Côte d'Ivoire

Les troubles ont favorisé la propagation de la polio

Image de l'UNICEF
© UNICEF Côte d'Ivoire/2005/Brez
Le président Gbagbo administre un vaccin à un enfant lors du lancement de la campagne à Daloa.

NEW YORK, 1er mars 2005 – L’UNICEF et ses partenaires ont achevé la première phase d’une campagne d’éradication de la polio en Côte d’Ivoire.

Ceci s’inscrit dans le cadre d’une campagne mondiale en vue d’éliminer la maladie en 2005. On vise 100 millions d’enfants dans 22 pays, en cinq étapes réparties dans l’année.

L’an dernier, environ 85 pour cent des cas de polio enregistrés dans le monde concernaient l’Afrique. Une épidémie au Nigéria a réinfecté 12 pays qui étaient auparavant exempts de cas de polio et elle a rétabli la transmission dans cinq pays – y compris la Côte d’Ivoire, où 17 cas ont été signalés en 2004.

Les troubles ont rendu plus difficiles les défis à relever par la Côte d’Ivoire afin de venir à bout de la maladie. Depuis 2002, le pays est divisé entre le nord, tenu par les rebelles, et le sud, que contrôle le gouvernement. Un bon nombre de travailleurs sanitaires ont fui le nord, ce qui a entraîné de graves conséquences pour les enfants.

Le gouvernement ivoirien soutient très activement l’initiative contre la polio et le Président Laurent Gbagbo a déclaré la « guerre à la polio » en lançant la première phase d’immunisation dans la ville de Daloa, située au centre du pays.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Côte d'Ivoire/2005/Brez
Le Président Gbagbo lors du lancement de la campagne à Daloa, avec des victimes de la polio, Dame Séwé Déborah Laurentine et le chanteur ivoirien Jos Kezo.

« Je ne suis pas médecin ni infirmier, mais si [Didier] Drogba avait eu la polio, serait-il en train de jouer au football aujourd’hui ? » a déclaré le Président Gbagbo, en faisant référence à la vedette de football ivoirienne, qui joue dans le championnat anglais avec l’équipe de Chelsea.

Dame Séwé Déborah Laurentine, qui est âgée de 29 ans, est la mère de trois enfants. Lors du lancement de la campagne, elle a invité toutes les mères à faire vacciner leurs enfants, et le chanteur ivoirien Jos Kezo, déplacé en raison du conflit, a chanté afin d’encourager à la vaccination.

Plus au sud, à Abidjan, le Premier Ministre Seydou Diarra a également apporté son concours lors du jour d’ouverture de la campagne.

Environ 28 000 vaccinateurs ont fait du porte à porte afin de s’assurer que les cinq millions d’enfants ivoiriens de moins de cinq ans, qui sont ciblés dans la campagne, ont bien reçu les gouttes vitales. Autre objectif, donner à 5,1 millions d’enfants  âgés de six mois à cinq ans un complément de vitamine A, afin de renforcer leur  système immunitaire.

L’épidémie africaine continue à propager le virus dans les pays jusqu’alors exempts de cas de polio, mais l’UNICEF estime possible d’arrêter la maladie cette année. La réalisation de cet objectif implique la vaccination de chaque enfant – quel que soit l’endroit où il se trouve – plusieurs fois dans l’année. Mais les financements pour cette initiative commencent à manquer. D’ici juillet, il est nécessaire d’obtenir d’urgence un complément de 75 millions de dollars EU pour les campagnes de la  seconde moitié de l’année.


 

 

Audio (en anglais)

1er mars 2005:
Jeffrey Brez, responsable de la communication de l’UNICEF en Côte d’Ivoire, explique les difficultés auxquelles on se heurte pour atteindre les enfants dans un pays en proie à un conflit.
Recherche