Chine

En Chine, une mère sort sa famille de la pauvreté

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Dans la province chinoise du Henan, la mère de Liu Duoduo, 17 ans, a fait de l’élevage de canards afin d’accroître les revenus de la famille et de permettre à Duoduo de retourner à l’école.

Le fleuron des publications de l'UNICEF, La Situation des enfants dans le monde 2007, s'intéresse cette année au double dividende de l'égalité des sexes. Cela permet aux enfants et aux femmes de surmonter la pauvreté. Voici une des histoires d'une série liées à la publication du rapport le 11 décembre.

PROVINCE DU HENAN, Chine, 8 janvier 2007 - Comme des millions de jeunes dans toute la Chine, Liu Duoduo, 17 ans, a dû abandonner l’école à cause de la pauvreté.

« J’allais depuis neuf ans en classe », raconte Duoduo, qui vit avec sa famille à Ruyang, une petite ville de la province du Henan. « La pauvreté de ma famille m’a obligée à abandonner l’école pour aider aux travaux agricoles »

Chen Aiqing, la mère de Duoduo, voulait que sa fille puisse poursuivre ses études aussi longtemps qu’elle le souhaitait.

Des millions de jeunes ne vont pas à l’école

« Lorsque Duoduo a quitté l’école, cela nous a préoccupés, son père et moi », déclare Mme Chen. « Mais nous n’y pouvions rien. Nous avions tellement d’enfants à notre charge et puis nous étions très pauvres ».

En Chine, des millions d’enfants ne vont pas à l’école pour toutes sortes de raisons. Un bon nombre d’entre eux comme Duoduo abandonnent l’école car leur famille n’ont pas les moyens de continuer à les y envoyer ; d’autres ont migré vers des zones urbaines mais ils n’ont pas été enregistrés par l’administration et donc n’ont pas été inscrits à leur nouvelle école.

Ces enfants courent des risques graves et ils auront plus de problèmes, plus tard, pour trouver du travail à cause d’une éducation insuffisante. Ils sont en outre exposés à l’usage de la drogue, à la violence et à l’exploitation sexuelle.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Duoduo et sa mère Chen Aiqing pèsent des oeufs de canard.

Une seconde chance

Ce n’est que récemment que Duoduo et sa famille ont pu donner à leur vie un cours radicalement différent, grâce à une subvention de démarrage accordée par le Gouvernement chinois. La mère de Duoduo a consacré cette subvention  à l’achat de quelques canards et cet élevage a permis d’augmenter le revenu familial par la vente de canards et d’œufs.

« Dès que nous avons commencé l’élevage, notre condition s’est bien améliorée », remarque Mme Chen. « Cela nous a vraiment bien aidés. »

Sa famille sortant de la pauvreté, Duoduo a été en mesure de retourner à l’école. Elle étudie dans un centre de formation qui bénéficie du soutien de l’Association chinoise de science et de technologie en coopération avec l’UNICEF et elle espère avoir la chance de devenir artiste.

Tout en comblant son retard dans le domaine scolaire, Duoduo s’est inscrite dans une classe de dessin. Ceci entre dans le cadre de la formation permettant d’acquérir des moyens d’existence que dispense le centre, où des jeunes étudient avec leurs enseignants et leurs pairs des questions comme le droit du travail, le VIH/SIDA et la toxicomanie, afin qu’ils puissent se défendre une fois qu’ils sont sur le marché du travail.

À la poursuite de son rêve

« Depuis 2005, plus de 3 000 garçons et filles ont suivi le programme de formation pour obtenir des moyens d’existence dans notre pays », explique Wu Xinhui, qui appartient à l’équipe de l’Association de science et de technologie de Ruyang. « Grâce aux connaissances qu’ils acquièrent, beaucoup de ces garçons et de ces filles ont pu trouver du travail, soit dans les environs soit dans d’autres villes ».

Duoduo apprécie le temps qu’elle passe dans le centre, et tout particulièrement les classes de dessin. Sa mère encourage son ambition de devenir peintre.

« Duoduo aime dessiner et nous souhaitons qu’elle dispose de connaissances particulières comme celle-là » dit Mme Chen. « Si elle a de véritables dispositions dans ce domaine, alors je l’aiderai à poursuivre son rêve ».


 

 

Vidéo (en anglais)

La correspondante de l’UNICEF, Kun Li, décrit le lourd handicap de la pauvreté qui pèse sur les enfants chinois pour leur éducation.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Politique de l'UNICEF sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des filles et des femmes

Recherche