Burkina Faso

Au Burkina Faso, une campagne de vaccination contre la méningite vise 12 millions de personnes

Image de l'UNICEF
© UNICEF Burkina Faso/2010/Tarpilga
Une femme de 20 ans en train de recevoir le nouveau vaccin contre la méningite durant le début d'une campagne de vaccination de 10 jours qui vise 12 millions d'enfants et de jeunes adultes au Burkina Faso.

Par Priscilla Ofori-Amanfo

OUAGADOUGOU, Burkina Faso, 8 décembre 2010 – D'ici la fin de la semaine prochaine, 12 millions d'enfants et de jeunes adultes burkinabés recevront un nouveau vaccin contre la méningite. La campagne, qui a pour but de s'attaquer à cette maladie potentiellement mortelle qui infecte la membrane entourant le cerveau et la colonne vertébrale, a reçu son coup d'envoi du Président Blaise Compaoré en présence de dirigeants et de ministres d'autres pays africains qui sont touchés par la maladie. 

Étaient aussi présents lors de ce coup d'envoi des représentants d'organisations qui participent au développement et à la diffusion du vaccin contre la méningite – dont l'organisation internationale pour la santé à but non lucratif PATH, la Fondation Bill et Melinda Gates, l'Alliance Gavi, le Serum Institute of India, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l'UNICEF. 

Le Burkina Faso fait partie de la « ceinture méningitique » qui comprend 25 pays d'Afrique - du Sénégal, à l'ouest, jusqu'à l'Ethiopie, à l'est – prédisposés à des épidémies de méningite. Les personnes infectées par la maladie peuvent mourir sous 24 à 48 heures après le développement des symptômes. La méningite peut aussi provoquer des lésions cérébrales et des troubles d’apprentissage chez les personnes qui survivent à la maladie. 

Nouvel espoir pour la sous-région

Dans ce contexte, le Burkina Faso est le premier pays à lancer une campagne nationale de vaccination contre la méningite; des campagnes similaires seront bientôt mises en place au Niger et au Mali, les pays voisins. Le nouveau vaccin, du nom de MenAfriVac, offre une protection contre la souche de méningite du groupe A. D'ici 2015, les vies d'environ 150 000 jeunes adultes auront été sauvées grâce à l'introduction du vaccin. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF Burkina Faso/2010/Tarpilga
Les dirigeants nationaux, les ministres de la Santé et les représentants d'organisations partenaires aux côtés du Président et de la Première Dame du Burkina Faso lors du coup d'envoi de la campagne de vaccination contre la méningite.

Dans son discours, lors du coup d'envoi de la campagne, le ministre de la Santé du Burkina Faso, Seydou Bouda, a réitéré l'engagement pris par son pays. « Je peux vous assurer que l'action qui est nécessaire sera prise pour atteindre l'objectif de vaccination de toutes les personnes âgées de 1 à 29 ans, ce qui représente 70 pour cent de la population du Burkina Faso, en 10 jours, » a-t-il affirmé, ajoutant que le vaccin contre la méningite « représentait une étape importante dans l'élimination de la méningite dans la sous-région. »

L'espoir est que ce nouveau vaccin, qui coûte moins de 50 centimes la dose, dotera les pays d'Afrique d'un moyen de protection de leurs populations contre la maladie qui soit bon marché et sûr.

L'importance des partenariats
L'idée de développer un vaccin pour juguler les flambées d'épidémie de méningite a débuté avec la création du Programme pour un vaccin contre la méningite, un partenariat entre l'OMS et PATH appuyé par la Fondation Gates.

Des fonds importants pour le développement du vaccin ont aussi pu être mis à disposition par l'Alliance GAVI. Le Serum Institute of India a développé le vaccin avec des technologies transférées des Etats-Unis et des Pays-Bas. L'UNICEF a participé à l'opération en achetant les vaccins et les fournitures médicales.

Le Président Compaoré a mis en avant le rôle important des partenariats dans le développement du vaccin et dans la campagne de vaccination. « Ce vaccin contre la méningite est le fruit des efforts de tous les partenaires qui ont travaillé ensemble, » a-t-il dit. « Le vaccin représente un vrai espoir pour les populations africaines pour faire face et venir à bout de problèmes de santé qui représentent une menace pour notre bien-être. »


 

 

Recherche