République démocratique du Congo

L’histoire de Masika : une enfant combattante de la RD du Congo évoque le vide de la vie militaire

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Masika (ce n’est pas son vrai nom) devant un centre de réintégration financé par l’UNICEF à Goma qui a aidé plus de 1 500 ex-enfants soldats à retourner à la vie civile.

Par Bent Jorgen Perlmutt

Dix ans après la publication par les Nations Unies du célèbre rapport de Graça Machel  sur les enfants victimes des conflits armés, le contexte des conflits a changé considérablement. Un bilan stratégique du rapport Machel est en cours afin de répondre à cette question pour les 10 années à venir. Voici une histoire d'une série illustrant l'importance de ce bilan, « Dix ans après le rapport Machel ».

GOMA, République démocratique du Congo, le 11 octobre 2007 – Masika (ce n’est pas son vrai nom) n’avait que 13 ans lorsqu’elle a décidé de se joindre à la Milice du Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD) dans la région Est de la République démocratique du Congo. Elle est allée avec eux parce que sa mère venait de mourir, et aussi parce qu’elle aimait les uniformes des miliciens.

« Quelquefois, on croit qu’il suffit de se mettre d’autres vêtements pour devenir intelligent comme les autres », a-t-elle récemment dit en se rappelant ce qu’elle pensait il y a cinq ans.

Envoyée au centre de réintégration

Masika s’est engagée comme assistante de son frère, capitaine en RDC, et a gravi les échelons pour devenir sous-lieutenant. Elle avait son propre escadron de 12 autres combattantes sous les ordres du général Laurent Nkunda, bien connu pour son recours aux enfants soldats.

Après cinq ans, Masika a décidé de s’enfuir. « Savez-vous ce que c’est, de se battre contre des gens du même sang que vous ? » a-t-elle demandé. Elle est allée à un camp de « brassage » où les soldats de diverses milices sont absorbés dans l’armée nationale.

Lorsque les responsables ont appris qu’elle n’avait pas 18 ans, ils l’ont envoyée à un centre de réintégration financé par l’UNICEF pour les enfants associés aux groupes armés.

Obtenir des compétences pour son avenir

Le Centre de Transit et Orientation (CTO) de la ville de Goma, au nord du pays, héberge environ 70 enfants, avec un personnel d’une trentaine d’enseignants, de mentors, de conseillers et d’administrateurs qui travaillent pour réintégrer ces enfants à leur famille et leur communauté.

Le CTO est un des cinq centres de la région de Goma qui ont hébergé jusqu’à 1 500 enfants depuis 2004. Les accords de paix signés cette année ont rendu possible dans le pays entier la démobilisation de près de 17 000 enfants soldats – dont la plupart ont depuis lors été réunis avec leur famille.

Masika espérait elle aussi rentrer dans sa famille, mais elle ne voulait pas retourner chez elle sans avoir acquis quelques compétences. Elle a passé six mois au Centre, à apprendre à lire, écrire et coudre. C’est seulement après cela qu’elle a pris contact avec sa famille. Son père lui a suggéré de vivre loin du village à cause de la honte que son statut de soldat pourrait faire rejaillir sur la famille et des dangers que cela pourrait leur faire courir.

Encore loin d’un avenir sûr

« On ne peut jamais oublier les gens qui vous ont permis d’échapper à cette vie-là », dit Masika, se référant à ceux qui l’ont aidée à abandonner son uniforme. Mais l’avenir de Masika, comme celui de milliers d’enfants comme elle, est loin d’être sûr. 

« Quant à nous autres soldats démobilisés, même si nos papiers sont en règle, nous ne savons pas où aller », dit-elle. « Je pense toujours aux destinations possibles. Mais pour l’instant il n’y a rien ».

En fait, Masika espère que sa famille la reprendra un jour. Mais elle craint également, si elle retourne au village, d’être recrutée de force par la RDC, qui ces derniers mois s’est livrée à de nombreux raids sur les écoles et les villages pour enlever des enfants et les engager dans ses troupes. 


 

 

Vidéo (en anglais)

Suivez l’histoire de « Masika », jeune femme qui a passé cinq ans avec une milice rebelle en RD du Congo. 

 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Les enfants piégés par la guerre

Recherche