Brésil

L'UNICEF affirme que le développement durable n'est possible qu'en investissant dans les enfants

Image de l'UNICEF
© UNICEF Brazil/2012/Alcantara
Anthony Lake, Directeur général de l'UNICEF, prend la parole lors du sommet Rio+20 à Rio de Janeiro, au Brésil.

Par Adriana Alvarenga

Lors du sommet Rio+20 sur le développement durable, le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake, a demandé au monde entier d'examiner ce que l'équité pouvait faire pour le développement et les enfants

RIO DE JANEIRO, Brésil, 25 juin 2012 – Tout au long de Rio+20, le sommet des Nations Unies sur le développement durable qui s'est tenu la semaine dernière à Rio de Janeiro, au Brésil, le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake, a soutenu qu'un modèle de développement qui met à l'écart des millions d'enfants parmi les plus pauvres du monde n'est pas juste en principe et n'est pas durable en pratique.

« Une récente note de réflexion du FMI montre que, au fur et à mesure que les sociétés deviennent plus équitables, la croissance économique, au fil du temps, devient plus durable », a déclaré Anthony Lake, s'exprimant mercredi lors de la manifestation parallèle « Développement durable dans un monde inégal ».

« Si nous voulons accroître les vaccinations afin que moins d'enfants meurent de maladies que nous savons être évitables, si nous pouvons apporter davantage de micronutriments afin que les jeunes intelligences et les jeunes corps deviennent robustes, si nous pouvons donner à plus de garçons et de filles une éducation de qualité, nous donnerons partout aux enfants  - cette génération et les suivantes – le départ dans la vie qu'ils méritent et nous rendrons durable l'avenir dont ils rêvent. Ceci est leur droit, notre responsabilité et, j'espère, une des contributions de Rio+20 ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Brazil/2012/Alcantara
Le Directeur général de l'UNICEF s'exprime devant les responsables des institutions des Nations Unies lors de la réunion du Conseil des chefs de secrétariat pendant le sommet Rio+20 à Rio de Janeiro, au Brésil.

Enfants négligés par le développement

Nicholas Alipui, Directeur des programmes de l'UNICEF, a fait un exposé sur l'importance de l'éducation pour le développement durable. L'éducation a le pouvoir de transformer les vies des plus défavorisées. Mais elle doit pouvoir les atteindre.

« Investir dans l'éducation - qu'elle soit scolaire ou pas, qu'il s'agisse de formation ou de recherche – est essentiel pour parvenir au développement, à l'éradication de la pauvreté, à l'équité et à l'intégration » a affirmé Nicholas Alipui. « Chacun des trois piliers du développement durable – la croissance économique, le développement social et la protection de l'environnement –dépend de l'éducation », a-t-il dit.

M. Nicholas Alipui a été rejoint par Artur Moreno, 20 ans une des personnes participant à la Plateforme pour les centres urbains, un programme développé par l'UNICEF à Rio de Janeiro et São Paulo. Artur Moreno a également parlé d'enfants qui sont négligés par le développement en attirant l'attention sur les moyennes nationales qui sont utilisés pour mesurer les progrès des pays vers les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). « Ces moyennes dissimulent des écarts et des disparités au sein des pays », a-t-il dit.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Brazil/2012/Stephan
Nicholas Alipui, Directeur de programmes de l'UNICEF, s'exprimant lors du sommet Rio+20 à Rio de Janeiro, au Brésil.

« Quand vous examinez les moyennes nationales, un pays peut réaliser, par exemple, l'objectif d'assainissement avec une couverture de 84 pour cent. Mais je fais partie des 16 pour cent qui en sont toujours à l'écart et n'ont pas d'école, d'assainissement, de routes ou de réseau de santé dans leur communaut », a annoncé Artur Moreno.

Le « Défi faim zéro »
Au cours du sommet, l'UNICEF a aussi exprimé son engagement pour le « Défi faim  » lancé par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Cette campagne réunit le soutien de plusieurs agences de l'ONU, d'entreprises et de gouvernements.
 
« L'insécurité alimentaire génère une faim cachée qui affaiblit pour toujours le corps et le système cognitif. Il s'agit d'un affaiblissement permanent, d'une tragédie pour l'enfant et d'une perte pour la société », a déclaré Anthony Lake, relevant que ceux qui vivent dans les communautés les plus défavorisées sont les plus touchés.

Anthony Lake a également mis l'accent sur la différence entre sécurité alimentaire et sécurité nutritionnelle, relevant que certains pays disposant de sécurité alimentaire continuent d'avoir des niveaux élevés de dénutrition et de retards de croissance, un dommage irréversible causé au développement physique et cognitif d'un enfant provoqué par l'insuffisance de nutriments pendant les deux premières années de sa vie.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Brazil/2012/Silva
Artur Moreno, ex-défenseur des enfants et actuellement militant pour la défense des droits des enfants, intervient lors d'une manifestation parallèle lors du sommet Rio+20 à Rio de Janeiro, au Brésil.

Participation des jeunes

Rio+20 a mis en avant l'importance de la participation des jeunes dans les prises de décision, une approche qu'encourage l'UNICEF car les enfants et les adolescents orienteront le développement durable pour les générations à venir. « Les générations plus jeunes ne peuvent être perçues comme un problème mais plutôt comme une partie de la solution », a affirmé Anthony Lake, appelant à un dialogue entre les générations sur le développement durable.

S'exprimant à Rio+Social, une manifestation parallèle animée par la Fondation de l'ONU, Mashable et d'autres, Anthony Lake  s'est joint à Daniela Mercury, pop star brésilienne et Ambassadrice itinérante de l'UNICEF, lors d'une table-ronde consacrée à la façon dont les réseaux sociaux donnent aux jeunes une voix plus importante et permettent d'alimenter le débat sur le développement durable. « L'UNICEF utilise les réseaux sociaux de plusieurs façons pour attirer l'attention sur des problèmes qui, autrement, ne recevraient pas assez d'attention », a continué Anthony Lake. « Il y a dix ans, cela aurait été impossible ». 

Le sommet a réuni des dirigeants du monde entier venus au Brésil et s'est achevé après une semaine qui a amorcé les processus destiné à mettre le monde sur la voie du développement durable.


 

 

Recherche