République centrafricaine

La campagne d’élimination du tétanos est axée sur les femmes, les enfants et les communautés pygmées

Image de l'UNICEF
© UNICEF CAR/2008/Holtz
Une jeune pygmée, à Lobaye, montre fièrement son carnet de vaccination qu’on lui a remis et qui enregistre son immunisation.

Par Emily Bamford

LOBAYE, République centrafricaine, 29 janvier 2008 – Kpa, âgé de un mois, souffre depuis sa naissance d’une forte fièvre et de graves spasmes musculaires, sans pouvoir manger – tous les symptômes classiques du tétanos néonatal. Afin de sauver son bébé, Tatyana a quitté sa communauté pygmée Aka, au coeur de la forêt, et a marché plus de 15 km pour trouver un hôpital.

« Je veux seulement que mon enfant soit en bonne santé », dit sa mère de 19 ans, Tatyana, qui berce le nouveau-né dans ses bras. 
Le tétanos est le septième facteur de mortalité infantile en République centrafricaine (RCA). Les pygmées, qui souvent n’ont pas accès aux installations de santé et à l’assainissement, sont parmi les plus exposés à cette maladie. Le traitement est trop onéreux pour la majeure partie de la population de Lobaye, qui, dans bien des cas, en est réduite à subsister.

Kpa a eu de la chance, car d’autres membres de la communauté ont réuni le peu d’argent qu’ils avaient pour financer les frais médicaux entraînés par le traitement du bébé. Mais même lorsqu’ils bénéficient d’un traitement, la plupart des bébés atteints du tétanos néonatal ne survivent pas. 

Une campagne de vaccination qui dure une semaine

Soucieux d’améliorer la situation, les Pygmées Aka ont, comme 1,5 million d’autres femmes et enfants, participé récemment à la « Campagne d’élimination du tétanos maternel et néonatal », qui a duré une semaine, d’un bout à l’autre de la RCA.

Image de l'UNICEF
© UNICEF CAR/2008/Holtz
Des femmes et des enfants attendent d’être vaccinés et de recevoir des suppléments d’ordre médical, dans le cadre de la « Campagne d’élimination du tétanos maternel et néonatal » en RCA.

Avec l’appui de l’UNICEF, travaillant en collaboration avec le Ministère de la santé centrafricain et le Fonds des Nations Unies pour la population, les organisateurs de la campagne ont vacciné contre le tétanos des femmes en âge de procréer et fourni aux enfants des suppléments de vitamine A, une vaccination de base et un traitement de déparasitage.

L’UNICEF apporte également son appui à l’ONG italienne Cooperazione Internazionale, pour un projet en faveur des droits des pygmées dans le secteur de Lobaye.

Des interventions cruciales

Les pygmées Aka, qui vivent dans la forêt, disposent sans difficulté de fruits, de légumes et de viande. Ils sont presque totalement autosuffisants et mangent relativement bien. Toutefois, sans accès aux installations de santé et à l’assainissement, les enfants ont ici un risque plus élevé de souffrir des parasites courants tels que les vers – ce qui peut mettre leur vie en danger en l’absence de traitement.

Il est urgent d’aider les Pygmées d’Aka car on semble être au début d’une lente évolution qui risque de les faire disparaître, par la maladie, la pauvreté chronique et leur marginalisation dans une société plus large. Un bon nombre d’entre eux se rapprochent petit à petit de villes et de villages plus importants, où ils se voient refuser l’accès aux écoles et aux hôpitaux, ce qui se traduit par leur marginalisation. Ils ont besoin de revenus et beaucoup se font exploiter dans leur travail. 

« La vie dans la forêt peut être dure. Nous n’avons pas d’argent, si bien que nous ne pouvons pas toujours amener nos enfants à l’hôpital lorsqu’ils tombent malades. Par ailleurs, nous sommes souvent marginalisés par les populations locales –  nous n’aimons pas quitter la forêt.  Rester à Ngouma est très important pour nous, c’est chez nous, » dit Kano, une mère de trois enfants, qui est âgée de 28 ans.

L’offre aux Pygmées d’interventions de santé d’une importance cruciale, telles que des vaccinations et des médicaments, constitue une petite avancée vers la prestation de services sociaux à long terme à cette population oubliée.


 

 

Audio (en anglais)

29 janvier 2008:
Le responsable de la communication de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Martin Dawes, parle de la « Campagne d’élimination du tétanos maternel et néonatal ».
AUDIO écouter

Recherche