Bénin

Au Bénin, Angélique Kidjo rend visite à plusieurs centres pour enfants victimes de trafic et de mauvais traitements.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Lors d’une visite au Bénin, son pays natal, l’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF Angélique Kidjo écoute Rosine, 13 ans, raconter son histoire d’enfant maltraitée.

Par Bruno Deméocq

COTONOU, Bénin, 4 octobre 2007 – Au Centre Laura Vicuna pour la réinsertion des enfants de Cotonou, l’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF, Angélique Kidjo, serre dans ses bras Rosine, 13 ans, qui pleure à chaudes larmes. Avec courage, celle-ci vient de raconter son histoire d’enfant maltraitée. 

Voici peu de temps, Rosine avait été retirée du centre par sa mère et offerte en mariage contre un bidon d’huile et un sac de maïs. Les Sœurs salésiennes, qui dirigent l’établissement avec l’appui de l’UNICEF, avaient dû faire appel au procureur de la République pour obtenir le retour de Rosine. Mais le temps que les autorités lui portent secours, il était trop tard...

Ce jour-là, il n’y a pas seulement l’histoire de Rosine qui a été évoquée. Rufine, 15 ans, a raconté comment son père l’avait vendue à l’âge de six ans à sa tante qui l’avait maltraitée, sur les plans physique et mental.  Depuis qu’elle est arrivée au centre, Rufine est devenue la première de sa classe et rêve aujourd’hui de devenir sage-femme.

Visiblement émue

Angélique Kidjo a également fait la connaissance de Senna, une frêle fillette de 8 ans amenée au centre couverte de bleus et de  plaies à vif. Senna avait été rouée de coups avec un fil électrique par sa tante après avoir été obligée de travailler toute la journée sur un marché.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Angélique Kidjo réconforte un enfant maltraité qui, aujourd’hui, a la possibilité de vivre une véritable enfance au Centre Laura Vicuna, Bénin.

« Il ne faut pas que vous pensiez que, parce que vous avez été battues, vous valez moins que n’importe qui d’autre », a déclaré Angélique Kidjo, visiblement émue. La chanteuse, qui jouit d’une renommée mondiale,  a visité le Centre Laura Vicuna au cours d’un récent voyage au Bénin pour l’UNICEF. 

«Vous méritez plaisir et bonheur, a-t-elle ajouté. Débarrassez-vous du mot «impossible». Croyez en vous-même. Ce que j’entends en ce moment est pour moi dur mais vous me donnez davantage de force pour lutter.»

«L’enfant est sacré»

Au Bénin, un quart des enfants âgés de cinq à quatorze ans travaillent. Beaucoup d’entre eux sont maltraités et, chaque année, plusieurs milliers deviennent victimes de la traite. La lutte pour protéger les enfants du trafic et de la maltraitance est l’une des priorités de l’UNICEF et de ses partenaires. Ceux-ci s’occupent aussi bien de prévention que de la prise en charge et de la réinsertion des jeunes victimes.

En plus du Centre Laura Vicuna, les Soeurs salésiennes dirigent un centre alternatif d’hébergement et  d’éducation appelé Maison de l’Espoir. Angélique Kidjo a également rendu visite à cet établissement ainsi qu’à un autre centre de réinsertion, Terre des Hommes, où les jeunes victimes de la traite et de la maltraitance, reçoivent les services d’un conseiller avant d’être réunies avec leurs familles.

A Terre des Hommes, les enfants ont accueilli Angélique Kidjo avec des chants et des danses traditionnels. Des enfants qui avaient été maltraités ont chanté et se sont amusés avec elle,  signe que les blessures qui leur on été infligées sont en train de se refermer.

« L’enfant est sacré, a affirmé Angélique Kidjo. La pauvreté ne doit plus être une justification pour la traite des enfants. Main dans la main, nous sommes capables d’éradiquer ce phénomène.»


 

 

Vidéo (en anglais)

Septembre 2007 :
Le reportage de la correspondante de l’UNICEF, Anwulika Okafor, sur la visite qu’Angélique Kidjo a rendue aux enfants maltraités du Bénin.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche