Burundi

ECHO et l’UNICEF : la lutte contre la violence sexuelle au Burundi

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Une mère écoute sa fille victime d’une violation

Par Wairimu Gitahi

MUYINGA, Burundi, 6 juin 2005 – La tête basse, des sanglots dans la voix, une adolescente de 13 ans raconte un des moments les plus terrifiants de sa vie encore courte. Sa mère écoute, en état de choc.

« Il est entré dans ma chambre armé d’une machette et m’a menacé de me couper la tête si je criais ... et puis il m’a violée. Au bout d’un moment, j’ai réussi à m’enfuir en courant de la maison, mais il m’a suivie, il m’a dit de ne pas crier, de n’en parler à personne, et que des choses de ce genre arrivent », explique l’adolescente de 13 ans, dont on doit taire le nom pour ne pas la mettre en danger.

La mère et sa fille se sont rendues dans le centre de la Province de Muyinga, réservé aux victimes de violence sexuelle, qui est financé par ECHO, le Service d’aide humanitaire de la Commission européenne, avec l’aide technique de l’UNICEF. Il y a quatre centres de ce type au Burundi. 

Après avoir expliqué ce qui s’était passé et avoir été examinée par un médecin, l’adolescente est adressée à un psychologue pour bénéficier d’un soutien psychologique. Elle va également subir un test de dépistage du VIH, le virus à l’origine du SIDA. Dans ce cas, une intervention rapide a permis l’arrestation de l’agresseur et sa mise sous les verrous. Il attend maintenant de passer en jugement pour viol sur mineur de moins de 18 ans.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Un des quatre centres réservé aux victimes de violence sexuelle, financé par ECHO, avec l’aide technique de l’UNICEF, Muyinga Burundi.

La violence sexuelle dont sont victimes les enfants et les femmes constitue un problème crucial au Burundi, qui souffre toujours des séquelles d’un conflit ethnique de plus de 12 ans. Depuis son ouverture il y a six mois, le centre de Muyinga a soigné 95 filles et femmes, dont plus de la moitié avaient moins de 18 ans. 

Dirigé par une ONG locale, la Société des femmes contre le SIDA en Afrique (SFSA), ce centre fournit à la fois des soins médicaux et une aide psychologique, économique et juridique, ainsi qu’un soutien psychologique relatif au VIH et un test de dépistage de ce virus. 

Jusqu’à présent, seulement 10 victimes ayant survécu à un viol ont entamé une action juridique. Le centre a pour objectif d’augmenter le nombre d’actions contre les auteurs de ces viols afin de lutter contre la culture de l’impunité vis-à-vis de la violence sexuelle. 

Yorgos Kapranis, qui fait partie de l’équipe d’ECHO au Burundi, a déclaré que la violence sexuelle était au Burundi une question très délicate et un sujet tabou, mais que ce centre s’efforçait d’augmenter le nombre de victimes recherchant de l’aide.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Une conseillère dans un centre réservé aux victimes de violence sexuelle, soutenue par ECHO et l’UNICEF, Burundi.

On a demandé à l’UNICEF d’élargir son approche multisectorielle aux hôpitaux et aux centres de soins de province ainsi qu’aux organisations de base locales.

Adelaine Njorajozo, la Coordonnatrice du centre, a dit : « À ses débuts, ce centre soignait le VIH/SIDA, mais nous avons constaté une progression du nombre de survivantes d’un viol venant solliciter une aide psychologique. Aussi avons-nous demandé de l’aide. »

Avec le soutien de partenaires internationaux tels qu’ECHO et l’UNICEF, le Burundi s’efforce de traiter le problème de la violation des droits de l’homme. Dans le cadre d’une campagne nationale contre la violence sexuelle, des fonctionnaires de la police et des organes judiciaires reçoivent une formation supplémentaire, et un millier de travailleurs sociaux ont été mobilisés pour sensibiliser la population dans des réunions de base organisées dans tout le pays.

La lutte contre la violence sexuelle s’exerçant sur les membres les plus vulnérables de la communauté, elle constitue une étape déterminante dans la création d’une société sure et stable ; c’est seulement à ce moment-là que le passé du Burundi cessera de hanter son présent.

Aditi Menon-Broker a contribué à cet article.


 

 

Vidéo (en anglais)

Juin 2005 :
Dan Thomas rend compte des efforts d’ECHO et de l’UNICEF pour lutter contre la violence dont les enfants et les femmes sont victimes au Burundi

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Recherche