Côte d'Ivoire

Fournir un traitement aux enfants malades du SIDA en Côte d’Ivoire

Image de l'UNICEF
© UNICEF video/2008
Les centres bénéficiant de l’appui de l’UNICEF prennent soin des enfants et des femmes vivant avec le VIH non seulement sur le plan médical mais aussi sur celui de l’aide sociale.

Par Guy Hubbard

BOUAKÉ, Côte d’Ivoire, 2 janvier 2009 –  La vie d’Emily, 12 ans, est fragile. Emily est séropositive et ses deux parents sont morts du SIDA. Environ 52 000 enfants de 14 ans et moins vivent avec le VIH en Côte d'Ivoire.

Emily (ce n'est pas son vrai prénom) vit à présent chez sa tante à Bouaké, au centre de la Côte d’Ivoire, où le SIDA a pris le relais de la guerre civile, tuant en toute impunité.

Les corvées quotidiennes éreintent Emily, qui s’accroche à sa planche de salut, ses médicaments. Sa tante n’a pas de travail et il est rare qu’elle ait suffisamment d’argent pour se procurer de la nourriture, et encore moins des médicaments. Mais Emily a une chance : toute seule, elle s’en va régulièrement, à quelques jours d’intervalle, au ‎Centre de Solidarité Action Sociale – SAS, dans le centre de Bouaké, où elle est examinée par des médecins spécialisés dans le SIDA pédiatrique. Grâce à ces visites régulières, les médecins peuvent suivre les progrès réalisés par Emily.

‎« Si j'aime venir ici, c'est parce que là on vous donne des médicaments, on prend soin de vous et vous pouvez revenir indéfiniment », a dit Emily.

Une aide sociale pour les enfants vulnérables

L’UNICEF travaille avec le centre depuis 1999 afin de venir en aide à ceux qui sont touchés par le SIDA à Bouaké et dans les zones environnantes. On y pratique des tests de dépistage. On offre aussi des soins d’ordre médical et un soutien psychologique. Le centre a fourni une assistance à des milliers d’enfants et plus de 800 orphelins et enfants vulnérables bénéficient actuellement d’une aide en matière sociale et éducative.

Le Dr Soro Ouattara Paule, une pédiatre du centre de SAS, traite quotidiennement des cas de VIH et de SIDA, mais fournir des médicaments est rarement suffisant.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video/2008
Emily, 12 ans, se rend dans un établissement spécialisé du centre de Bouaké, en Côte d’Ivoire, où elle est examinée par des médecins qui soignent tout particulièrement le SIDA pédiatrique.

« En raison de la pauvreté et du fait que les malades ne peuvent pas travailler, le Centre doit non seulement leur apporter une assistance médicale mais aussi sociale – nous offrons de la nourriture aux ‎parents et à leurs enfants », dit-elle.

Le Centre accueille également un projet d’approche de la jeunesse. Ceux qui interviennent dans ce projet font du porte à porte, éduquant les gens chez eux par la sensibilisation, les conseils et le soutien psychologique.

« Notre activité consiste essentiellement à nous rendre chez les gens et à faire du travail communautaire. En dehors de cela, nous leur venons en aide avec un colis mensuel de nourriture», a indiqué Jean ‎Claude, l’un de ceux qui travaillent sur ce projet. « Nous faisons aussi de la sensibilisation au VIH, aux maladies sexuellement transmissibles et à la santé ‎reproductive car la sexualité est un sujet tabou dans la culture africaine et il est généralement plus facile aux jeunes d’en parler et de trouver des réponses. En effet, nous partageons les mêmes expériences quotidiennes.»

S’affranchir du SIDA

L’UNICEF a beaucoup travaillé dans tout le pays, apportant son appui à des centres tels que celui de SAS à Bouaké et à d’autres projets similaires à Yopougo, près d’Abidjan. Là, les femmes enceintes suivent un traitement visant à prévenir la transmission du virus de la mère à l’enfant.

Après la naissance, leurs enfants subissent un test de dépistage afin de savoir si le ‎traitement a été efficace.

On effectue également dans ce centre des tests sur le système immunitaire des adultes et des enfants. Un traitement ‎antirétroviral est donné à ceux qui en ont besoin.

La Côte d’Ivoire cherche, en ‎partenariat avec l’UNICEF, à se débarrasser de ce fléau, à offrir à ses enfants un environnement sans SIDA et à apporter l’espoir à ceux qui sont déjà atteints par le virus.


 

 

Vidéo (en anglais)

Juillet 2008 :
Amy Bennett, correspondante de l’UNICEF, décrit les efforts déployés afin d’endiguer la propagation du VIH/SIDA en Côte d’Ivoire.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche