Chine

Après le séisme, les écoliers du Sichuan retrouvent un certain sentiment de sécurité

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ08-0573/Dean
Des adolescents étudient en préparation de leurs examens d’entrée à l’Université du Sichuan, à Chengdu, la capitale de la province. Le tremblement de terre en a fait des orphelins ou les a séparés de leur famille et ils vivent provisoirement à l’école.

NEW YORK, États-Unis, 6 juin 2008 –Dans la province chinoise du Sichuan sinistrée par le séisme, l’UNICEF a achevé sa seconde mission d’évaluation, qui était organisée afin de recenser les besoins les plus urgents de millions d’enfants dont les études ont été perturbées par le séisme du mois dernier.

Selon les données les plus récentes, près de 7 000 écoles ont été complètement détruites et 3 000 autres endommagées durant le tremblement de terre. Ce sont à présent dans des structures provisoires que se font les classes pour la plupart des élèves de la province, et certains d’entre eux ont été relogés pour cela, quittant leur logement situé à la campagne.

Visites aux communautés
Au cours de la tournée, le Directeur adjoint de l’UNICEF en Chine, David McLoughlin, a rencontré le Directeur général adjoint de la Commission Éducation du Sichuan, He Shaoyong. M. McLoughlin s’est également rendu auprès d’un certain nombre de communautés affectées par le tremblement de terre, notamment :

• Tongji, où l’UNICEF parraine une école d’enseignement à distance
• Xinxing, où plus de 1 000 enfants reçoivent un enseignement dans des installations provisoires
• Juyuan, où 2 200 élèves et enseignants du primaire ont survécu, mais où plus de 900 lycéens ont été tués lors de l’écroulement de leur école.

« Nous sommes ici en mission d’éducation afin de voir ce que (...) le gouvernement peut faire. Quelles ressources ont-ils pu mobiliser ? » a dit M. McLoughlin. « Qu’est-ce qui manque et quelle peut être la contribution de l’UNICEF grâce à son expérience? »

Image de l'UNICEF
© UNICEF China/2008/Dean
Des enfants, devenus sans abri à cause du séisme du 12 mai, étudient dans des salles de classe provisoires, sous la tente, à Mianyang, en Chine. Selon l’UNICEF, il y aurait 10 000 écoles endommagées ou détruites par le tremblement de terre.

Les besoins les plus urgents

L’UNICEF et le Gouvernement chinois ont identifié un besoin de matériel éducatif, de structures et d’abris provisoires, ainsi que de latrines et d’installations d’eau salubre. Des ressources supplémentaires devraient être consacrées à la préparation des écoles aux situations d’urgence et à la formation des enseignants et des conseillers scolaires au traitement du stress chez les enfants qui ont survécu à la catastrophe.

Au Sichuan, au moins 400 orphelins et environ 1 000 enfants encore séparés de leur famille sont logés dans des écoles et à l’Université du Sichuan, à Chengdu. Un nombre inconnu d’enfants sont encore non scolarisés, bien que le gouvernement ait fait de la reprise des cours une priorité majeure et autorisé beaucoup d’écoles à fonctionner en classes alternées pour accueillir davantage d’élèves.

« Nous sommes heureux de voir que le gouvernement donne la priorité au retour des enfants en classe », a déclaré la Dr Yin Yin Nwe, Représentante de l’UNICEF en Chine et présidente de l’Équipe des Nations Unies pour la gestion des catastrophes. « Cela va être d’une grande aide pour leur rendre un sentiment de normalité ».


 

 

Vidéo (en anglais)

5 juin 2008 : la correspondante de l’UNICEF, Elizabeth Kiem, rend compte des conclusions de la seconde mission d’évaluation que l’UNICEF a effectuée dans la province chinoise du Sichuan, sinistrée à la suite du séisme.
 VIDEO  hautbas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche