Éthiopie

UNICEF lance un appel en vue d’obtenir 35,93 millions de dollars supplémentaires pour sauver la vie des enfants les plus vulnérables

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2005/Getachew
Une mère et son enfant, dans le village de Tinishu Wegnaki, attendent un examen de l’UNICEF, dans le cadre de la Stratégie d’action renforcée

Par Indiras Getachew et Rachel Bonham Carter

NEW YORK, 8 août 2005 – L’UNICEF a besoin de 35,93 millions de dollars supplémentaires afin de sauver la vie, en Éthiopie, des enfants les plus vulnérables. Chaque année, dans ce pays, la mort d’un demi million d’enfants, causée par la malnutrition et la maladie, aurait pu être évitée. Ce chiffre est supérieur à la population totale d’Édimbourg en Écosse – qui a accueilli cette année le sommet du G 8 – ou à celle de Las Vegas aux États-Unis.

La majeure partie de l’Éthiopie a été victime d’une faible pluviométrie et de mauvaises récoltes, ce qui a été aggravé par des retards dans le déroulement du programme de sécurité productif.

En cas de sécheresse, le programme en matière d’eau et d’assainissement de l’UNICEF est aussi important que la nourriture pour assurer la survie de l’enfant, alors qu’on accuse un retard de 82 pour cent sur l’objectif de financement.

La Stratégie d’action renforcée – Enhanced Outreach Strategy, EOS –, le partenariat le plus important jamais organisé entre l’UNICEF, le Programme alimentaire mondial et le gouvernement éthiopien, va également profiter de cet appel. L’EOS a pour cible 6,8 millions d’enfants de moins de cinq ans, ainsi que les mères enceintes et allaitantes, dans 325 districts touchés par la sécheresse. Le colis de survie de l’enfant – distribué deux fois par an – comprend des compléments de vitamine A, des vermifuges, des vaccins de rappel contre la rougeole, de l’équipement pour suivre l’état nutritionnel, des produits relatifs à des programmes d’alimentation complémentaire ou thérapeutique, et, de plus en plus, des moustiquaires, afin d’arrêter le développement du paludisme par les piqûres de moustiques.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ethiopia/2005/Getachew
Un agent sanitaire de l’UNICEF administre un complément de vitamine A à un petit enfant, dans le cadre de la Stratégie d’action renforcée.

Le village de Tinishu Wegnaki se trouve dans le district de Hamer, situé dans la Région des peuples, nations et nationalités du sud, en Éthiopie. Il est à deux heures de marche du centre de soins de base le plus proche. C’est dans cette région qu’on a effectué les premiers examens, dans le cadre de l’EOS, en avril 2004. Dans ce secteur du pays souvent frappé par la sécheresse, ces examens sont considérés comme une aide essentielle à la survie de l’enfant.

Lors d’un récent dépistage, plus de 80 pour cent des femmes et des enfants, que les agents sanitaires espéraient voir, se sont présentés. Bono Belante, qui fait partie de l’Association des femmes de Tinishu Wegnaki, attribue ce bon taux de participation à l’efficacité évidente du programme.

« Nous avons pu voir l’effet positif du vaccin lorsqu’une petite fille malade a été amenée ici », dit Bono. « [Les agents sanitaires] ont attaché quelque chose autour de son bras, puis ils nous ont dit qu’il y avait chez l’enfant quelque chose qui n’allait pas et que nous devrions la ramener. Lorsque nous avons constaté qu’ils l’avaient guérie, nous avons compris que les médecins sauraient quand les enfants sont malades et s’ils ont besoin de soins. Ainsi, nous amenons un bon nombre de nos enfants pour qu’ils soient soignés après avoir vu qu’ils avaient guéri cette petite fille ».

Cette année, l’UNICEF Éthiopie a déjà lancé un appel pour un peu moins de 54,7 millions de dollars, afin de venir en aide aux enfants éthiopiens les plus vulnérables en 2005. À mi-année, moins de 75 pour cent ont été financés. En juin, l’UNICEF a averti que 170 000 enfants éthiopiens allaient mourir de malnutrition cette année s’ils n’étaient pas soignés. C’est deux fois le nombre d’enfants mourant de malnutrition lors d’une année 'normale'. Depuis lors, des contributions ont été versées par le Canada, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, ce qui a comblé un quart de l’écart.


 

 

Vidéo (en anglais)

8 août 2005:
Le correspondant de l’UNICEF, Kun Li, rend compte des mesures destinées à sauver des vies que l’UNICEF a mises en oeuvre en Éthiopie.

bas | haut débit
(Real Player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche