En bref: République dominicaine

Des bénévoles offrent une aide psychosociale aux jeunes rescapés haïtiens du séisme

« Le retour au bonheur »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2010-0131/LeMoyne
Une fille debout à côté de gravats dans une rue ayant subi de lourds dégâts lors du tremblement de terre à Port-au-Prince, la capitale haïtienne. Les enfants qui ont connu des situations de catastrophe présentent des symptômes d'angoisse psychologique et ont besoin de l'aide psychosociale qu'offre par le programme « Retour au bonheur ».

Par Jennifer Bakody

SAINT DOMINGUE, République dominicaine, 11 février 2010 – Hôpital après hôpital et tente après tente, des garçons et des filles haïtiens avec des membres brisés ou amputés reposent sur des matelas, incapables de se déplacer et de jouer. Leurs plâtres les gênent et ils manquent d'espace.

Quand on leur demande ce qu'ils ressentent à la suite du tremblement de terre du 12 janvier en Haïti, beaucoup d'entre eux sourient et disent qu'ils vont bien. Mais un enfant a beau être résistant, presque tous les enfants qui ont vécu des situations de catastrophe présentent des symptômes de détresse psychologique. Parmi ces symptômes peuvent figurer les « flashbacks » brutaux de la catastrophe, les cauchemars, le retrait sur soi et l'incapacité à se concentrer.

A la fin janvier, 58 jeunes bénévoles haïtiens, des étudiants comme des personnes ayant une activité professionnelle, se sont réunies dans trois salles de conférence d'un hôtel de la capitale dominicaine pour découvrir le programme appuyé par l'UNICEF « Retour au bonheur » qui offre une aide psychosociale aux enfants d'Haïti qui ont besoin d'aide.

« Malgré tout, la vie continue. Elle doit le faire, » dit Fratz Ley Philippe, un bénévole. « C'est pourquoi je fais cela. Je veux être un élément utile dans la reconstruction de mon pays. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Haiti/2010/Bakody
Une rescapée haïtienne du tremblement de terre, Erika, 10 ans, et sa mère Karine, retrouvent des raisons de sourire après avoir reçu une aide psychosociale dans un campement de Fond Parisien.

À la reconquête de l'enfance perdue

Au cours des six derniers mois, lors d'une opération lancée bien avant le tremblement de terre d'Haïti, la Spécialiste de la protection de l'enfance pour l'UNICEF Angela Caba a développé un ensemble de manuels d'instruction qui dressent les grandes lignes d'un programme d'activités hebdomadaires conçues pour impliquer les enfants qui ont subi des évènements traumatiques. Ces directives constituent la base de « Retour au bonheur ». 

« L'enfance doit être une époque heureuse pour tous les enfants, » explique Angela Caba. « Ils devraient jouer à des jeux, être actifs et profiter d'activités bonnes pour la santé. À travers le jeu, ils sont formés à la façon de se comporter, de se protéger et de résoudre leurs problèmes. »

« Retour au bonheur va plus loin qu'un rétablissement émotionnel d'après-catastrophe, » ajoute-t-elle. « Il permet aux enfants d'apprendre comment vivre leurs vies. »

Dans le cadre du programme, un espace sécurisé est créé pour les enfants pour qu'ils parlent, créent, fassent des coloriages, dessinent, chantent et soient en mouvement. Des psychologues pour enfants qualifiés et des animateurs utilisent ces outils pour aider les enfants à explorer leurs émotions, leurs valeurs, et leurs rêves pour leur avenir. Les enfants lisent aussi des récits qui font référence aux droits de l'enfant. Partout où c'est possible, les membres de la famille et les personnes qui s'occupent d'enfants sont encouragés à participer.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Haiti/2010/Bakody
Jutile Loiseau et Fratz Ley Philippe (seconde et troisième à partir de la gauche) figurent parmi les quelque 180 bénévoles haïtiens formés par l'UNICEF pour apporter une aide psychosociale aux jeunes rescapés du tremblement de terre du 12 janvier.

« Tout le monde veut aider »

Lors de la formation à Saint-Domingue, Jutile Loiseau, une bénévole, a exprimé son besoin d'aider son pays, particulièrement les enfants traumatisés.

Originaire d'Haïti, Jutile Loiseau a reçu une formation de médecin en République dominicaine  où elle travaille actuellement. Dans son pays, un de ses cousins est mort il y a un mois au cours du tremblement de terre. Les membres de sa famille qui ont survécu ont vu leur maison et leur entreprise, soit 25 ans de travail, détruits en 15 minutes.

« Après ce qui s'est produit, le monde est mobilisé, » raconte-t-elle. « Tout le monde veut aider, même si c'est juste avec un petit élément du puzzle. Souvent, nous avons le désir d'aider mais nous ne savons pas comment. Aujourd'hui, l'UNICEF nous a donné les outils et les matériaux pour le faire à la façon de professionnels. »

Au cours des jours et des semaines à venir, le gouvernement et les agences humanitaires demanderont à Jutile Loiseau, à Fratz Ley Philippe et aux quelque 180 autres personnes s'exprimant en créole jusqu'à présent formées par le programme « Retour au bonheur » de répondre aux besoins psychosociaux d'enfants.

Avec près de 40 pour cent de l'ensemble des Haïtiens en dessous de l'âge de 14 ans, la crise provoquée par le tremblement de terre est une situation d'urgence qui concerne des enfants. Les enfants doivent être retrouvés, nourris, maintenus en bonne santé et en sécurité. Il y a cependant des raisons d'espérer. La plupart des enfants et des adolescents retrouveront leur fonctionnement normal une fois que leurs besoins essentiels en matière de survie seront satisfaits, que la protection personnelle et la sécurité auront été rétablies et que les possibilités, en terme de développement, seront régénérées, tout cela dans le cadre de leur propre famille, de la communauté et de la société.


 

 

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche