Brésil

Lancement au Brésil de l’initiative Plateforme de centres urbains

Image de l'UNICEF
© Ratao Diniz/Agência Imagens do Povo
De gauche à droite : la Secrétaire au bien-être social et aux droits de l’homme, Benedita da Silva, le Maire, Eduardo Paes, Marie-Pierre Poirier, de l’UNICEF, le Gouverneur, Sérgio Cabral, Nils Kastberg, de l’UNICEF, et Arlete Sampaio, du ministère du Développement social, lors du lancement, à Rio de Janeiro.

SAO PAULO, Brésil, 20 août 2009 – Environ 400 personnes ont participé au lancement, le mois dernier, de l’initiative soutenue par l’UNICEF Plateforme de centres urbains. Cette initiative a pour but de garantir les droits des enfants et des adolescents vivant à la périphérie des villes brésiliennes.
 
L’initiative se propose de réduire les disparités affectant les enfants et leurs familles. D’ici fin 2011, l’UNICEF va remettre un certificat aux gouvernements locaux attestant qu’ils ont atteint au moins 12 des 20 objectifs pour l’amélioration des communautés frappées par la pauvreté.
 
« Nous suggérons une nouvelle façon d’élaborer des politiques publiques pour les centres urbains, basée sur la responsabilité partagée, le dialogue et l’action conjointe complémentaire, » a expliqué la Représentante de l’UNICEF au Brésil, Marie-Pierre Poirier, accompagnée à l’occasion de ce lancement par l’ancien Directeur régional Amériques et Caraïbes, Nils Kastberg.

« Tous doivent pouvoir se sentir bien dans la ville, chaque enfant et chaque adolescent. »

Un filet coloré

Le lancement a eu lieu à São Paulo, dans une ambiance festive et populaire. Un filet d’étoffe colorée a été formé, marquant le début d’une manifestation culturelle. Ceci a bien montré les talents et le potentiel existant dans les communautés frappées par la pauvreté.

Quatre jeunes avaient été chargés de cette manifestation, ce qui indique combien l’initiative met l’accent sur les jeunes.

« Les pouvoirs publics veulent confirmer leur engagement en appuyant cette initiative qui, avec d’autres politiques publiques, vise à garantir l’éducation, la bonne santé et l’intégration sociale des jeunes, » a déclaré le Maire de São Paulo, Gilberto Kassab.

Une source de richesse

L’art, la cuisine et des danses, telles que la capoeira, la samba et le hip-hop, proposés par les 126 communautés prenant part à l’initiative, figuraient au programme. Cette célébration de diverses cultures locales, à laquelle était associée une exposition de photos, a fait comprendre que de telles différences devaient être une source de richesse plutôt que de conflit.

La clôture de la manifestation rappelait l’ouverture : 50 adolescents et invités montraient des morceaux d’étoffe formant un vaste filet. Ceci représentait la force qui réunit différents talents et compétences pour le respect des droits de l’enfant.

« Une chose m’a amené ici aujourd’hui : l’opportunité. C’est comme si quelqu’un s’occupe de moi et me dit : Peu importe que tu sois noir, jeune et que tu vives en banlieue, ce qui compte, c’est que tu sois ici pour avoir ton moment et ton tour, » a dit l’un des invités, âgé de 17 ans, Fabrício Lima da Paz, dans son témoignage diffusé sur vidéo.

Rio de Janeiro

Une autre manifestation a eu lieu à Rio de Janeiro, réunissant 600 invités au Palacio Guanabara. La comédienne et poétesse Elisa Lucinda était chargée de cette manifestation, à laquelle participait également la comédienne et productrice Regina Casé. La production de Mme Casé est focalisée sur la vie dans les communautés situées à la périphérie, dans le monde entier.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Brazil/2009/Serra
Des enfants et des invités, lors de la cérémonie de lancement, montrent des pièces d’étoffe, afin de former un vaste filet représentant le respect des droits de l’enfant.

Environ 300 membres des 63 Groupes de travail locaux de la Plateforme ont effectué une démonstration saisissante de l’aide que leur apporte l’initiative au niveau de leurs possibilités de mobilisation.

L’initiative constitue « le lien entre les pouvoirs publics et les communautés pour débattre des questions concernant l’enfance et l’adolescence dans la ville, » a dit la dirigeante communautaire Lúcia Cabral. « C’est ce que signifie cet évènement. »

L’Ambassadeur de l’UNICEF au Brésil, l’acteur Lázaro Ramos, le Gouverneur de l’État, Sérgio Cabral, le Maire, Eduardo Paes, la Secrétaire générale adjointe du Ministère du développement social et de la lutte contre la faim, Arlete Sampaio, et la Secrétaire d’État au bien-être social et aux droits de l’homme, Benedita da Silva, étaient également présents.

« Nous voulons que les voix des enfants et des adolescents soient entendues et qu’elles prennent de l’ampleur. Nous sommes une partie de la solution des problèmes de la ville, » a déclaré Felipe, qui était en compagnie d’une autre jeune participante, Vivianne. « La Plateforme doit être un pont qui rend visible ce qui arrive dans les communautés, contribuant à mettre fin aux clichés négatifs. Nous voulons insister sur les actions positives des jeunes au sein des communautés. »


 

 

Recherche