Égypte

L’Egypte est maintenant libérée de la poliomyélite

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ05-1593/ Pirozzi
Les enfants égyptiens peuvent grandir sans peur de la polio car l’UNICEF et ses partenaires de la Campagne d’éradication de la poliomyélite ont confirmé que le virus autochtone ne circulait plus dans le pays.

Par Simon Ingram

LE CAIRE, Egypte, 1er février 2006 – La poliomyélite et l’Egypte sont de vieilles connaissances. Les fouilles archéologiques ont montré que, aux temps des pharaons déjà, les enfants vivant sur les berges du Nil étaient handicapés par la maladie. C’est une des raisons pour lesquelles l’annonce d’aujourd’hui --  l’Egypte est libérée de la poliomyélite – revêt une telle importance.

Il n’y plus que quatre pays dans le monde où la transmission de la poliomyélite autochtone est encore d’actualité : le Nigéria, l’Inde, le Pakistan et l’Afghanistan. Le nombre de pays d’endémie poliomyélitique est à son minimum historique – une étape capitale vers l’éradication totale du virus.

L’annonce par l’UNICEF et ses partenaires, dans le cadre de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, intervient 12 mois après que l’on eut trouvé le dernier poliovirus sauvage dans un échantillon prélevé dans l’environnement en janvier 2005. Le dernier cas de polio signalé dans le pays remonte à 2004.

Lorsque la campagne d’éradication mondiale a été lancée en 1988, l’Egypte signalait chaque année plusieurs milliers de cas. Aujourd’hui, l’Egypte n’est plus un réservoir du virus, grâce à l’énorme travail accompli par des dizaines de milliers de vaccinateurs et autres personnels de santé. Ce résultat illustre également la détermination et l’engagement des partenaires de la vaste alliance nationale et internationale contre le fléau.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ05-1593/ Pirozzi
Un bambin reçoit un vaccin oral contre la poliomyélite dans un centre de santé soutenu par l’UNICEF au Caire. L’Egypte est libérée de la poliomyélite, grâce à l’engagement du gouvernement et des années de travail intense.

« L’éradication de la poliomyélite est une cause nationale dans ce pays, » dit Mme Erma Manoncourt, Représentante de l’UNICEF en Egypte. « L’Egypte a toutes les des raisons d’être fière d‘avoir contribué à la campagne contre cette maladie. »

Des années d’effort pour libérer l’Egypte de la polio

Afin d’éradiquer la poliomyélite, le Ministre de la santé et de la population a mis en place plusieurs campagnes de vaccination, aidé en cela par des équipes faisant du porte-à- porte dans l’ensemble du pays. Les campagnes prévoyaient de vacciner tous les enfants âgés de cinq ans et moins.

A la fin des années 80, le nombre de cas de polio enregistrés se comptait sur les doigts d’une main.  Mais le virus tenace traînait encore, en particulier dans les grandes villes. Les campagnes devaient donc se  poursuivre pour l’éradiquer.

Cela signifie qu’il a fallu vacciner quelque 11 millions d’enfants plusieurs fois par an, pendant plusieurs années. Ce fut une entreprise gigantesque et coûteuse. L’Egypte a reçu l’appui technique et financier de divers partenaires, y compris l’Organisation mondiale de la Santé, l’UNICEF, le Rotary International, l’US Agency for International Development  et le Gouvernement japonais. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ98-0412/ Goodsmith
De jeunes garçons main dans la main au cours d’un jeu dans une école de la communauté, soutenue par l’UNICEF, à Asyut, Egypte. Le garçon de droite a survécu à la polio mais est resté handicapé.

La campagne de vaccination a reçu un soutien politique au plus haut niveau. Les Journées nationales de vaccination furent lancées sous les auspices de la Première Dame d’Egypte, Mme Suzanne Moubarak.

D’autres personnalités publiques ont joué leur rôle. Mahmoud Kabil, acteur et Ambassadeur itinérant de l’UNICEF, a joué dans des spots publicitaires à la télévision, demandant instamment à un public quelquefois plutôt sceptique, d’assurer la protection de leurs enfants. Mohamed Mounir, un des chanteurs les plus connus du pays, a écrit une chanson spéciale – ‘Ya A’lam Iss-ha’ (Monde, réveille-toi) – pour sensibiliser le pays aux dangers de la polio.

En 2005, l’utilisation de vaccins nouvelle génération contre la poliomyélite fut une étape essentielle vers l’éradication des dernières traces de ce virus en Egypte. L’UNICEF a aidé à fournir des vaccins « monovalents », conçus contre la dernière souche du virus,  appelé polio type 1.

Ne pas se reposer sur ses lauriers

Malgré ces remarquables succès, les autorités savent qu’elles ne peuvent pas se reposer sur leurs lauriers. L’expérience récente de pays comme le Yémen et l’Indonésie montre que la poliomyélite peut être réimportée dans un pays qui avait réussi à  s’en affranchir.

La vaccination de routine restera une priorité nationale en Egypte, et on continuera d’inclure quelques gouttes de poliomyélite dans la vaccination de chaque enfant pendant encore longtemps.

Kun Li et Eric Mullerbeck ont contribué à ce reportage


 

 

Vidéo (en anglais)

1er février 2006 :
Simon Ingram, de l’UNICEF, enquête sur  les efforts fournis pour libérer l’Egypte de la poliomyélite.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes :
Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche