République démocratique du Congo

L'insécurité permanente gêne l'aide aux familles déplacées en RD du Congo

Image de l'UNICEF
© © MONUC/2008
Des enfants marchent vers leur école dans Goma, aux côtés d'une patrouille de casques bleus, appartenant au bataillon indien de la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo.

NEW YORK, USA, 6 novembre 2008 –  La violence qui continue dans l'est de la  République démocratique du Congo gêne considérablement le travail des agences humanitaires pour atteindre plus d'un million de personnes déplacées dans la région.

Malgré un cessez-le-feu des rebelles, les combats ont de nouveau repris dans la province du Nord Kivu au cours  des deux derniers jours entre les troupes gouvernementales, leurs milices alliées et les rebelles. Plus de 250 000 personnes, dont plus de 100 000 ces six derniers jours, ont dû fuir les combats qui ont commencé fin août.

« Le secrétaire général de L'ONU, Ban Ki-moon, qui est à Nairobi pour un sommet régional sur la crise, a fait part de son inquiétude à propos des violences en cours. Dans une déclaration, M. Ban Ki-moon a expressement demandé à tous les groupes armés, "d’éviter toute action qui provoquerait un nouveau déplacement de population et la souffrance des populations civiles. »

Malgré les combats, l’UNICEF et d’autres organisations humanitaires préparent une aide massive pour venir en aide aux personnes déplacées par le conflit.

En ce début de semaine sur un site où 50 000 personnes sont venues se mettre à l'abri des récents combats, l'UNICEF et ses partenaires ont pu faire parvenir de l'eau, assez de médicaments pour une semaine et quelque 15 000 biscuits aux enfants. Selon le spécialiste de la communication de l'UNICEF Jaya Murthy à Goma, la distribution de nourriture parmi les personnes déplacées a presque provoqué une émeute. Beaucoup n'avaient pas mangé depuis des jours.

Situation désespérée

« Quand nous avons effectué notre distribution, la situation était désespérée, » affirme Jaya Murthy. « Les gens sont venus et se sont massés autour de nos sites et cherchaient à pénétrer de force à l’intérieur pour avoir de l’aide. Et nous n’avions que des biscuits [que nous étions en train de distribuer]. Cela rend donc bien compte de la détresse qui règne. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF DR Congo/2008/Harneis
L’UNICEF a été parmi les premières organisations à sortir de Goma et à commencer la distribution d’aide matérielle dans le Nord-Kivu, dont celle pour les familles déplacées chez lesquelles les provisions alimentaires sont épuisées depuis deux semaines.

« Il y a maintenant une semaine de cela, » ajoute-t-il. « Nous savons que la plupart d’entre eux avaient très peu, voire rien du tout à manger et ils étaient complètement affamés. »

Parmi les personnes déplacées,  un homme, Rumanyo Aganie, qui a fui une avance récente des rebelles, montre un certificat médical affirmant que sa fille de 16 ans a été violée alors qu’elle essayait de trouver de trouver la nourriture aux abords de leur campement. « Si elle avait eu assez à manger, elle n’aurait pas été violée, » affirme-t-il.

« La majorité de la population du Nord-Kivu sont des agriculteurs, » observe Jaya Murthy. « Maintenant qu’ils sont déplacés, ils n’ont plus leurs fermes et sont absolument dépourvus de tous moyens. Ils n’ont rien à donner à manger à leur famille et pas d’argent pour acheter de la nourriture. »

Un passé où prévalent les mauvais traitements et la violence

Quand les combats se déroulent à proximité d’un village, les familles sont souvent forcées de s’enfuir dans différentes directions, ce qui laisse les enfants en situation très vulnérable.

Image de l'UNICEF
© UNICEF DR Congo/2008/Harneis
Un jeune enfant congolais reçoit des biscuits à haute valeur énergétique ainsi qu’une assistance médicale.

« Nous savons que la plupart d'entre eux avaient très peu, voire rien du tout à manger et ils étaient complètement affamés. » a-t-il ajouté.

« Ici en RDC, notre histoire est marquée par des mauvais traitements à vaste échelle, l’exploitation, la violence, le recrutement des enfants par des groupes armés,  » affirme Jaya Murthy. « Nous disposons d’un accès limité au Nord-Kivu. On nous a rapporté que des enfants sont séparés de leurs familles. Nous sommes extrêmement préoccupés par le bien-être et la situation de ces enfants. »   

On estime que plus de 5 millions de personnes ont trouvé la mort dans le conflit congolais depuis qu’il a commencé en 1996, la plupart de maladies évitables et de faim. La mission de l’UNICEF au Congo est une des plus importantes du monde.


 

 

Vidéo

6 novembre 2008 : la correspondante de l'UNICEF Chris Niles raconte  les efforts entrepris pour venir en aide aux enfants déplacés et leurs familles alors que le cessez-le-feu en République démocratique du Congo demeure fragile.

 VIDEO haut | bas

4 novembre 2008 :
le Directeur des programmes d'urgence de l'UNICEF
Louis-Georges Arsenault nous parle des défis à relever pour mener à bien les opérations de secours
en République démocratique du Congo.

 VIDEO haut | bas
.................................

3 novembre 2008 : le Correspondant de l'UNICEF 
rend compte des efforts pour déllivrer l'aide humanitaire
aux populations  affectées  par la crise en
République démocratique du Congo.

 VIDEO haut | bas

Audio

3 novembre 2008 :
Jaya Murthy chargé de communication de l'UNICEF décrit la scène de la première distribution d'aide en RD du Congo depuis la déclaration de cessez le feu.
 AUDIO écouter

Recherche