Chine

L'UNICEF a mis en place au Sichuan, frappé par le séisme, des espaces « amis des enfants » spécialement conçus pour les enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF/China/Diego Herrero
Des enfants profitent de la récréation pour sauter à la corde dans la cour d’une école d’été provisoire. Cette école se trouve dans le camp de réinstallation de la commune d’Anchang, près de la ville de Mianyang, dans la province du Sichuan.

Par Dale Rutstein

BEIJING, Chine, 11 août 2008 – L’UNICEF va coopérer avec le Gouvernement chinois pour la création de 30 centres de rétablissement psychologique de longue durée, destinés aux enfants et aux familles affectés par le séisme du 12 mai. Dans ce cadre, une formation intensive et des installations de base vont être fournies aux partenaires locaux et aux travailleurs sociaux.

Fin août, un certain nombre d’« espaces spécialement conçus pour les enfants » devraient être mis en place et fonctionner dans les zones de la province du Sichuan les plus durement frappées, notamment Beichuan, Anxian, Pingwu, Qingchuan, Mianzhu et Jiangyou.

« L’UNICEF s’est engagé à apporter son aide tant que cela sera nécessaire », a dit Mme Kirsten Di Martino, Directrice de la section des droits de l’enfant de l’UNICEF. « Les enfants sont très résistants et la plupart d’entre eux peuvent se remettre sans soutien psychosocial. »

La vie après le séisme

Dans les zones les plus durement touchées, un bon nombre d’enfants sont encore traumatisés par ce qu’ils ont vécu, selon l’évaluation sur le terrain de l’UNICEF.

« Ma petite-fille paraît très bien, mais je sais qu’elle est extrêmement tendue. Cette nuit, sous la couverture, elle a pleuré en cachette », a dit Guo Yixiu, du comté de Beichuan, l’une des zones les plus sinistrées de la province.

Sa petite-fille est l’une des survivantes à l’effondrement de l’école

« Il est difficile de parler à d’autres de ce que nous avons vécu car ils ne peuvent pas nous aider et puis ressasser nos histoires accroît notre malaise », a déclaré Yang Yan, une mère qui a perdu sa fille aînée lorsque l’école pour cours moyens de Beichuan s’est effondrée, entraînant la mort d’environ 1200 enseignants et élèves.

« À présent, nous sommes très préoccupés par les groupes vulnérables, notamment les enfants séparés ou non accompagnés, les parents qui ont perdu leurs enfants, les blessés, les handicapés et les personnes âgées », a dit Mme Di Martino.

La création d’espaces spécialement conçus pour les enfants

L’UNICEF a déjà fourni à ses partenaires locaux des installations de base, telles que des tentes, des salles préfabriquées, des jouets, des livres, des équipements sanitaires, afin d’aider à la création d’espaces spécialement conçus pour les enfants au sein des communautés en réinstallation.

L’UNICEF offre également une formation au personnel embauché localement, ainsi qu’aux bénévoles de la communauté qui auront à répondre, sur une longue période, aux besoins des enfants affectés par le séisme.

Dans les espaces spécialement conçus pour eux, les enfants pourront se réunir par groupes d’activité, comme les jeux, le chant, la danse et la peinture. Cela va contribuer à créer des liens entre eux, à faire naître en eux le sentiment qu’ils se trouvent en sécurité et qu’ils ne sont pas seuls.

En outre, ces activités vont aider les agents qui auront été formés à identifier les enfants présentant des signes d’un traumatisme plus grave, ce qui permettra de leur apporter une aide plus spécifique.


 

 

Recherche