Campagnes en faveur de l'éducation des filles

Histoires vécues

Vivez la vie d’une jeune Nicaraguayenne.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Nicaragua/2004
Haitza Ortiz, 15 ans vit dans un quartier pauvre de la banlieue de la capitale, Managua.

Haitza vit avec sa mère et sa jeune soeur dans un quartier pauvre de la banlieue de la capitale, Managua. Pour briser le cercle de la pauvreté, elle a décidé d’étudier à fond et d’aller à l’université – avec le soutien de sa maman, qui veut que sa fille ait une vie meilleure que la sienne.

Le Nicaragua est le plus grand pays d’Amérique centrale, avec une population de 5,1 millions d’habitants, dont 53 % ont moins de 18 ans.

Les deux défis principaux auxquels est confronté le Nicaragua sont la pauvreté persistante et l’exclusion sociale. Le pays est le troisième au rang des pays pauvres des Amériques (46 % de la population est pauvre et 15% extrêmement pauvre). Les disparités entre les riches et les pauvres sont les principaux obstacles à la réalisation des droits des enfants et des adolescents.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Nicaragua/2004
Haitza Ortiz (gauche) avec sa mére et sa petite soeur

La violence contre les femmes, surtout la violence conjugale, est très répandue et elle contribue certainement au pourcentage élevé de ménages dirigés par une femme (un sur quatre).

L’éducation est essentielle pour éliminer la pauvreté et favoriser l’autonomie des femmes. Bien que 79 % des enfants en âge scolaire aillent à l’école, la qualité de l’éducation et les taux de réussite laissent beaucoup à désirer. En 2002, seuls 29 % des écoliers ont terminé l’école primaire.

Souvent, les filles quittent l’école pour s’occuper de leurs jeunes frères et sœurs ou pour s’occuper des tâches ménagères. Si elles ne terminent pas l’école, la probabilité d’avoir une famille en bonne santé par la suite diminue. Leurs enfants auront moins de chances d’aller à l’école et ils courront plus le risque d’être victime de sévices et de l’exploitation.

Mais de nombreuses familles veulent briser cet engrenage. Avec le soutien de sa mère, Haitza Ortiz, âgée de 15 ans, est décidée à terminer ses études et à devenir informaticienne. La maman d’Haitza a quitté l’école à l’âge de 10 ans pour aller travailler comme domestique à la capitale. Elle a eu son premier enfant à l’âge de 15 ans et elle n’a jamais terminé ses études primaires. Haitza veut élargir le champ de ses possibilités.

L’UNICEF travaille avec le Gouvernement du Nicaragua pour améliorer le système éducatif. Un exemple de coopération est l’Initiative pour des écoles saines et amies des enfants, une approche globale qui encourage l’éducation de qualité dans un environnement scolaire sain. L’initiative se fonde sur une participation forte des enfants, des parents, des professeurs et de la communauté. Un enseignement avec des classes à années multiples, des services de santé, des repas pour les enfants ainsi que l’eau et l’assainissement sont les éléments essentiels de ce programme. En 2003, le modèle a été mis en place dans 99 écoles du pays avec des classes à années multiples et 200 autres ont été certifiées « écoles saines et amies des enfants ». Grâce au succès de ce modèle, un nombre croissant d’écoles fait une demande de certification.

Pour Haitza, terminer ses études signifie la liberté de prendre des décisions et espérer un avenir plus prospère.


 

 

Présentation multimédia

Vivez la vie de Haitza une jeune Nicaraguayenne.

Bas | Haut débit
(Flash)

Recherche