Équateur

En Equateur, de nouveaux messages d’intérêt public incitent les femmes enceintes à subir un test VIH et à se faire soigner si nécessaire

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Dans ce message d’intérêt public diffusé en Equateur, un foetus parle à son père de l’intérieur du ventre de sa mère et lui demande de l’inciter à subir un test.

Par Juan Pablo Castro

GUAYAQUIL, Equateur, 4 janvier 2007 – Quand Andrea, 20 ans, a découvert que son mari était atteint du VIH/SIDA, elle a immédiatement subi un test. Déjà enceinte de cinq mois, elle a découvert qu’elle était séropositive.

Andrea avait peur mais sa mère l’a épaulée pendant toute cette épreuve. «Elle avait peur elle aussi mais elle m’a tout de suite apporté son soutien», se souvient Andrea.
De nombreuses femmes, comme Andrea, courent le risque de transmettre le virus VIH à leurs enfants. Environ 8 000 cas de personnes vivant avec le virus VIH et le SIDA ont été enregistrés en Equateur. Il y a de plus en plus de femmes parmi les personnes infectées.

Dans ce contexte, des messages d’intérêt publics bénéficiant du soutien de l’UNICEF et diffusés à la radio et à la télévision conseillent actuellement aux femmes équatoriennes enceintes de subir, gratuitement et volontairement, un test de dépistage du VIH/SIDA. Ces messages insistent sur le fait que, avec un test et un traitement effectués en temps voulu, les mères peuvent empêcher la transmission du virus VIH à leurs enfants.

Les stations de radios et les chaînes de télévision diffusent partout en Equateur ces messages qui ont été offerts à titre de don par une agence de publicité partenaire de l’UNICEF, Norlop JWT. Diego Oquendo, une personnalité connue du monde de la radio, a par exemple exprimé sa grande satisfaction de pouvoir contribuer à convaincre davantage d’Equatoriennes à subir des tests HIV. Il a offert une plage permanente sur sa station pour la diffusion des messages.

Tests, orientation et traitement

Ces messages d’intérêt public font partie de la Campagne pour la prévention de la transmission verticale du VIH/SIDA qui encourage les tests VIH et les sessions d’orientation. Ceux-ci sont gratuits et confidentiels. La campagne a été lancée par le Ministère de la santé avec le soutien de l’UNICEF et divers partenaires.

Ce projet a déjà fait progresser la sensibilisation au VIH/SIDA en Equateur où le nombre moyen de tests effectués sur des femmes enceintes a presque doublé à la fin de 2006. Fin octobre, 170 femmes enceintes s’étaient révélées séropositives et 148 suivaient un traitement, réduisant ainsi le nombre d’enfants équatoriens susceptibles de naître avec le virus VIH.

«Je crois fermement que l’intervention du secteur privé, avec l’agence de publicité faisant don de sa créativité et les médias diffusant les messages à la radio et à la télévision, a été la clé du succès » a affirmé Consuelo Carranza, Responsable des relations extérieures d’UNICEF Equateur.

La vie continue

Depuis qu’elle a été testée séropositive, Andrea est retournée à plusieurs reprises chez son médecin pour faire des bilans de santé. Bientôt, elle commencera un autre traitement dans le but de voir son enfant naître sans avoir été infecté par le virus VIH.

Pendant ce temps, la vie continue. Son mari travaille toujours et elle veut aller à l’université. « J’aimerais retourner à l’école, affirme-t-elle, mais c’est très difficile parce que les gens font de la discrimination contre nous, cela parce qu’ils ne sont pas bien informés.»

«Maintenant que j’ai le virus VIH, je sais qu’il faut se protéger soi-même, ajoute Andrea. Je désire simplement que mon enfant soit en bonne santé et c’est pourquoi je subis tous ces traitements.»

Avec Kyria Abrahams à New York.

 


 

 

Vidéo (en espagnol)

Regardez ici le message d’intérêt public de la Campagne pour la prévention de la transmission verticale du VIH/SIDA de l’Equateur, soutenue par l’UNICEF.
 VIDEO  haut | bas

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche