République démocratique du Congo

A l'est de la République démocratique du Congo, la Directrice générale de l'UNICEF entend des récits emplis d'espoir

Image de l'UNICEF
© UNICEF RD du Congo/2009/Asselin
Ann M. Veneman assise aux côtés de la coordinatrice de programme Lorenza Trulli, de l'ONG italienne COOPI pendant qu'elles écoutent les récits de femmes qui ont recueilli chez elles à Dungu, en RDC, des enfants auparavant enlevés par l'Armée de résistance du Seigneur.

Par Eva Gilliam

La Directrice générale de l'UNICEF Ann M. Veneman se trouve en République démocratique du Congo pour une visite de cinq jours afin d'évaluer la situation des femmes et des enfants au milieu de ce qui est généralement perçu comme la pire crise humanitaire de l'Afrique. Voici un des reportages faisant partie d'une série consacrée à ce sujet.

BAKUVA, République démocratique du Congo, 31 août 2009 – Les problèmes profonds et continuels auxquels sont confrontés les femmes et les enfants de l'est de la République démocratique du Congo ont été mis en relief lors d'une visite effectuée par la Directrice générale de l'UNICEF Ann M. Veneman.

Empêtré dans un conflit depuis le milieu des années 90, l'est de la République démocratique du Congo a connu un usage généralisé de la violence sexuelle comme arme de guerre. Le viol a dévasté les vies de femmes et d'enfants ainsi que celles de leurs familles et de leurs communautés, et celles-ci restent aujourd'hui en danger.

Traitement pour agression sexuelle violente
A Bakuva, Ann M. Veneman a visité un hôpital de l'UNICEF où sont traitées près de 4000 femmes ayant subi des agressions sexuelles violentes. Le personnel de l'hôpital effectue des opérations de traitement des fistules. 

« Ces actes de terrorisme ont pour but de détruire notre humanité même, » dit le fondateur de la Fondation Panzi à l'hôpital Panzi, le Dr Denis Mukwenge.

Image de l'UNICEF
© UNICEF RD du Congo/2009/Asselin
La Directrice générale de l'UNICEF Ann M. Veneman se déplaçant avec des représentants d'ONG à travers les rangées d'abris dans le camp de Mugunga I pour personnes déplacées situé à l'extérieur de Goma, en République démocratique du Congo.

Pour celles qui ne peuvent pas se rendre à Bakuva pour y être traitées, l'UNICEF offre son appui à une clinique mobile qui s'est occupée du traitement de près de 30 000 femmes et enfants qui ont été victimes de violences sexuelles.

Souvenirs de violences
A Dungu, le groupe rebelle ougandais l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) continue à terroriser les communautés, enlevant, torturant et violant enfants et adultes. Au cours de la visite qu'elle y a effectuée, Ann M. Veneman a rencontré un jeune garçon qui a directement subi les violences.

« Ils me faisaient travailler pour eux à transporter des choses, » dit Musa (son nom a été modifié), 13 ans. « Mais j'ai attrapé une infection à un pied et j'étais inutile. Alors ils m'ont vraiment violemment battu et m'ont abandonné dans la forêt pour que j'y meure. »

L'UNICEF a fait en sorte que Musa puisse être pris en charge par COOPI, une ONG italienne, et il est devenu un des 400 enfants inscrits dans le programme de protection de l'enfance de l'organisation. A la suite de plusieurs opérations, il peut aujourd'hui marcher mais avec des difficultés extrêmes. Il a appris lui-même à monter à bicyclette et espère un jour en avoir une à lui pour qu'il puisse aller à l'école et en revenir.  

« Un véritable exemple d'humanitarisme »
« Je souhaite vraiment retourner à l'école parce qu'un jour je veux être ministre du gouvernement, » dit Musa.

Image de l'UNICEF
© UNICEF RD du Congo/2009/Asselin
Une femme âgée transporte un chargement de bois sur son dos alors qu'elle se déplace dans le camp Mugunda I à l'extérieur de Goma.

« Alors que je me trouvais horrifiée par les violences infligées à ces enfants, j'ai été inspirée par la volonté et la détermination absolue de la communauté à apporter une aide, » a dit Ann M. Veneman.

« J'ai rencontré cinq femmes, chacune ayant recueilli des enfants traumatisés malgré leurs ressources limitées et les familles nombreuses dont elles ont la charge, » a-t-elle ajouté. « Ce type de solidarité au sein de la communauté est un véritable exemple d'humanitarisme. »


 

 

Vidéo (en anglais)

31 août 2009 : le reportage de la correspondante de l'UNICEF Chris Niles sur la visite de la Directrice générale de l'UNICEF Ann M. Veneman aux survivants d'agressions sexuelles violentes dans l'Est de la RD du Congo.
 VIDÉO  haut | bas

Recherche