En bref: République dominicaine

Un médecin haïtiano-américain apporte ses soins aux familles évacuées en République dominicaine

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Haïti/2010/Bakody
Le Dr Yvonne Jean-François, une Haïtiano-Américaine, s'est portée volontaire comme responsable médicale d'un établissement improvisé pour des blessés rescapés du séisme dans une église de la localité frontalière de Jimani, en République dominicaine.

Par Jennifer Bakody

JIMANI, République dominicaine, 4 février 2010 – Au bas d'une piste poussiéreuse, au milieu de petites maisons, de chèvres en train de paître et de cours en terra battue, se trouve une église aux façades couleur d'avoine. A l'intérieur, les chaises ont été poussées contre les murs, les bancs en bois, lustrés, alignés en rangs à l'autre bout et des gens se reposent sur des matelas déchirés à même le sol.

 AUDIO: écouter maintenant

L'église baptiste évangéliste Bethel s'est transformée en centre médical ambulatoire ce qui veut dire que, une fois que leur état s'est stabilisé, des centaines d'enfants et d'adultes blessés lors du tremblement de terre d'Haïti du 12 janvier viennent ici pour récupérer.

Comme tous les établissements improvisés qui fonctionnent actuellement à Jimani, une petite localité située sur la frontière dominicaine avec Haïti, celui qui a été installé dans l'église Bethel est entièrement géré par des bénévoles.

Un médecin bénévole venu de New York
Dans les jours qui ont suivi le tremblement de terre, l'une de ces bénévoles, le Dr Yvonne Jean-François prend un vol de chez elle à New York pour se rendre à Jimani où elle s'occuper de l'établissement. Lors d'une récente interview avec Radio UNICEF, elle a dit qu'elle n'avait pas réfléchi à deux fois quand on lui a demandé de s'engager.

En tant qu'Haïtiano-Américaine, le Dr Jean-François a toujours ressenti le besoin de retourner de temps en temps en Haïti. Cependant, lors de ce voyage, elle a été témoin de scènes auxquelles elle ne se serait jamais attendue, telles de nombreuses amputations, des fractures complexes et divers autres blessures graves.

Les patients traités à l'église Bethel se remettent d'opérations qui ont eu lieu dans un hôpital voisin. Beaucoup d'entre eux ont des blessures qui risquent de bouleverser leur vie. « La plupart de ces patients, bien 90pour cent d'entre eux, sont des invalides, » dit le Dr Jean-François. « Ils n'ont pas accès aux traitements médicaux et n'ont pas accès à la rééducation, » ajoute-t-elle. « Je ne suis pas très satisfaite du fait que, très probablement, ils vont aller dans un camp. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Des membres du personnel médical d'un hôpital de Jimani, en République dominicaine, juste à la frontière avec Haïti, préparent des médicaments pour des rescapés du séisme.

Soins spéciaux pour les enfants
« Les enfants qui se trouvent dans l'église, les tout jeunes en particulier, semblent vraiment craintifs, » dit-elle. Pour permettre de protéger et soigner les patients les plus jeunes, elle les a tout d'abord séparés des adultes puis a trouvé un pédiatre et une infirmière pour les aider à se nourrir, à se laver, à jouer et pour parler avec eux. 

Et en pleine crise, il y a des histoires positives qui valent d'être racontées. 

« Une bonne chose, c'est que nous avons eu trois nouveau-nés et que ces enfants sont à peu près en bonne santé, » dit le Dr Jean-François. Elle explique que l'une des mères des bébés est blessée, que la seconde est psychologiquement marquée mais en bonne santé physique, et que la troisième est indemne bien que le père du troisième bébé ait les jambes et les bras dans le plâtre.

Inquiétudes pour l'avenir
Étant donné la situation à laquelle sont confrontés les rescapés du séisme de tous âges, le Dr Jean-François dit qu'elle est préoccupée par l'avenir d'Haïti.

« Les Haïtiens ont perdu une partie importante de leur main-d'œuvre, » se lamente-t-elle, « et c'est un problème. Les Haïtiens attachent beaucoup d'importance au travail. S'ils sont invalides, ils ne peuvent pas travailler. Que va-t-il se passer pour la société ? »

Le Dr Jean-François a aussi beaucoup de mal à imaginer comment les enfants vont pouvoir être protégés de la traite et de l'exploitation dans les semaines et les mois à venir. « Les enfants sont dans les rues, » dit-elle. « Actuellement, il est beaucoup plus facile pour les gens d'avoir accès aux enfants, particulièrement parce qu'il y a tant d'orphelins. »

La Responsable des médias pour l'UNICEF Rebecca Fordham convient avec le Dr Jean-François que de puissants dispositifs de protection de l'enfance pour les orphelins et les enfants séparés de leurs familles sont nécessaires pour reconstruire Haïti en mieux « Le redressement commence avec les enfants et leurs communautés et on pourra seulement rebâtir un nouvel Haïti avec les enfants placés au centre de l'effort de reconstruction, » dit Rebecca Fordham.

Image de l'UNICEF
© World Food Programme/2010
A l'extérieur de l'église baptiste Bethel, à Jimani, en République dominicaine, une fille haïtienne mange des aliments à haute teneur énergétique distribuée par l'UNICEF et le Programme alimentaire mondial. L'église sert de site provisoire pour des soins médicaux, nutritionnels et autres.

Un « ange gardien »
Beaucoup de personnes qui ont été amenées à connaître le Dr Jean-François l'appellent avec affection « l'ange gardien » des victimes du séisme haïtien. Pour elle cependant, il est évident que les enfants affectés par le séisme ont besoin de nombreux autres anges gardiens pour leur assurer un meilleur avenir.

« Je suis médecin et je suis en quelque sorte limitée aux soins médicaux, » dit-elle, ajoutant qu'Haïti a besoin maintenant de bien plus que cela. »


 

 

Audio (en anglais)

26 janvier 2010 : le Dr Yvonne Jean-François, une Haïtiano-Américaine, parle du traitement médical des enfants et des familles blessés dans le tremblement de terre du 12 janvier à Haïti..
 AUDIO  écouter

Séisme en Haïti


Reportage photo : un espoir fragile pour les enfants d'Haïti 
(en anglais)

"Enfants d'Haïti : un an après  des secours à la reconstruction : un long parcours" [PDF]

En Haïti, un centre de santé appuyé par l'UNICEF offre prise en charge et traitement aux femmes séropositives au VIH
 avec vidéo

Des stars du basketball se rendent dans un centre de malnutrition appuyé par l'UNICEF en Haïti

Haïti est la première destination humanitaire du nouvel Ambassadeur UNICEF d'Irlande, Rory McIlroy

Communiqué de presse :
Un an après le séisme, il est impératif de mettre en place des services de base pour les enfants d'Haïti

L'UNICEF soutient la reconstruction d'écoles en Haïti

Pour les enfants d'Haïti, des opérations de secours au redressement : un chemin difficile
avec vidéo

L'histoire de Jean : en Haïti, la foi d'une adolescente dans l'éducation est source d'espoir
 avec vidéo

À la frontière haïtienne, du personnel de l'UNICEF participe à la lutte contre la traite des enfants
 avec vidéo

Carnet de route : la lutte contre la traite des enfants à la frontière d'Haïti

Un centre d'accueil résidentiel fournit un refuge aux enfants des rues de Cap-Haitien
avec vidéo

À la frontière haïtienne, l'UNICEF et ses partenaires s'efforcent de protéger les enfants vulnérables
avec vidéo

En Haïti, l'histoire de Christian : un garçon qui récupère tout ce qui peut l'être et reste optimiste, suite au séisme
 avec vidéo

Les spécialistes de la logistique de l'UNICEF font parvenir des compléments alimentaires aux enfants haïtiens
avec vidéo

Toutes les histoires sur le séisme en Haïti

Recherche