Côte d'Ivoire

L’aide à la réintégration de jeunes ivoiriens touchés par le conflit

Image de l'UNICEF: Côte d’Ivoire, children affected by conflict
© UNICEF Côte d’Ivoire/2007/Westerbeek
Philomène reçoit une instruction de base et une formation professionnelle grâce aux programmes bénéficiant d’une aide de l’UNICEF Côte d’Ivoire et de ses partenaires.

Par Sacha Westerbeek

GNAKANZOU, Côte d’Ivoire, 6 juillet 2007 – À Gnakanzou, un petit village situé à environ 2 km de la frontière libérienne, la jeune Philomène suit une formation pour devenir couturière. Très concentrée, elle mesure le tissu dont elle va faire une jupe. Il y a quelques années, sa vie était bien différente.

En 2002, les forces rebelles se sont emparées de la moitié nord de la Côte d’Ivoire. Des seigneurs de la guerre et des combattants venus du Libéria et de Sierra Leone sont intervenus dans le conflit. Philomène avait 13 ans lorsque les rebelles sont arrivés à Gnakanzou. Parmi ceux qui ont été tués, il y avait son père.

Enlèvement et évasion

« J’ai entendu des coups de feu alors que j’étais en classe. Nous avons tous été nous cacher dans la brousse », se rappelle-t-elle, et elle ajoute qu’on l’a vite découverte, qu’elle a reçu une balle dans la jambe et qu’on l’a emmenée au Libéria, où elle a dû servir de cuisinière à un groupe de 15 combattants.

Alors qu’elle demeurait dans la brousse, Philomène est tombée enceinte. Deux mois après sa naissance le bébé est mort. Finalement, Philomène s’est échappée avec Sylvie, une fille de son village.

« Les 10 filles de notre village qui avaient été enlevées sont toutes retournées chez elles » précise Philomène. « Toutefois, on n’a plus jamais revu certains des garçons. »

Image de l'UNICEF: Côte d’Ivoire, children affected by conflict
© UNICEF Côte d’Ivoire/2007/Westerbeek
Des enfants ivoiriens touchés par le conflit luttent encore pour se réinsérer dans leur communauté.

La lutte pour se réintégrer

Des milliers d’enfants ont été traumatisés par le conflit en Côte d’Ivoire et ils rencontrent des difficultés pour se réintégrer dans leur communauté. Le Service d’aide humanitaire de la Commission européenne a fourni un financement permettant d’aider plus de 1 500 enfants qui ont été liés d’une manière ou d’une autre avec les factions armées du pays.

L’UNICEF et des partenaires tels que la PAHO, une organisation non gouvernementale locale, fournissent à ces jeunes des soins en matière de santé et un appui psychosocial dont ils ont le plus grand besoin. En outre, un programme bénéficiant de l’appui de l’UNICEF donne aux enfants l’occasion d’acquérir une qualification professionnelle et un enseignement de base.

L’an dernier, Philomène a commencé à apprendre la couture. Son amie Sylvie, qui est à présent âgée de 18 ans, est entrée dans un projet de pisciculture. Les deux jeunes filles suivent des cours spécifiques d’alphabétisation et de calcul élémentaire qui leur seront utiles pour faire du commerce. Comme bien d’autres ici, elles continuent à lutter pour retrouver une vie normale.

Image de l'UNICEF: Côte d’Ivoire, children affected by conflict
© UNICEF Côte d’Ivoire/2007/Westerbeek
Sylvie apprend la pisciculture et elle espère avoir un jour sa propre affaire.

« Voilà tout ce que j’espère »

 « Je sens que tout ne s’est pas encore remis en ordre dans ma tête, car j’ai vu trop de morts et de destructions », explique Sylvie timidement. « Lorsque je suis revenue de la brousse, mon mari m’a abandonnée, en me laissant la charge de soigner notre enfant. Il avait peur de moi. »

Sylvie a encore des difficultés à communiquer avec ses proches, mais elle continue à recevoir de l’aide. Le projet de la PAHO cherche à créer un environnement où les enfants se sentent en sécurité, valorisés et appréciés pour ce qu’ils sont.

« Je suis heureuse d’acquérir une qualification et je suis très reconnaissante pour cette chance qu’on m’offre », dit Sylvie. « J’espère que dans cinq ans vous me trouverez dans une boutique en train de vendre du poisson – même si ce ne sont que des sardines. La boutique aura un grand panneau « La boutique de Sylvie ». Voilà tout ce que j’espère. »


 

 

Vidéo (en anglais)

Sacha Westerbeek, de l’UNICEF, parle des enfants touchés par le conflit en Côte d’Ivoire et de leur réinsertion dans la société.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

L'UNICEF et l'UE

Aide humanitaire :
Partenaires de travail

Recherche