Chine

Eduquer les jeunes enfants délaissés des communautés pauvres et isolées de Chine

Image de l'UNICEF
© UNICEF China/2006/Chen
Des enfants dans un jardin d’enfants de fortune d’un comté reculé à minorité ethnique de la Province de Guizhou, l’une des provinces chinoises où le nombre d’inscriptions en maternelle a augmenté grâce à l’appui de l’UNICEF.

By Wen Zhang

La protection et l'éducation de la petite enfance seront le thème de la réunion du Groupe de haut-niveau sur l'éducation pour tous, organisée par l’UNESCO du 14 au 16 novembre au Caire en Egypte. Voici l’une d’une série d’histoires se rapportant à la réunion.

ANSHAN, Chine, 9 novembre 2006 – Zheng Qing vit dans un village reculé du comté de Cangxi de la province chinoise de Sichuan. Sa mère a quitté le foyer et comme son père travaille comme ouvrier migrant, elle a été élevée par sa grand-mère. Jusqu’à il y a deux ans, quand elle est allée au jardin d’enfants, c’était une enfant introvertie qui refusait de jouer avec les autres.

La situation de Qing n’est pas inhabituelle en Chine, où on dénombre presque 100 millions d’enfants de moins de six ans. Environ 41 pour cent seulement des enfants de trois à six ans vont en maternelle. Il arrive souvent que l’on ne puisse pas répondre aux besoins éducatifs de millions d’autres jeunes enfants, surtout dans les zones rurales et pauvres où il n’y a pas assez de ressources pour le développement de la petite enfance.

La ténacité des volontaires

Pour augmenter le nombre d’enfants en maternelle, la Chine a mis en route – avec l’aide de l’UNICEF – une Politique nationale pour la protection et l'éducation de la petite enfance. Dans les provinces où l’on applique cette politique, les inscriptions en maternelle ont augmenté de plus de 50 pour cent.

Image de l'UNICEF
© UNICEF China/2006/Chen
Des enfants s’amusent dehors dans un jardin d’enfants de la province de Guizhou.

Dans le cas de Qing, le Centre municipal de ressources de Qiping pour l’éducation de la petite enfance, soutenu par l’UNICEF, a mis en place un plan de soutien pour lui dispenser un enseignement chez elle.

Des volontaires sont venus mais au début, sa grand-mère leur a battu froid. Ils ont cependant continué de lui rendre visite tous les quinze jours. Finalement un jour d’août 2004 les volontaires sont venus par une pluie battante, les pantalons retroussés jusqu’aux genoux et arc-boutés à leurs parapluies, pour apporter à Qing des jouets et des livres pour enfants. 

Touchée par leur geste, la grand-mère de Qing leur a apporté une cuvette d’eau chaude pour qu’ils puissent se laver les pieds. Après cella, elle a été plus détendue et elle a bien accueilli les volontaires. Elle a invité les enfants du voisinage, leurs parents et grands-parents chez elle pour qu’ils participent aux activités éducatives.

Amélioration spectaculaire

Au début, Qing était timide et se cachait derrière sa mamie. Les bénévoles lui ont raconté des histoires et ont proposé aux autres enfants de faire des jeux avec elle. On l’a encouragée à s’exprimer pendant les jeux pour lui donner confiance en elle.

Après avoir passé  un peu de temps avec Qing, les volontaires ont constaté que son régime manquait de protéines. Ils ont demandé à sa grand-mère de lui donner un oeuf par jour, des légumes frais, plus de jus de haricots et de porridge. Le Centre de Qiping lui  a fait livrer du lait en poudre et la santé de Qing s’est améliorée. 

Au mois de septembre 2004 on l’a inscrite au jardin d’enfant, où elle continue de se rendre – exemple vivant de l’amélioration spectaculaire que l’éducation et la protection de la petite enfance peuvent entraîner.


 

 

Vidéo (en anglais)

9 novembre 2006:
Anjana Mangalagiri, Responsable pour l’UNICEF de l’éducation et du développement de l’enfant en Chine, parle du développement d’une politique nationale pour le développement de la petite enfance.
 VIDEO  haut | bas

UNGEI

Site de l'Initiative des Nations unies pour l'éducation des filles
Recherche