Cambodge

Au Cambodge « Des amis aident des amis » et vivent avec le virus VIH

Image de l'UNICEF
© UNICEF Cambodia/2007/Laurila
Au cours de leur visite hebdomadaire à l’hôpital régional de Svay Rieng, des enfants jouent en attendant leurs médicaments.

Par Guy Degen

SVAY RIENG, Cambodge, 18 mai 2007 – Avoir un réseau d’amis compréhensifs pour partager les problèmes qu’on rencontre lorsqu’on vit avec le VIH/SIDA est une chose difficile dans les zones rurales éloignées, particulièrement pour les jeunes enfants.

A l’hôpital régional de Svay Rieng, les enfants atteints du virus VIH et leurs familles se réunissent une fois par mois à l’occasion du programme « Des amis aident des amis », un programme géré par le Centre national du VIH/SIDA, de dermatologie et des infections sexuellement transmissibles, avec le soutien de différents partenaires, dont l’UNICEF.

Parmi ces enfants figure Bantun (il ne s’agit pas de son vrai nom), âgé de 11 ans. Ses deux parents sont morts du SIDA. Il vit avec sa tante Neang ainsi qu’avec son frère jumeau et sa sœur aînée qui, tous deux, sont séronégatifs.

Au cours de la séance de « Des amis aident des amis », le service de pédiatrie est en pleine effervescence à cause des parents qui discutent et des enfants qui jouent. Neang attend patiemment son tour afin de recevoir la nouvelle dose de médicaments antirétroviraux de Bantun. Peu après, on appelle Bantun. Un médecin consulte son dossier médical et l’examine.

Soins de santé et réseau de soutien

Pourtant, pour la majorité des personnes venues participer à ce programme, le temps fort n’est pas la rencontre avec les médecins. Le personnel de l’hôpital prépare un substantiel déjeuner fait de légumes, de riz et de fruits. Ce repas offre à chacun la chance de rencontrer d’autres personnes.

« Quand ces personnes se rendent auprès d’un groupe comme ‘Des amis aident des amis’, elles peuvent trouver et rencontrer d’autres familles qui partagent les mêmes problèmes, explique la Responsable de la section VIH/SIDA d’UNICEF Cambodge,  Haritiana Rakotomamonjy. C’est vraiment important pour elles de voir qu’elles ne sont pas seules et qu’elles ont à leur disposition un réseau de soutien, non seulement au centre médical mais aussi au sein de leurs communautés ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Cambodia/2007/Laurila
Au service de pédiatrie de Svay Rieng, une fille semble plus intéressée par le tableau lui-même que par son contenu pédagogique.

Neang s’est faite de nombreux amis grâce au programme. Elle attache une très grande importance au soutien qu’elle reçoit d’autres personnes atteintes du VIH/SIDA. « C’est bien parce que les enfants peuvent rencontrer des enfants, les tuteurs légaux et les parents peuvent se rencontrer aussi et nous avons la possibilité de parler de nos vies, de notre santé et de nos conditions de vie », explique-t-elle. 

Plus de 100 enfants séropositifs participent au programme «Des amis aident des amis» et l’UNICEF assure les frais de transport aller-retour pour l’hôpital. Pour Bantun et Neang, cela veut dire qu’ils peuvent voyager en moto taxi au lieu de faire 15 kilomètres à bicyclette de chez eux à l’hôpital, un déplacement que la saison des pluies rend encore plus difficile.

Davantage d’encouragement pour les tests de séropositivité

Le programme a également encouragé plus de mères séropositives de la province de Svay Rieng à amener leurs enfants pour leur faire subir un test VIH, une étape cruciale pour prévenir les infections ultérieures.

«Avant de commencer le programme, 150 enfants seulement avaient subi les tests de dépistage du VIH. Aujourd’hui, près de 700 enfants nés de mères séropositives sont venus pour subir un test de séropositivité », observe le Directeur adjoint du Service de la Santé de la Province de Svay Rieng, Dr Sophat An.

Pour Bantun, vivre avec le virus VIH, cela signifie être régulièrement victime de diarrhée et de problèmes de peau. Il prend des comprimés de sa boîte à médicaments verte chaque matin puis le soir, d’une autre boîte, rose cette fois. Bantun dit que cela ne le dérange pas du tout de prendre chaque jour des antirétroviraux.

Quand on lui pose des questions sur son avenir, il sourit et répond : « J’aimerais être enseignant. »

On estime que, au Cambodge, 12 000 enfants vivent avec le SIDA. Beaucoup d’entre eux ont perdu un ou leurs deux parents à cause de la maladie. Les orphelins figurent parmi les personnes les plus vulnérables de la société cambodgienne. Avec l’appui de familles attentionnées, des programmes soutenus par l’UNICEF comme «Des amis aident des amis» donnent à des enfants comme Bantun une chance de se faire des amis et de réaliser leurs rêves.


 

 

Vidéo (en anglais)

1er mai 2007:
Guy Degen de l'UNICEF parle du programme 'des amis aident des amis'  soutenu par l'UNICEF au Cambodge.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche