République démocratique du Congo

La mort au Dungu : escalade de la violence des rebelles au nord-est de la RD du Congo

Image de l'UNICEF
© REUTERS/O'Reilly
De jeunes garçons déplacés par la guerre à l’hôpital de Ngalima, au nord-est de la RD du Congo. Des milliers de Congolais ont fui leur village pour échapper aux rebelles qui massacrent les populations dans la brousse.

NEW YORK, États-Unis, 13 mars 2009 – Le groupe de rebelles ougandais, l’Armée de la résistance du Seigneur, (LRA), a tué plus de 900 personnes dans la région située au nord-est de la République démocratique du Congo depuis décembre l’année dernière. Des centaines d’enfants ont été enrôlés et des dizaines de milliers de Congolais ont été déplacés par les combats. 

AUDIO: Écouter maintenant

A la mi-décembre, des opérations conjointes menées par les Ougandais, les Congolais et les Soudanais du sud contre les forces rebelles n’ont pas réussi à capturer ou tuer les chefs du groupe, réclamés par la cour de justice internationale. En représailles, la LRA a mis des villes à sac, brûlant les maisons et tuant des civils avec des fusils, des machettes ou des haches. 

Même dans cette région du monde, familière de ce genre d’atrocités, on n’avait plus vu de destruction aussi massive depuis des années.

Des régions isolées touchées

C’est dans le district de Dungu de la RD du Congo qu’ont eu lieu la plupart des meurtres et enrôlements. Cette région dotée d’épaisses forêts est peu peuplée. Il n’y a pas de routes pavées, c’est pourquoi il est difficile de venir en aide aux populations déplacées.  .

« C’est une région très isolée – on ne peut s’y rendre qu’en hélicoptère – avec le risque  de nouvelles attaques, » dit Pierrette Vu Thi, Représentante de l’UNICEF en RD du Congo. 

L’isolement de la région explique qu’il soit difficile d’évaluer les atrocités commises par la LRA. « Nous craignons de constater que les droits des enfants et des femmes ne soient encore plus bafoués avec la recrudescence des combats », a-t-elle ajouté.

Une génération de violence

Les origines de la LRA remontent au milieu des années 80, lorsque ses chefs cherchaient à protéger les droits du peuple Acholi au nord de l’Ouganda. Mais aujourd’hui, les soldats rebelles sont connus pour la violence de leurs tactiques et l’enrôlement d’enfants dans leurs rangs.

Les Congolais de la province orientale sont les plus récentes victimes de la violence de la LRA. Depuis des années, les rebelles avaient pris pour cible les populations du nord de l’Ouganda, près de la frontière avec la RD du Congo. Près d’un million d’Ougandais sont encore déplacés par l’insécurité au nord du pays, constituant l’une des populations déplacées les plus importantes du monde.

« Au moins une génération, voire plus, n’a connu que la violence au cours de ce conflit au nord de l’Ouganda, » dit Chulho Hyun, Spécialiste de la communication de l’UNICEF en Ouganda. « Cela a de terribles répercussions sur la vie de la population civile. »

Réintégrer les enfants soldats

Parmi ces personnes déplacées, les enfants sont les plus touchés – à la fois victimes de violences et de participation forcée dans cette mission. L’UNICEF a fait de leur réintégration au sein de la société congolaise et ougandaise, l’une de ses priorités dans la région.

Au cours de ces années, l’UNICEF a aidé des milliers d’enfants enrôlés par des groupes armés à rentrer chez eux. Mais la tâche n’est pas toujours facile pour les enfants ou leurs communautés. 

« Au nord de l’Ouganda, il y a vraiment des cas où l’on a peur du retour de ces enfants soldats, » constate  M. Hyun. « Des enfants sont mis au ban de la société, victimes de discrimination et des enfants ont l’impression qu’on essaie de les empêcher de revenir à une certaine normalité ». 

L’UNICEF a pu réunir à leur famille la plupart des enfants ayant échappé à la dernière vague d’enrôlement, et cherche maintenant à faciliter leur transition. Dans le district de Dungu, l’UNICEF fournit aussi à de nombreux enfants et familles déplacés des produits de première nécessité et leur prodigue des soins.


 

 

Audio (en anglais)

6 mars 2009 : Mme Pierrette Vu Thi, Représentante de l’UNICEF en RD du Congo et  Chulho Hyun, Spécialiste de la communication de l’UNICEF en Ouganda discutent de la violence des rebelles en RD du Congo.
AUDIO écouter
Recherche