Côte d'Ivoire

Des centres de protection soutenus par l’UNICEF pour les enfants victimes du conflit

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Bakary, 15 ans, a été abandonné par sa famille après le début des combats. À la « Maison de l’enfance », une organisation non gouvernementale locale soutenue par l’UNICEF, Bakary a trouvé un refuge contre la violence et a commencé un apprentissage.

Par Bob Coen

BOUAKÉ, Côte d’Ivoire, 20 novembre 2005 – Les enfants sont les principales victimes de la guerre civile qui dure depuis trois ans et qui divise ce pays d’Afrique de l’Ouest. Le phénomène n’est nulle part plus évident qu’à Bouaké, la deuxième ville du pays, qui a été la scène de certains des plus violents affrontements.

Bakary, 15 ans, s’est retrouvé seul et abandonné de sa famille après le début des combats. « Quand les rebelles ont détruit l’hôtel, j’y suis allé – c’est devenu ma maison. Je dormais là, je faisais tout là, raconte Bakary, puis un jour mon copain m’a parlé de l’UNICEF et il m’a dit qu’ils aidaient les enfants. »

Un refuge sûr pour des enfants vulnérables

Bakary a trouvé de l’aide à la « Maison de l’enfance », une organisation non gouvernementale locale soutenue par l’UNICEF. La « Maison de l’enfance » possède quatre centres de protection pour les enfants à travers la ville et s’occupe de centaines d’enfants victimes du conflit.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Christiana, 17 ans, a quitté la maison à 15 ans pour vivre avec des soldats dans un camp militaire. Avec l’aide de la « Maison de l’enfance », elle est retournée dans sa famille et suit maintenant un apprentissage de coiffeuse.

« La situation économique était catastrophique et les gens étaient obligés de survivre », dit le Père Henri de Penfentenyo qui dirige le programme de protection. « Les familles ne pouvaient plus s’occuper de leurs enfants et on a vu une situation où les enfants eux-mêmes étaient obligés de se débrouiller par n’importe quel moyen. »

Pour survivre, de nombreux enfants et de nombreux jeunes s’exposent à des risques graves, surtout les filles. Christiana, 17 ans , a quitté la maison à 15 ans pour vivre avec des soldats dans un camp militaire. « La prostitution , la drogue, j’ai fait beaucoup de choses », dit Christiana, une des nombreuses filles aidées par le centre. Nombre d’entre elles y arrivent enceintes, d’autres avec un enfant.

La « Maison de l’enfance » offre aux enfants un endroit où ils peuvent se détendre en sécurité, suivre un apprentissage ou poursuivre leur éducation pour les aider à retourner un jour à l’école. Elle fait également tous les efforts possibles pour réunir les enfants et leurs familles.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
La « Maison de l’enfance » offre aux enfants un endroit où se détendre, suivre un apprentissage ou poursuivre leur éducation pour les aider à retourner un jour à l’école.

Assurer un avenir meilleur aux enfants et au pays

Après plusieurs mois passés au centre, Christiana suit maintenant un apprentissage de coiffeuse et est retournée vivre dans sa famille. « Je me rends compte que j’étais sur le mauvais chemin, ma vie est bien meilleure aujourd’hui, » affirme-t-elle.

Le jeune Bakary, lui, a quitté la rue et vit dans une famille d’accueil tout en suivant un cours de réparateur en électronique.
Depuis le début de la guerre civile, en 2002, l’UNICEF et la « Maison de l’enfance » ont aidé plus de 470 enfants de Bouaké victimes du conflit.

Le Représentant de l’UNICEF en Côte d’Ivoire, Youssoof Oomar, pense que cette action est cruciale au rétablissement d’une situation normale pour le pays et d’une vie normale pour les enfants eux-mêmes. « Nous contribuons également à mettre en place les ressources qui seront nécessaires au pays dans cinq ou dix ans, quand il sera revenu à une situation normale. Je pense que cela est extrêmement important, » explique-t-il.

La Côte d’Ivoire restant divisée et le processus de paix parrainé par les Nations Unies au point mort, la protection des enfants reste dans cette sombre réalité une priorité majeure de l’UNICEF.


 

 

Vidéo (en anglais)

21 novembre 2005:
Le reportage de Bob Coen, correspondant de l’UNICEF, sur le travail que l’organisation accomplit pour protéger les enfants de Côte d’Ivoire victimes de la guerre civile.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche