Éthiopie

L'UNICEF lance un appel urgent alors que le nombre de victimes des inondations en Éthiopie augmente

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2006/Getachew
Pour protéger la santé des enfants victimes des inondations dans la région sud de OMO en Ethiopie, une employé de l’UNICEF mesure le bras d’un enfant à la recherche de signes de malnutrition.

Par Jane O’Brien

NEW YORK, 29 août 2006 – Les inondations qui ravagent l’Éthiopie ont causé des centaines de morts alors que des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées sans abri. L’UNICEF a lancé un appel d’urgence en vue d’obtenir 18,35 millions de dollars US. Il s’agit de fournir à ceux qui luttent pour survivre des produits alimentaires, un abri et des médicaments. Dans la mesure où les approvisionnements humanitaires s’épuisent, près de la moitié des fonds sont nécessaires immédiatement.

Plusieurs mois de pluies surabondantes ont fait sortir les rivières de leur lit et les familles habitant des zones de basses terres se sont trouvées piégées. La région Amhara, dans le nord de l’Éthiopie, est l’une des plus sévèrement frappées. Quelque 200 000 personnes ont été touchées et les pluies devraient durer encore plusieurs semaines. Parmi les pires dangers auxquels les enfants sont exposés, il y a des maladies meurtrières, d’origine hydrique.

« En Éthiopie, les enfants souffrent aussi d’autres facteurs qui les fragilisent, notamment la malnutrition, de telle sorte qu’ils deviennent particulièrement vulnérables s’ils doivent, en plus, lutter contre une maladie », dit la responsable de la planification d’urgence à l’UNICEF, Susan Ngongi.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2006/Getachew
Presque 500 personnes déplacées de la tribu Desanech cherchent refuge dans un camp improvisé.

Détection des foyers infectieux et traitement

Une diarrhée aqueuse aiguë s’est propagée de façon alarmante. En effet, elle a été signalée pour la première fois en avril ; 15 520 cas et 156 décès ont été enregistrés, et l’UNICEF indique qu’endiguer cette maladie reste encore un défi.

« Les inondations créent des conditions de propagation rapide », dit Mme Ngongi. « Si le diagnostic n’est pas fait dans de brefs délais et si le traitement n’intervient pas rapidement, l’issue est vite mortelle ». « Il est difficile de connaître le nombre d’enfants touchés parce qu’il y a beaucoup de communautés isolées par les inondations », ajoute-t-elle.

L’UNICEF aide les centres de soins locaux à détecter les foyers infectieux et à traiter la maladie. L’organisation fournit des médicaments de base. Elle approvisionne également en eau salubre et prend des mesures pour améliorer l’assainissement. La diarrhée aqueuse aiguë est généralement transmise à cause d’une mauvaise hygiène et par l’eau souillée.

Dans la mesure où la pluie continue de tomber, 300 000 personnes sont exposées, car elles vivent  dans des zones où des inondations sont susceptibles de se produire. Un bon nombre de barrages risquent de céder et le Gouvernement éthiopien évacue 100 mètres cubes d’eau à la seconde afin de diminuer la pression. Si la capacité des barrages est dépassée, de nombreuses zones du pays pourraient être confrontées à des inondations catastrophiques.


 

 

Vidéo (en anglais)

31 août 2006 :
La correspondante de l'UNICEF Rachel Bonham Carter parle sur l'aide humanitaire pour les victimes des inondations au sud est de l'Éthiopie.
 VIDEO  haut | bas


29 août 2006 :
Susan Ngongi, responsable de la planification d’urgence, déclare que les enfants éthiopiens sont menacés de maladies d’origine hydrique à cause des inondations catastrophiques actuelles.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche