République démocratique du Congo

Des milliers d’écoles sont fermées dans la partie orientale de la République démocratique du Congo

Image de l'UNICEF
© UNICEF RD Congo/2008/Harneis
Des dizaines de familles vivent dans cette école primaire de la province du Nord Kivu, dans la partie orientale de la République démocratique du Congo.

NEW YORK, États-Unis, 21 novembre 2008 – Les combats dans la province du Nord Kivu, dans la partie orientale de la République démocratique du Congo, ont profondément perturbé l’éducation de centaines de milliers d’enfants. Des milliers d’écoles sont fermées, d’un bout à l’autre de la province. À présent, un bon nombre d’écoles sont occupées par des personnes déplacées.  

Selon l’UNICEF, 60 pour cent des nouveaux déplacés seraient des enfants. Depuis la fin du mois d’août, plus de 250 000 personnes ont fui les combats, ce qui porte le nombre total de déplacés dans la province à plus d’un million.

Dans les tout derniers jours, au Nord Kivu, les soldats rebelles se sont repliés, mais l’accès pour les agents humanitaires est encore limité.

Des écoles fermées à cause du conflit

« Les combats ont touché en particulier la zone de Rutshuru et nous savons que 85 pour cent des écoles de la zone sont fermées depuis trois semaines » a indiqué à Goma le spécialiste de la communication de l’UNICEF, Jaya Murthy. « De l’ordre de 150 000 élèves ont donc dû cesser d’aller en classe. »

En l’absence d’une scolarisation régulière, les enfants deviennent plus exposés à la violence et à la maltraitance, a poursuivi M. Murthy. 

« En fait, les écoles servent d’environnement protecteur aux enfants», a-t-il expliqué. « Lorsqu’elles sont fermées, les enfants commencent à faire autre chose, par exemple aller ramasser du bois ou puiser de l’eau, ou bien avoir d’autres activités dehors. Ils sont davantage exposés à l’exploitation, aux violences, au viol et aussi à l’enrôlement dans des groupes armés.

 

Image de l'UNICEF
© UNICEF RD Congo/2008/Harneis
Plus de 60 pour cent des 250 000 personnes nouvellement déplacées dans le Nord Kivu sont des enfants. La majeure partie d’entre eux n’ont pas accès à l’éducation.

« Nous espérons vivement que la situation rentrera dans l’ordre, permettant ainsi aux écoles d’accueillir à nouveau les enfants, qui pourront alors, bien sûr, progresser intellectuellement, et en outre être protégés. »

Des approvisionnements d’urgence dans le domaine de l’éducation

L’UNICEF distribue, dans certaines zones, des approvisionnements d’urgence dans le domaine scolaire. L’organisation travaille également à ce que les déplacés, qui vivent actuellement dans des écoles, aillent dans d’autres sortes d’abris, de telle sorte que les classes puissent reprendre.

L’UNICEF s’efforce par ailleurs de fournir un enseignement aux enfants déplacés. « Nous recensons les élèves déplacés et les écoles d’un secteur, puis nous essayons d’intégrer les enfants déplacés dans ces écoles», indique M. Murthy.  

« Souvent les écoles n’ont pas la capacité de les accueillir, si bien qu’il faut construire d’urgence des salles de classe avec des bâches en plastique, permettant ainsi d’ajouter plusieurs salles de classe d’urgence. »

Le risque qu'il y ait d'autres populations déplacées subsiste
 
«Avec un risque de déplacement des populations qui subsiste, il est difficile d’aller régulièrement en classe pour beaucoup d’enfants du Nord Kivu, observe M. Murthy.

« Ce conflit n’est pas nouveau – il dure depuis 10 à 12 ans, et ainsi beaucoup d’enfants n’ont effectivement jamais été à l’école », rappelle-t-il. « Nous disposons de centres de rattrapage pour des adolescents, où ils apprennent à lire et à écrire, et acquièrent des bases de calcul, ce qui est essentiel à leur développement. »

Depuis 1996, on estime que le conflit en République démocratique du Congo a entraîné la mort de plus de 5 millions de personnes, dont la majeure partie à cause de maladies évitables et de la malnutrition. La mission de l’UNICEF dans ce pays est l’une de ses plus importantes missions dans le monde.


 

 

Vidéo (en anglais)

14 novembre 2008 : Jaya Murthy, travailleur humanitaire de l’UNICEF, décrit la situation sur le terrain dans le camp de Kibati, au Nord Kivu.
 VIDEO  haut | Bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Audio (en angfais)

20 novembre 2008 :
Le spécialiste de la communication de l’UNICEF, Jaya Murthy, parle des difficultés de l’éducation des enfants lorsqu’il y a beaucoup de personnes déplacées dans la partie orientale de la République démocratique du Congo
.
AUDIO listen

Recherche