République centrafricaine

Mia Farrow se rend en République centrafricaine, un pays touché par un conflit

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ07-0068/Pirozzi
Au cours de sa visite en République centrafricaine, l’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF Mia Farrow accueille des garçons à Voix de Coeur, un centre pour enfants à Bangui, la capitale.
By Sarah Crowe

BANGUI, République centrafricaine, 13 février, 2007 --  Au cours d’une cérémonie organisée à la hâte, le Président de la République centrafricaine François Bozizé décerne à l’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF Mia Farrow la médaille d’honneur présidentielle, en reconnaissance de ses services à sa nation.

Mme Farrow, une actrice de réputation mondiale connue également pour ses activités humanitaires, se trouve en République centrafricaine pour mettre en lumière une des crises les plus négligées du monde. Les conflits en cours dans les pays voisins du Tchad et du Soudans ont en effet débordé les frontières et obligé quelque 150 000 personnes à fuir leurs foyers dans ce pays isolé et sans bordure maritime.

Le président aurait été impressionné par le fait que Mme Farrow est venue des Etats-Unis pour visiter ces régions affectées par le conflit et il souhaitait lui rendre hommage. La médaille présidentielle est habituellement réservée aux chefs d’Etat ou aux Centrafricains qui se sont distingués au service de la nation depuis qu’elle a obtenu son indépendance de la France en 1960.

Vêtue d’une simple robe noire, Mme Farrow est restée debout sur le tapis rouge devant le palais présidentiel, la fanfare militaire en train de jouer derrière elle. Maîtrisant mal son émotion pendant que le président lui épinglait la médaille bleu turquoise sur la poitrine, elle a déclaré :

« Je porterai cette médaille près de mon coeur, non seulement en souvenir de ce beau pays mais aussi parce qu’elle me rappellera constamment le courage de son peuple ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ07-0074/Pirozzi
Mia Farrow administre un vaccin oral antipolio à un nourrisson dans la ville de Birao, dans le nord du pays, proche de la frontière avec le Soudan.

La crainte de nouvelles attaques

Depuis son arrivée samedi, Mme Farrow a visité Birao, dans la région du nord-est proche des frontières avec le Tchad, le Soudan et la région du Darfour. Des foules sont venues l’accueillir et amener les enfants aux programmes de vaccination, bien nécessaires en ce moment.

Il y a à peine deux mois, la région était un champ de bataille, les forces de la République centrafricaine et du Tchad, appuyées par la France, luttant contre les rebelles qui s’étaient emparés de Birao. Maintenant, le seul signe de conflit, c’est la présence d’importantes forces de sécurité – des soldats centrafricains et tchadiens armés de mitraillettes, des militaires français prêts à intervenir et des batteries antiaériennes.

La population, cependant, craint de nouvelles attaques.

Mme Farrow a écouté les témoignages de femmes de Birao qui disent que beaucoup d’entre elles avaient été violées par les rebelles et obligées de fuir au cours des combats acharnés pour le contrôle de la ville, dont une grande partie a été détruite. Dans ce conflit complexe, une chose est sûre : les populations ont une besoin urgent de protection.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ07-0076/Pirozzi
Mia Farrow, que l’on voit ici en train d’accueillir des femmes à Birao, République centrafricaine, participe à une campagne pour la survie et la santé de l’enfant orientée sur les conséquences du conflit.

Le besoin d’une assistance extérieure

« Protection, protection, protection. C’est ce dont les gens ont le plus besoin ici », a déclaré Mme Farrow. « Ils ont hâte de reconstruire leurs vies, reconstruire leurs villages, et bien sûr ils ont besoin d’aide pour cela. Mais tant que la sécurité ne sera pas rétablie, personne ne peut faire quoi que ce soit. Les gens ont désespérément  besoin que l’ONU dépêche une force internationale de Casques bleus pour assurer la sécurité ».

Mais avant que ne débarquent les soldats de la paix, avant que la paix ne soit instaurée, il faut s’occuper de ceux qui sont le plus négligés – les enfants du pays – et les protéger de maladies mortelles, comme la rougeole, le paludisme et la polio. Le personnel de l’UNICEF s’efforce vigoureusement de venir en aide aux enfants les plus isolés mais en raison des fortes pluies saisonnières et d’une infrastructure de mauvaise qualité, ils sont difficiles à atteindre. 

Avec tant de personnes déplacées par le conflit, la République centrafricaine continue de chercher de l’aide à l’extérieur du pays. Les Casques bleus de l’ONU ont obtenu un mandat Chapitre 7 de la Charte pour leur intervention en République centrafricaine, ce qui signifie qu’ils peuvent défendre les civils mais on n’a pas encore fixé leur date d’arrivée dans le pays.

Mme  Farrow a également rencontré des enfants qui vivent dans la rue, et s’est rendue dans des centres de lutte contre le VIH/SIDA ainsi que dans des communautés de pygmées à Lobbaye, au sud-ouest de la capitale. Elle écrit un blog sur son voyage dans la région, que l’on peut lire sur son site Internet, www.miafarrow.org.


 

 

Vidéo (en anglais)

13 février 2007 :
la correspondante de l’UNICEF Sarah Crowe présente un reportage sur la visite de l’Ambassadrice itinérante Mia Farrow dans les régions de la République centrafricaine touchées par le conflit.
VIDEO haut | bas

14 février 2007 :
Le correspondant de l'UNICEF Kun Li parle de Mia Farrow qui a reçu une Médaille d'Honneur du Président de la République Centrafricaine François Bozizé.
VIDEO haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche