Bangladesh

L'UNICEF prévoit d’élargir son programme préscolaire novateur

Par Chris Niles

NEW YORK, États-Unis, 9 janvier 2012 –Une éducation de qualité est le socle des droits de chaque enfant, mais partout dans le monde en développement  l’avenir de millions d’enfants est gâché parce qu'ils n'ont pas l'occasion d'apprendre.

VIDÉO (en anglais) : La correspondante de l’UNICEF Chris Niles présente un programme novateur dans le cadre duquel des enfants plus âgés préparent les enfants de la maternelle à l’école primaire.  Regarder dans RealPlayer

L'UNICEF aborde ce problème avec une approche novatrice qui vise à éliminer les obstacles à la réussite à l'école primaire en donnant aux enfants d’âge préscolaire les connaissances nécessaires pour réussir lors de la première année.

Appelé « Se préparer pour l'école : une approche d'enfant à l'enfant », le programme est un moyen peu coûteux d'offrir une éducation complémentaire aux enfants d’âge préscolaire, en particulier les plus marginalisés

Apprendre avec l’aide de ses amis

Le programme est un succès en République démocratique du Congo, le pays le plus pauvre de la terre, et un pays où de nombreux enfants restent exclus de l’éducation. La moitié des adultes ne sont  jamais allés à l’école ou alors se sont arrêtés à la fin du cycle primaire.

« En classe, j'aime lire, écrire et chanter »,  dit Mariam, 5 ans, qui vit à Kinshasa, la  capitale de la RD du Congo. Elle fréquente l'école maternelle avec quelques amis.

Ce qui rend le programme unique, c’est que l'enseignant de Mariam n'est guère plus âgé qu’elle. Le programme « D’enfant à enfant » repose sur un phénomène naturel, l'apprentissage des jeunes enfants grâce à leurs amis plus âgés. Pour Mariam, il s’agit de sa voisine, Nefa Kabeya.

« Il est important d'aider les plus jeunes afin qu'ils puissent éviter de futurs problèmes en première année. S'ils ne sont pas bien préparés en première année, ils ne pourront jamais poser des questions et ne participeront pas à la classe », constate Nefa.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
In Kinshasa, DR Congo, 12-year-old Nefa Kebeya tutors two of her young friends through the UNICEF-supported Child-to-Child programme.

Un projet pilote réussi 

Le programme D’enfant à enfant a été lancé comme programme pilote en 2007 en partenariat avec le l’organisme Child to Child Trust. Six pays ont participé au projet pilote : le Bangladesh, la Chine, l'Éthiopie, la République démocratique du Congo, le Tadjikistan et le Yémen. Ce projet a été couronné de succès dans les communautés qui l’ont vigoureusement appuyé, comme la région du Tigré en Éthiopie rurale.

« La principale raison, c’est que le programme est conçu pour fonctionner au sein de notre culture », affirme Maekelech Gidey, spécialiste de l’éducation à l'UNICEF-Éthiopie. « Dans notre culture, les voisins  travaillent, mangent et jouent ensemble. Le programme supporte cela, et c'est pourquoi les gens peuvent facilement et y participer. Et avec plaisir ».

« D’enfant à enfant » comble une lacune importante pour les enfants d'âge préscolaire, en leur donnant la confiance sociale et scolaire nécessaire pour commencer leur éducation formelle au bon moment et garder pied. A l’école primaire de Ba-ati, au Tigré, les enseignants sont témoins de l’amélioration.

« Quand je compare les élèves de première de cette année à ceux de l'an dernier, je peux voir une grande différence. Depuis que le programme a commencé, la compréhension des enfants a augmenté », affirme  Tigist Araya, un enseignant.

Au Bangladesh, les  30 écoles sélectionnées pour le projet pilote enregistraient des  taux élevés d'abandon scolaire et de faibles taux d'achèvement des études. En 2009, seulement 23 pour cent des enfants de 3 à 5 ans sont allés à l'école maternelle.

Liton, 10 ans, contribue à changer les choses. Une fois par semaine il enseigne à deux plus jeunes enfants les rudiments de la lecture, de l'écriture et du calcul. Guidé par ses propres professeurs, Liton rend les leçons divertissantes.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
In rural Bangladesh, 10-year-old Liton (right) tutors his young neighbour Akhimoni.

Des avantages pour les élèves et les enseignants

Mais les avantages du programme ne se limitent pas aux tout-petits. Depuis qu'il aide ses jeunes amis, Liton a découvert que lui aussi progresse bien dans ses études.
« Depuis que je fais partie du programme, j'ai beaucoup appris. Je lis bien mieux, cela a été très positif », dit-il.

Cela a été bon pour le Bangladesh aussi, qui vise à parvenir à l'éducation primaire pour tous.

« J'ai vu que les inscriptions ont augmenté et que les abandons scolaires ont diminué dans les zones qui bénéficient du programme », affirme le Directeur général de l’enseignement primaire, Shyamal Ghosh Kanti.

Le programme est simple et peu coûteux et l'UNICEF et ses partenaires espèrent l’élargir à plusieurs pays et régions et l’intégrer dans d’autres programmes d'éducation de qualité de l’UNICEF.

« La chose la plus importante pour cette innovation, c'est que c'est moins coûteux. Et le programme repose sur la communauté, de sorte que tout le monde peut voir les changements. Et l'attachement des enseignants à ce processus est très forte », affirme Mohammad Mohsin, spécialiste du développement de la petite enfance à l’UNICEF.


 

 

Recherche