Érythrée

En Érythrée, un engagement renouvelé en faveur de l'enseignement chez les populations nomades

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Asai
Des filles et des garçons rashaids de l'école Um Oshoosh, dans l'État de Kassala, au Soudan, montrent comment ils assimilent des connaissances à travers un jeu de rôle, un modèle en matière d'enseignement chez les populations nomades d'Érythrée.

Par Yahoko Asai

ASMARA, Érythrée, 30 mars 2010 – Assurer un enseignement aux enfants des zones rurales isolées représente un défi majeur en Érythrée.

Dans de nombreux cas, les élèves doivent parcourir à pied de longues distances dans des conditions  climatiques difficiles pour rendre à l'école. Et les déplacements saisonniers des familles, à la recherche d'eau et de pâtures pour leur bétail, rendent très difficile pour les enfants de pastoraux d'achever des études élémentaires.

De plus, les enseignants sont souvent peu disposés à travailler dans des zones isolées où l'accès aux prestations sociales minimales est limité ou non existant. En même temps, certains parents continuent d'ignorer l'importance de l'enseignement pour leurs enfants, spécialement pour leurs filles qui sont fréquemment contraintes de se marier jeunes.

Selon des chiffres du ministère de l'Éducation, plus de 234 000 enfants érythréens âgés de 7 à 11 ans ne fréquentent pas les écoles primaires. La scolarisation dans les régions habitées par les populations nomades est particulièrement faible, spécialement chez les filles.

« En visitant différentes écoles nomades du nord du Soudan et en tirant des leçons de leurs expériences, nous pouvons en toute confiance mettre en pratique en Érythrée ce que nous savons des différents programmes relatifs à l'enseignement chez les populations nomades, » a dit le ministre de l'Éducation, S.E. Semere Russom qui faisait allusion à un voyage d'étude appuyé par l'UNICEF sur l'enseignement chez les populations nomades. Le voyage s'est déroulé dans un des états voisins de l'Érythrée, le Soudan, au début de ce mois-ci.

Leçons tirées du Soudan

Avec des cultures et des traditions similaires, le Soudan est confronté aux mêmes défis dans l'éducation que l'Érythrée. Pendant le voyage d'étude, les délégués érythréens ont effectué une visite dans cinq états du nord du Soudan - Kassala, Gedarif, Khartoum, le Nil blanc et le Nord-Kordofan – observant le déroulement de divers programmes destinés à faire face au problème de l'accès à l'enseignement pour les enfants nomades.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Asai
Des enfants à l'école Al Dohom, dans l'État soudanais du Nil blanc, étudient dans une salle de classe construite par leurs parents qui ont utilisé des matériaux disponibles sur place. L'école a reçu la visite de responsables érythréens de l'éducation.

Dans l'une des communautés nomades Rashaid de l'État de Kassala, la forte implication du chef de la communauté a permis d'influer avec succès sur la transformation d'une école itinérante en école installée sur place. Le chef, Mohamed Salih Saleem, s'est mobilisé en faveur de l'enseignement pour tous et a fait des dons pour que l'école démarre, pour acheter du terrain, mobiliser la communauté, construire des cases et procurer de la nourriture et de l'eau aux enseignants.

L'UNICEF a collaboré au programme et a fourni les bureaux et le matériel scolaire à l'école. Résultat de cette opération : plus de 100 garçons et filles de la première à la quatrième année fréquentent aujourd'hui l'école Um Oshoosh. 

« L'enseignement peut commencer sous n'importe quelle forme »

Divers types de structures créatives pour les écoles – dont des tentes, des cadres en fer recouverts de nattes d'herbe ou de branches et des édifices en briques de terre crue ou en ciment – ont également fait impression sur les membres érythréens du voyage d'étude.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Asai

« Il a été encourageant d'apprendre que nous ne devrions pas trop nous inquiéter de ce à quoi ressembleraient les écoles au départ, » a dit Petros Hailemariam, Directeur général du département de recherche et de développement des ressources humaines du ministère érythréen de l'Éducation.

« L'enseignement peut commencer sous n'importe quelle forme, en fonction des conditions locales, » a-t-il ajouté. « Une fois que la base est établie, elle peut passer à une plus grande échelle en correspondant aux besoins et aux réalités locales. »

Mettre les connaissances en pratique

En 2009, les responsables érythréens de l'éducation, avec l'appui de l'UNICEF, avaient jeté les grandes lignes d'une politique relative à l'enseignement chez les populations nomades et avaient mis en place des opérations d'enseignement pilotes pour les populations nomades dans quatre régions.

 Le voyage d'étude au Soudan qui a suivi a offert à des responsables du gouvernement jouant un rôle déterminant et aux organisations partenaires les nouvelles perspectives nécessaires au développement actuel d'une politique et d'un plan d'action pour l'Érythrée qui inclura l'expansion des écoles pilotes et des programmes de formation d'enseignants.

« La flexibilité est essentielle pour l'enseignement chez les populations nomades, » a dit le Représentant de l'UNICEF en Érythrée, Dr Hamid El-Bashir. « Il n'existe pas un seul modèle pour tout le monde parce que toutes les communautés nomades connaissent des conditions sociales et économiques et des cadres différents et ont leurs propres modes de vie. »


 

 

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche