En bref: Costa Rica

XIVeme Sommet latino américain : Investir dans l'éducation pour briser le cycle de la pauvreté

Image de l'UNICEF
© UNICEF Costa Rica/2004
Le Directeur régional de l'UNICEF Nils Katsberg (à gauche) s'entretient avec le Chef de l' État costaricain, Abel Pacheco

SAN JOSE, Costa Rica, 20 novembre 2004 –   Sous le thème "Educar le para progresar" (l'Éducation pour le progrès), des chefs d'État d'Amérique Latine, d'Espagne et du Portugal se sont rencontrés  au XIVeme Sommet latino-américain, qui s'est tenu ici du 19 au 20 novembre. L'UNICEF était aussi présent et a appelé à plus d''investissement social pour permettre à tous les enfants d'Amérique latine d'aller à l'école. L'objectif est ici de briser le cycle vicieux de la pauvreté qui refuse aux individus d'exercer leurs droits ni leur donne l'opportunité de se développer.

« Il y a toujours beaucoup de pauvreté en Amérique latine et l'éducation est une étape fondamentale pour changer cette tendance, » a déclaré  le ministre costaricain des Relations extérieures, Roberto Tovar, en commentant le thème du Sommet.

L'UNICEF estime que quatre enfants sur dix ne terminent pas l'école élémentaire en Amérique latine. Selon la Commission économique des Nations Unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), certains des enfants de 72 à 96 pour cent des familles pauvres ont moins de neuf ans d'éducation formelle. Ce schéma se répète à travers les générations, en créant un cycle de pauvreté.

Dans la déclaration finale du Sommet, les Chefs d'États se sont engagés à faire la promotion dans diffents forum multilatéraux, du test et de la mise en oeuvre de mécanismes financiers innovateurs pour soutenir les budgets d'éducation. Ces mécanismes prévoient de convertir une partie des services de la dette en investissements dans l'éducation. D'autres initiatives devraient également permettre d'obtenir des ressources financières supplémentaires pour les budgets d'éducation.
 
« Le fait que les créanciers s'engagent à réduire la dette en échange d'investissements dans l'éducation est une bonne chose, mais si cela ne devait pas se produire, cela ne saurait être une excuse pour les pays de ne pas augmenter leur investissement social, » a déclaré  le Directeur Régional de l'UNICEF pour l'Amérique latine et les Caraïbes, Nils Katsberg. 

M. Kastberg a réaffirmé l'engagement de l'UNICEF à soutenir les gouvernements d'Amérique latine à dessiner le cadre des mécanismes et des instruments de suivi. Ceux-ci serviront de systèmes de contrôle des objectifs définis lors du Sommet et des décisions prises à la Conférence des ministres de la Jeunesse.
 
Depuis 1991, les Sommets latino-américains annuels servent aux pays membres de plate-forme pour s'entretenir et réfléchir à des questions d'intérêt commun. Parmi les pays participants au Sommet de cette année on trouvait l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, l'Équateur, l'Espagne, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Nicaragua, le Panama, le Paraguay, le Pérou, le Portugal, la République Dominicaine, l'Uruguay, le Salvador et le Vénézuela.

En plus d'assister au Sommet, l'UNICEF a aussi participé à la conférence préparatoire des ministres de la Jeunesse qui avait lieu les 18 et 19 octobre au Costa Rica. La déclaration finale de la conférence préparatoire a été présentée au Sommet. La déclaration des ministres appelle à des mesures collectives afin de prévenir et de  réduire les causes de vulnérabilité des enfants et des adolescentes..


 

 

Recherche