Chine

Création d’écoles soucieuses des enfants dans la Chine rurale

Image de l'UNICEF: China: Child-friendly schools
© UNICEF China/2006/Li Mingfang
Des élèves travaillent à un problème de maths dans un environnement propre et lumineux à l’École primaire de la ville de Doujiang, dans la Province de Guangxi, en Chine.

Par Charles Rycroft

GUILIN, Chine, 22 décembre 2006 – L’école s’adapte aux enfants dans la Province de Guangxi, en Chine du Sud. On prend sérieusement en compte ce que demandent les élèves et ce qu’ils pensent, grâce à une initiative d’éducation soutenue par l’UNICEF.

Dans des provinces qui sont parmi les plus pauvres de Chine, les enseignants de 105 écoles pilotes ont été formés à des principes d’éducation axés sur les enfants tels que l’efficacité, la sécurité et la protection, l’égalité des sexes et l’engagement de la communauté dans les questions d’enseignement. Entre 2001 et 2005, 30 000 élèves ont bénéficié de cette initiative.

« Dans cet environnement éducatif adapté aux enfants et que soutient l’UNICEF, l’éducation axée sur l’enfant et l’enseignement basé sur les activités aident les jeunes à développer tout leur potentiel », déclare Anjana Mangalagiri, responsable de projet pour l’UNICEF en Chine.

Une réglementation nouvelle et soucieuse des enfants

Ce sont peut-être les élèves eux-mêmes qui retirent le plus grand bénéfice de cette éducation. À présent, ils disent ce qu’ils pensent sans craindre une punition comme auparavant. Dans une classe, des élèves ont même préparé les « Dix commandements du bon enseignant ». Ces commandements, qui abordent notamment le favoritisme, la discipline et les éloges, ont remplacé les vieilles règles que l’on lisait autrefois sur les murs des écoles.

Image de l'UNICEF: China: Child-friendly schools
© UNICEF China/2006/Li Mingfang
Égalité dans l’enseignement, égalité dans les jeux. L’intégration de tous les enfants dans les activités scolaires constitue un élément essentiel de l’école soucieuse des enfants.

Dans les programmes orientés sur les besoins des enfants, les élèves ont dit aux responsables scolaires qu’il n’existait pas de surveillance appropriée lors des récréations, de telle sorte que des enfants se faisaient souvent brimer par d’autres. Les élèves souhaitent en outre être consultés sur la destination de la sortie annuelle de l’école et ils estiment que les enseignants devraient rester calmes. La possibilité de faire des suggestions aux enseignants est un facteur permettant de maintenir un environnement éducatif sûr et agréable.

Une enquête a été récemment menée dans tout le pays, concernant les comportements en matière de sommeil. Sur les 3 millions d’enfants chinois ayant participé à cette enquête, 70 pour cent ont indiqué qu’ils disposaient de moins de sept heures de sommeil par nuit en raison des devoirs à faire à la maison et de l’obligation d’être tous les matins à l’école dès 8h30. Maintenant, à Guangxi, l’école ne commence qu’à 9h30, de telle sorte que les élèves peuvent dormir plus longtemps, ce dont ils ont besoin.

Attirer l’attention des médias

Ces efforts réalisés dans les écoles pilotes de la province de Guangxi, ont attiré l’attention des médias d’un bout à l’autre du pays, faisant même les gros titres des principaux journaux chinois. Récemment, la Télévision centrale de Chine a envoyé des équipes faire des reportages sur les écoles adaptées aux enfants, puis a diffusé ces reportages auprès de sa vaste audience.

« Les journalistes trouvent qu’il est facile de traiter le sujet de ces écoles soucieuses des enfants, ils se sentent concernés », a dit Liu Li, une des responsables de la communication à l’UNICEF. « Tous peuvent se rappeler les dures réalités de leurs propres années d’école ».


 

 

Recherche