Bangladesh

Dans la lutte contre les décès de mères et d’enfants, les agents de santé communautaires entraînent le Bangladesh vers le succès

En septembre 2012, l’UNICEF a publié le Rapport de progrès sur l’engagement pour la survie de l’enfant : une promesse renouvelée. Le rapport montre que le nombre d’enfants qui meurent avant l’âge de 5 ans a spectaculairement diminué au cours des 20 dernières années.

Cliquez ici pour de plus amples informations sur Une Promesse renouvelée.

Par Priyanka Pruthi

SUNAMGANJ, Bangladesh, 3 octobre 2012 – Rita Rani Boidda fait des kilomètres à pied chaque jour dans le district de Sunamganj, une des régions les plus isolées du Bangladesh.  Elle va de maison en maison, cheminant dans des ruelles tortueuses sous le soleil brûlant, ou une pluie battante, parfois le long de terres  inondées.

VIDÉO (en anglais) : 2 octobre 2012 - Ils vont là où les médecins ne peuvent pas, là où les hôpitaux sont difficiles à trouver, là où les infirmières dûment formées sont rares. Les agents de santé communautaires sont le moteur de l’une des plus grandes réussites du Bangladesh.

 

Mme Boidda conseille les femmes en matière de santé et d’hygiène. Elle va là où les médecins ne peuvent pas aller, là où les hôpitaux sont difficiles à trouver, là où les infirmières dûment formées sont rares.

Des agents en première ligne dans des régions isolées
Niché au fond du nord-est du Bangladesh, encadré par de vastes zones humides, le district de Sunamganj est sujet aux inondations et mal desservi.  L'eau propre, l'assainissement, les infrastructures et l'éducation restent des défis majeurs.

Les maladies facilement évitables comptent parmi les principales causes de mortalité des enfants de moins de 5 ans. Et près de 80 pour cent des naissances dans la division Sylhet, où se trouve le district de Sunamganj, ont lieu à domicile, sans l’assistance de personnel qualifié.

En 2009, 600 femmes, dont Mme Boidda, se sont mobilisées pour créer une véritable armée d’agents de santé dans le cadre du projet Survie des mères et des nouveau-nés (MNCS). Le projet, soutenu par l’UNICEF porte sur  huit districts du Bangladesh les plus difficiles à atteindre. Il vise à sensibiliser les populations aux questions de santé maternelle, néonatale et infantile dans certaines des communautés les plus défavorisées du pays, des  régions où ces agents sont le seul point de contact pour les familles ayant besoin d'une assistance médicale.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/BANA2012-00838/Ahsan Khan
La facilitatrice de santé communautaire Rita Rani Boidda (à droite) et sa collègue Moni Das (à gauche) enseignent à une femme enceinte et à sa famille comment s’occuper d’un nouveau-né au cours d'une visite à domicile à Jagannathpur Upazila, dans le district de Sunamganj district. Elles font partie des nombreux agents spécialisés dans la santé des femmes qui desservent cette région éloignée grâce au projet Survie des mères et des nouveau-nés (MNCS).

Mme Boidda, qui a suivi une formation dispensées dans le cadre du MNCS, est une étudiante de premier cycle. Elle s’occupe des communautés du district de Sunamganj, là où elle a grandi et continue à vivre.  « C'est mon quartier, ma communauté. Je m’occupe en fait aussi de ma mère, de mes tantes et de mes soeurs. Ce sont mes gens à moi, et ils bénéficieront de mon travail. C'est pour cela que j’ai choisi de le faire ».

Changer les mentalités
Les agents du projet MNCS se sont heurtés à des idées bien ancrées sur les soins de santé. « Au début, quand on allait de maison en maison pour donner des conseils en matière de santé de la mère et de l’enfant, les femmes se méfiaient de nous ... [et] les hommes ne soutenaient pas nos efforts, explique Mme Boidda.  Il y avait beaucoup de familles religieuses et conservatrices, qui ne permettent pas aux femmes de s'aventurer hors de chez elles pendant la grossesse.  Elles n'étaient pas autorisées à aller subir une visite médicale régulière dans les hôpitaux - les hommes pensaient les femmes étaient trop « exposées » lors de l'examen. Ils étaient également vigoureusement contre diverses méthodes de planification familiale, temporaires ou permanente », dit-elle.

Les agents du projet MNCS ont cependant réussi à briser les barrières aux soins en institution. Pour Mme Boidda, c'est parce que les agents connaissent leurs communautés qu’ils ont réussi. « Ce changement n'a pas eu lieu du jour au lendemain », explique-t-elle. « Nous avons dû travailler très dur pour cela. Ce n'est que lorsque les pères et les anciens se sont aperçus que nos conseils sauvaient des vies, que leurs enfants atteints de pneumonie rentraient de l’hôpital complètement guéris, qu’ils ont commencé à nous faire confiance », dit-elle.

Donner aux communautés les moyens de se prendre en charge
Mme Boidda et les mères agents de santé conseillères qui font partie de son effectif,  encouragent une bonne  nutrition maternelle et les soins essentiels aux nouveau-nés et fournissent des informations sur l'hygiène et les maladies. Elles encouragent la vaccination et veillent à ce que chaque nouveau-né, garçon et fille,  dans leur zone de travail ait reçu tous ses vaccins avant son premier anniversaire.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/BANA2012-00861/Ahsan Khan
Une mère attend les vaccins à la Clinique communautaire de Kolkolia, dans le district de Sunamganj. Mme Boidda joue avec l'enfant. Un volet du projet MNCS encourage la vaccination et veille à ce que chaque nouveau-né soit complètement vacciné avant son premier anniversaire.

Les promoteuses de la santé organisent également  des séances qui réunissent de jeunes mères, des femmes âgées et des sages-femmes. Formés par les partenaires sur place de l’UNICEF, Concern Worldwide, Bangladesh et l'Association volontaire pour le développement rural, ces agents de santé ont enseigné aux femmes des techniques d'accouchement sans danger, certaines pratiques d'allaitement, les signes avant-coureurs de maladies. Ils leur ont aussi indiqué où ils pouvaient recevoir des soins. Les agents de santé sont un lien essentiel entre les villageois et les centres de santé.

En conséquence, les femmes de la communauté sont mieux équipées pour prendre elles-mêmes en main leur propre santé, ainsi que la santé de la communauté. Avec l'appui du projet, les villageois du district de Sunamganj organisent des réunions mensuelles pour discuter des questions relatives aux soins de santé. Lors d'une récente réunion au village de Majidpur, le groupe clinique communautaire a décidé d'ouvrir un compte bancaire pour la gestion du centre de santé communautaire. « Nous allons aussi utiliser les fonds pour soutenir les membres de la communauté les plus marginalisés et faciliter le transport des femmes enceintes jusqu’aux centres de santé », explique le vice-président du groupe Mohamed Abdul Mannan. Mme Boidda et les mères agents de santé conseillères qui font partie de son effectif,  encouragent une bonne  nutrition maternelle et les soins essentiels aux nouveau-nés et fournissent des informations sur l'hygiène et les maladies. Elles encouragent la vaccination et veillent à ce que chaque nouveau-né, garçon et fille,  dans leur zone de travail ait reçu tous ses vaccins avant son premier anniversaire.

Le succès du porte-à-porte
Au cours des deux dernières décennies, les efforts persistants déployés au niveau local, tels que le projet MNCS, ont permis de faire chuter la mortalité maternelle et de l’enfant au Bangladesh. La mortalité de l’enfant est passée de 97 décès pour 1000 naissances vivantes en 1990 à 37 décès pour 1000 naissances vivantes en 2011. Dans la même période, la mortalité post-néonatale a diminué de 50 pour cent, et la mortalité des moins de 5 ans a chuté de 67 pour cent.
 
« La mise en oeuvre du projet MNCS à Sunamganj a représenté un énorme défi pour l'UNICEF, nos partenaires locaux et le gouvernement »,  affirme Shamina Shammy Sharmin, Spécialiste de la santé à l’UNICEF.  « Changer les mentalités et motiver la communauté est une tâche énorme, mais, même si nous n’avions que des ressources limitées, nous avons amélioré les choses grâce à notre engagement et à nos convictions », ajoute-t-elle.


 

 

Une promesse renouvelée


Pour plus d'information 
A Promise Renewed  
(Site web en anglais)

Quelque 35 millions d'enfants de moins de cinq ans supplémentaires en danger si l'on n’atteint pas l’objectif de réduction de la mortalité de L'Enfant

Au Nigéria, un message pour la santé de la mère et de l’enfant

Au Tchad, lutter contre la crise nutritionnelle est loin d’être facile
 avec vidéo

L’amélioration de l’approvisionnement en eau et de la nutrition dans les villages éthiopiens pose les fondations d’un avenir meilleur
 vidéo en anglais

Des enfants « super agents de santé » aident le Brésil à réduire le nombre de décès évitables d'enfants
 vidéo en anglais

En Ouganda, une combinaison d’ancien et de nouveau permet de réduire les décès d’enfants
 vidéo en anglais

La prestation de soins essentiels aux nouveau-nés et aux mères dans trois upazilas au Bangladesh
 vidéo en anglais

Un agent sanitaire en première ligne pour réduire la mortalité infantile au Brésil
 vidéo en anglais

En Éthiopie, un important programme utilisant des agents sanitaires a permis de réduire la mortalité de l’enfant dans tout le pays
 vidéo en anglais

En République centrafricaine, le porte à porte permet de s’attaquer à la malnutrition

En Haïti, les cliniques d'urgence aident à réduire les décès maternels et néonatals
 vidéo en anglais

Au Mali, une meilleure information sur l’allaitement au sein sauve des vies d’enfants

En Angola, une recette du bonheur pour mettre fin aux décès d’enfants évitables


Recherche