente du centre d’alimentation de l’église catholique de Ropi. Les enfants atteints de malnutrition grave reçoivent du lait thérapeutique fourni par l’UNICEF.

Fournir des aliments thérapeutiques supplémentaires

Loin du parvis de Ropi, le traitement ambulatoire des patients souffrant de dénutrition grave se poursuit. Les enfants sous-alimentés viennent avec leurs parents pour faire contrôler leur état nutritionnel et recevoir leur ration hebdomadaire d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, Plumpy’nut.

L’utilisation de préparations de lait thérapeutique et de Plumpy’nut permet d’éviter des milliers de décès d’enfants partout en Éthiopie, mais les ressources s’épuisent rapidement. Près de 2 000 tonnes métriques supplémentaires de Plumpy’nut seront nécessaires au cours des trois prochains mois pour sauver des vies d’enfants affamés.

« Il y a cinq ans, quand nous avons été confrontés à des problèmes similaires de sécheresse et de nutrition, nos capacités d’action sur le terrain étaient très limitées et de nombreux enfants sont morts, » a déclaré le Représentant de l’UNICEF en Éthiopie, Björn Ljungqvist. «  Aujourd’hui, grâce à l’engagement et aux mesures prises par le Ministère éthiopien de la santé, avec le soutien du Programme alimentaire mondial et de l’UNICEF, pour s’assurer que les enfants ne meurent pas de causes évitables, nous avons les moyens de réagir et d’épargner des milliers de vies d’enfants. Mais nous avons besoin de ressources. »

Les premiers résultats sont encourageants

Depuis que l’UNICEF et d’autres organisations ont attiré l’attention de la planète sur la situation d’urgence en Éthiopie, les donateurs ont commencé à répondre à l’appel à l’aide de l’UNICEF. Six millions de dollars ont été versé au Fonds central d’intervention des Nations Unies pour les urgences humanitaires et au Fonds d’aide humanitaire, un système commun d’aide d’urgence créé par les donateurs en Éthiopie; des annonces de contributions supplémentaires à hauteur de 3 millions de dollars supplémentaires ont été faites.

Ce premier résultat est encourageant mais il reste encore beaucoup à faire pour éviter que la situation ne se dégrade encore plus. Selon les estimations, il faudrait 50 millions de dollars pour répondre aux besoins d’urgence des enfants en Éthiopie.

Si la situation continue à se détériorer, ce chiffre pourrait encore augmenter.


 

 

Vidéo (en anglais)

Mai 2008 :
Reportage de Natacha Ikoli, correspondante de l’UNICEF, sur les efforts déployés pour venir en aide aux enfants gravement sous-alimentés d’Éthiopie.
 VIDEO  haut | bas

Mai 2008 :
Reportage d’Anwulika Okafor, correspondante de l’UNICEF, sur les victimes de la crise alimentaire en Éthiopie qui ont accepté de lui confier leur histoire.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche