En bref: Costa Rica

Les élèves du Costa Rica troquent leurs armes pour enfant contre des articles de sport et des cahiers

Image de l'UNICEF
© UNICEF Costa Rica/2008
Ces élèves de la province de San José, au Costa Rica, ont troqué leurs armes pour enfants contre des articles de sport et des cahiers.

SAN JOSÉ, Costa Rica, 10 juin 2008 – À Los Cuadros, un quartier de Goicoechea dans la province de San José, au Costa Rica, la violence constitue un grave obstacle à l’éducation des enfants.

À l’occasion de la Semaine mondiale de l’action contre la violence armée, qui s’est achevée le 8 juin et à laquelle ont participé 70 pays dans le monde, environ 200 élèves de l’école Luis Demetrio de Los Cuadros ont échangé leurs armes pour enfants contre des ballons de football et de volleyball, des Frisbees, des hula hoops et des cahiers.

« Je suis en train d’aller jeter mes armes à la poubelle pour qu’on en soit débarrassés, parce que la violence fait souffrir et je ne le veux pas. Notre vie est meilleure sans armes, » dit Pamela, 8 ans.

L’échange de jouets a été organisé par l’UNICEF en collaboration avec le Ministère de la justice, le vice-ministère auprès de la Présidence et le Programme des Nations Unies pour le développement.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Costa Rica/2008
Deux garçons heureux de leur échange de jouets à l’école Luis Demetrio de Los Cuadros. Sur leur maillot, on peut lire « Des armes ? Non merci ! »

La coopération donne des résultats

Le Ministère de la Justice est chargé dans le gouvernement des efforts de prévention contre la violence, avec notamment la création d’un Comité consultatif national dans le but d’agir dans les zones de forte prolifération des armes à feu, telles que San José, Limón et Garabito.

Le comité a également proposé une réforme de la loi sur les armes à feu et les explosifs, afin de suivre les achats d’armes dans tout le pays.

Lors de la manifestation organisée à Los Cuadros, la Vice-ministre de la justice, Mayela Coto, a observé que la coopération entre les organisations de base, les écoles et le gouvernement contribuaient à empêcher toute forme de violence armée. « Les communautés qui sont parvenues à se rapprocher constatent à présent des résultats positifs, » a-t-elle dit.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Costa Rica/2008
Pamela, 8 ans, a troqué son arme pour enfant contre un Frisbee et un hula hoop.

Les enfants supportent les conséquences

Une prévention efficace de la violence armée dépend d’une sensibilisation précoce des enfants, en particulier dans les zones où les armes à feu sont de plus en plus communes, ce qui accroît l’insécurité dans la population.

« La violence engendre la violence, et il est injuste que les enfants supportent les conséquences, » a déclaré le Représentant de l’UNICEF au Costa Rica, Seija Toro.

« Les enfants ont le droit d’étudier et de jouer, et c’est à nous de faire respecter leurs droits et de leur fournir les occasions nécessaires pour qu’ils se développent pleinement, » a-t-il ajouté.

« Des armes ? Non merci ! »

Lors de l’échange de jouets, les élèves ont regardé une présentation vidéo sur le danger des armes et sur l’importance du règlement des conflits par un dialogue ouvert.

« Les armes sont mauvaises pour les enfants. Nous, on ne doit pas y toucher, et si jamais nous en trouvons une, nous devons le dire à la police ou à notre instituteur, » dit Giharina, 9 ans, après cette présentation.

Outre sa participation à la Semaine mondiale d’action, l’école Luis Demetrio est également partie prenante dans l’initiative conjointe du gouvernement et des Nations Unies « Des armes ? Non merci ! ». Des manifestations similaires ont eu lieu dans d’autres écoles des régions du Costa Rica les plus touchées par la violence.


 

 

Vidéo (en anglais)

6 Juin 2008 :
Le Directeur régional pour l’Amérique latine et les Caraïbes de l’UNICEF, Nils Kastberg, évoque la nécessité de nouvelles stratégies pour affronter la violence armée dans la région.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche