Bolivie, État plurinational de

Principaux obstacles à la diminution de la mortalité infantile : la géographie et les barrières culturelles

Image de l'UNICEF
© UNICEF Bolivia/2004
Arminda partage avec d’autres mères ses informations et ses expériences relatives à la santé de leurs enfants.

LA PAZ, Bolivie, 8 octobre 2004 – Arminda a deux garçons et, depuis toujours, elle mourait d’envie d’avoir une petite fille. Sa fille, Judith Mariels, a maintenant cinq mois. L’accouchement a eu lieu à la maison, comme pour les deux frères de Judith. Arminda n’a pas bénéficié de soins prénatal ; elle craignait d’être victime de mauvais traitements et de discrimination dans la plupart des centres de soins, du fait de son appartenance à l’ethnie autochtone Aymara.

Les Aymaras se trouvent essentiellement dans les Andes centrales du Pérou et de Bolivie. En Bolivie, ce sont les barrières géographiques et culturelles, plutôt que les questions économiques, qui constituent les principaux obstacles à la réduction du taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans.

On a récemment constaté en Bolivie une amélioration de la santé des femmes enceintes et des enfants de moins de cinq ans, due principalement à un accroissement des financements gouvernementaux et à un meilleur accès aux services de base, en particulier dans les zones rurales pauvres.

Cependant, le niveau de mortalité infantile est encore très élevé en Bolivie, bien que le pays n’ait pas pris de retard dans la réalisation de l’Objectif du Millénaire pour le développement de réduire des deux tiers le niveau de mortalité des moins de cinq ans. La mortalité néonatale représente plus de la moitié des décès d’enfants de moins de cinq ans et plus d’un tiers de la totalité des décès d’enfants. Plus de 65 pour cent des décès néonatals ont lieu dans des zones rurales. Les maladies infectieuses, l’insuffisance pondérale à la naissance et les naissances prématurées sont les principaux facteurs entraînant la mort d’un enfant ou y contribuant.

Dans les dix dernières années, en Amérique latine et dans les Caraïbes, on a constaté un progrès global appréciable et régulier dans la réduction des taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans, mais certains groupes ont été relativement négligés. Des communautés appauvries ou autochtones ont généralement connu une moindre réduction de la mortalité. En Amérique latine, près de 110 millions d’enfants vivent dans la pauvreté; chaque année, 400.000 enfants meurent avant l’âge de cinq ans en raison d’une infection évitable ou de soins prénatals inappropriés.

Arminda a la grande chance d’appartenir à une association communautaire du district de El Alto, à La Paz, la capitale bolivienne. Les associations communautaires sont impliquées dans le projet « Renacer » (« Nouveau départ »), qui bénéficie de l’appui de l’UNICEF et d’autres partenaires. Le projet vise à promouvoir de bonnes habitudes en matière de santé.

Aux réunions hebdomadaires de l’association, Arminda a l’occasion de partager avec d’autres mères ses informations et ses expériences concernant la santé de leurs enfants et en particulier les soins prodigués aux nourrissons. Lors d’une réunion récente, Arminda a annoncé fièrement à ses amies que la petite Judith Mariels venait d’être vaccinée pour la première fois.


 

 

Vidéo (en anglais)

8 octobre 2004 : La réduction de la mortalité infantile en Amérique latine et dans les Caraïbes – progrès et défis

Bas débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Haut débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Recherche