Cambodge

Des groupes de soutien aux mères encouragent l’allaitement maternel au Cambodge

Image de l'UNICEF
© UNICEF Cambodia/2007/ Laurila
Members of a ‘Mother Support Group’, just one of in network of community outreach programmes working to promote exclusive breastfeeding in Cambodia.

« Mères modèles » et d’autres membres d’associations à base communautaire soutiennent une initiative nationale pour l’allaitement maternel, dans le but de réduire les taux de mortalité infantile au Cambodge

« Mères modèles » et d’autres membres d’associations à base communautaire soutiennent une initiative nationale pour l’allaitement maternel, dans le but de réduire les taux de mortalité infantile au Cambodge

KA HANG, Province de Kampong Speu, Cambodge, 31 mars 2008 – L’air est humide et les rizières de Ka Hang, d’un vert brillant, frémissent doucement, dans l’attente d’une autre grosse averse de mousson. On entend des voix qui se rapprochent alors qu’environ une douzaine de femmes, des bébés dans les bras et de très jeunes enfants courant autour d’elles, se frayent un chemin vers un abri assorti d’une marquise au milieu des rizières. Ces mères participent à un groupe de discussion organisé par des membres du Réseau des groupes de soutien aux mères, composé d’associations à base communautaire qui encouragent activement l’allaitement maternel exclusif dans tout le Cambodge rural.

Sun Vandy est âgée de 35 ans et la mère d’un enfant de trois ans, qui est en bonne santé. Elle explique les raisons pour lesquelles elle a rejoint le groupe de soutien de Ka Hang, en tant que « Mère modèle ». « Je voulais m’occuper des enfants », dit-elle. « Je désirais les aider, ainsi que leurs mères, et me sentir fière de mon village. »

Vandy souligne que ce n’est pas facile d’encourager l’allaitement maternel exclusif lors de la saison des pluies, surtout en ce qui concerne les mères pauvres, car il leur faut travailler dans les rizières au cours de cette phase de la culture du riz qui exige beaucoup de main–d’œuvre.

La solution qu’elle a trouvée, c’est de parler aux femmes enceintes et aux mères qui viennent d’accoucher à l’occasion des fêtes traditionnelles, qui réunissent les villageois. Vandy révèle également une astuce qui  marche bien, rappeler aux familles que l’allaitement maternel est non seulement le meilleur moyen de nourrir les bébés, mais c’est aussi le moins onéreux.

Un bon nombre d’autres mères ont des histoires de ce type à raconter. Bou Sreynoun a 25 ans et trois enfants. Elle aussi a vécu par elle-même l’expérience de l’allaitement maternel exclusif et de ses bienfaits. Sreynoun a nourri son premier-né avec un mélange de lait maternel et d’eau, et il était souvent malade. En revanche, son plus jeune fils, qui a trois mois et qui est nourri exclusivement au sein, se porte bien.
 
Les Groupes de soutien aux mères s’intègrent dans l’Initiative communauté amie des enfants, un programme national mis en œuvre au niveau du village et visant à encourager des pratiques adaptées d’alimentation des bébés et des jeunes enfants. On retrouve essentiellement dans un groupe type :

  • Le chef de village, l’autorité traditionnelle dans la communauté
  • Le groupe de bénévoles du village assurant un appui sanitaire,  qui jouent un rôle d’interlocuteurs et d’intermédiaires entre les villageois et l’équipe du dispensaire
  • Une personne intervenant traditionnellement dans les naissances, l’interlocuteur clé des mères, puisque, au Cambodge, près de 80 pour cent des naissances ont lieu au domicile
  • Deux mères modèles dans chaque village, qui encouragent les femmes enceintes à recourir aux soins prénatals et les mères qui viennent d’accoucher à commencer et à poursuivre l’allaitement au sein exclusif

Tout en ayant de fréquentes discussions informelles avec des femmes enceintes et des mères allaitantes dans leur propre village, les membres des Groupes de soutien aux mères de plusieurs villages se réunissent entre eux tous les trois mois dans un dispensaire local. Le but de ces réunions est d’échanger des observations sur leurs expériences en tant que « passeurs de message » dans la campagne nationale d’encouragement à l’allaitement maternel et aussi de suivre les progrès de l’allaitement dans leur propre village.

Une stratégie simple de communication aux résultats remarquables   

Depuis son lancement, en 2004, dans 50 villages par le Ministère de la santé du Cambodge, l’Initiative communauté amie des enfants a pris une très grande extension. Aujourd’hui, elle touche 2 675 villages, 20 pour cent de la totalité des villages du pays, et elle a reçu le soutien de l’Alliance pour la santé dans le domaine de la procréation et des enfants (Reproductive and Child Health Alliance – RACHA), une ONG basée au Cambodge, de l’UNICEF et de CARE Cambodge. 

À la base de cette initiative, il y a une stratégie nationale de communication axée sur des messages simples d’ « allaitement maternel exclusif » et de « pas d’eau pour les enfants nourris au sein », car les sources d’eau au Cambodge sont souvent insalubres. Afin de transmettre ces messages, l’initiative compte sur l’engagement des parties prenantes, notamment les groupes communautaires, les chaînes de télévision et les stations de radio, ainsi que les hôpitaux, qui interviennent dans la Semaine de l’allaitement maternel. Selon les dernières données au niveau national, on est parvenu à une augmentation spectaculaire des taux d’allaitement maternel exclusif pour les enfants de moins de six mois. En effet, on est passé de 11 pour cent en 2000 à 60 pour cent en 2005. De leur côté, les taux de mortalité infantile ont nettement baissé durant la même période.

Il faut bien remercier les Groupes de soutien aux mères, répartis dans tout le Cambodge rural, pour les vies de jeunes enfants qu’ils sauvent. Les expériences individuelles d’allaitement maternel constituent un élément irremplaçable de la stratégie de communication visant à atteindre des femmes du monde rural qui, telles que Vandy, Bou et d’autres mères de Ka Hang, cherchent la meilleure façon de protéger la santé de leurs enfants.


 

 

Recherche