En bref: Djibouti

Le long de l'axe routier Éthiopie-Djibouti, l'UNICEF contribue au développement d'une meilleure sensibilisation au VIH

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2010/Indreiten
Des jeunes gens et des garçons en train de jouer au baby-foot à proximité d'un centre de sensibilisation au VIH dans le PK 12, un quartier de la périphérie de Djibouti Ville, à Djibouti.

Par Najwa Mekki

DJIBOUTI VILLE, Djibouti, 6 juillet 2010 – Dans la chaleur accablante d'un matin de juin, des garçons et des jeunes du PK 12, un quartier de la périphérie de Djibouti Ville, sont rassemblées devant un énorme conteneur, se livrant à une partie de baby-foot.

De l'autre côté de la rue, des douzaines de camions sont garés sur le parking du PK 12, attendant que leurs documents soient avalisés avant de poursuivre leur voyage vers l'Éthiopie. 

Le PK 12, dont le nom provient de la distance qui le sépare de la capitale, Djibouti, abrite environ 25 000 personnes. C'est un lieu de passage obligé pour les 700 à 800 camions qui empruntent chaque jour l'axe routier Djibouti-Éthiopie.

Contrer l'infection par VIH

La présence quotidienne de chauffeurs routiers et leur pouvoir d'achat non négligeable, ici dans l'une des communautés vulnérables de Djibouti, a rendu plus fréquents les comportements à risque. Parmi ceux-ci : la mastication du khat, une drogue douce, la vente de stupéfiants et la prostitution.

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2010/Mekki
Le PK 12 est un quartier qui abrite une des communautés les plus vulnérables de Djibouti.

Dans ce pays d'environ 850 000 personnes, le VIH a atteint le stade épidémique. A peu près 16 000 personnes sont actuellement séropositives, plus de la moitié d'entre elles, soit près de 9000, étant des femmes et plus de 1000 étant des enfants.

Parmi les jeunes de Djibouti âgés de 15 à 24 ans, seulement la moitié des garçons et un quart des filles affirment s'être servi de préservatifs lors de leurs derniers rapports sexuels les plus à risque.  

Conseil, orientation et loisirs

Pour mieux sensibiliser les jeunes du PK 12 au VIH, l'UNICEF collabore avec ses partenaires USAID et Family Health International pour leur offrir des activités de conseil et de loisirs. 

Dans le cadre de cette opération, un conteneur a été transformé en un centre où les routiers et les jeunes de la communauté peuvent s'informer sur le VIH et les autres maladies sexuellement transmissibles.

« Nous nous adressons ici aux jeunes pour leur apprendre comment ils peuvent eux-mêmes se protéger grâce à un théâtre de marionnettes, des films et des animations interactives, » dit Filsan Abdi Osman, un éducateur de Family Health International. « Nous nous adressons aussi aux chauffeurs des camions pour leur dire où aller pour effectuer des tests volontaires de dépistage du VIH et se faire soigner. »

En 2009, avec l'aide de l'UNICEF, environ 48 000 personnes ont bénéficié des services offerts par le centre.

Informer les femmes et les jeunes

Mais certaines personnes, particulièrement les jeunes femmes, hésitent toujours à connaître leur état sérologique en raison du puissant ostracisme associé au virus. C'est pourquoi le centre a sollicité l'aide de jeunes éducateurs issus de la communauté afin de pouvoir sensibiliser les autres jeunes. 

Said Abdo Ali, 22 ans, fait partie de ces éducateurs. Sans emploi, comme presque la moitié de la population de Djibouti, il s’est proposé d’aider ceux de son âge à s'informer des dangers liés aux comportements à risque.

Said opère avec un groupe de jeunes garçons non scolarisés, organisant à leur intention des séances de sensibilisation et projetant des documentaires sur les risques liés au VIH et les moyens de prévention.

« J'organise aussi des discussions avec les jeunes pour qu'ils puissent ouvertement parler de ces problèmes. Je les emmène aussi faire des visites guidées dans les dispensaires où on peut effectuer des tests de dépistage du VIH et se faire traiter, » dit-il.

Trois ans après le début de son expérience de bénévole, et malgré le manque d'avantages financiers, l'engagement de Said envers les membres de sa communauté n'a pas faibli.


 

 

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche