Bangladesh

Pour éviter les noyades d'enfants au Bangladesh, l'UNICEF encourage les cours de natation

Image de l'UNICEF
© UNICEF Bangladesh/2009/Crowe
Des jeunes garçons apprennent à nager dans le village de Golla Para. Par rapport à la population, plus d'enfants se noient au Bangladesh que dans n'importe quel autre pays.

DISTRICT DE SIRAJGANJ, Bangladesh, 3 septembre 2009 - Un groupe d'enfants bangladeshis se sont récemment réunis au bord d'un étang du secteur pour recevoir ce qui pourrait être pour eux une véritable bouée de sauvetage : des leçons de natation.

 VIDÉO : regarder maintenant

Empêcher les noyades revêtait auparavant une moindre priorité pour le Bangladesh, confronté à d'autres causes de décès d'enfants comme la diarrhée, la rougeole et la malnutrition. Mais le pays a réussi à progresser contre ces maladies grâce aux vaccinations et aux traitements et commence maintenant à tenter de trouver des solutions à des problèmes longtemps négligés. 

Avec un recul de la mortalité dû aux maladies évitables, le risque de noyade est passé au premier plan. En fait, par rapport à la population, davantage d'enfants meurent au Bangladesh par noyade que dans n'importe quel autre pays. Environ 17 000 enfants y sont chaque année victimes de noyade.  

Une menace grandissante
L'eau se trouve partout dans ce pays de grandes rivières, de deltas, de rizières et d'étangs. Et le risque de noyade risque d'augmenter avec le changement climatique, des conditions météo extrêmes, des inondations fréquentes et une augmentation du niveau de la mer.

Alors, l'UNICEF et ses partenaires apprennent aux enfants bangladeshis à nager afin de sauver leurs propres vies... et celles des autres.

« Ce que nous sommes en train de faire aujourd'hui, c'est d'anticiper la situation pour les cinq à sept prochaines années, » dit le Représentant de l'UNICEF au Bangladesh Carel de Rooy. « C'est très à propos pour le Bangladesh; selon certaines estimations, le niveau des mers montera d'un mètre au cours du siècle prochain et un tiers du Bangladesh pourrait se trouver sous l'eau. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Bangladesh/2009/Madhok
Dans le village de Golla Para, Aminsa Khatun, un professeur de natation du secteur, donne ses cours à ses élèves en leur faisant faire des exercices avant leur leçon de natation.

« Ce que nous sommes en train de faire aujourd'hui, c'est d'anticiper la situation pour les cinq à sept prochaines années, » dit le Représentant de l'UNICEF au Bangladesh Carel de Rooy. « C'est très à propos pour le Bangladesh; selon certaines estimations, le niveau des mers montera d'un mètre au cours du siècle prochain et un tiers du Bangladesh pourrait se trouver sous l'eau. »

Techniques de secourisme
Jusqu'à présent, 35 000 Bangladeshis ont appris à nager et beaucoup ont appris des techniques de secourisme. Il leur a été conseillé de ne pas prendre le risque de plonger eux-mêmes dans l'eau pour sauver un ami ou un membre de leur famille en train de se noyer mais d'utiliser plutôt un bâton ou une perche pour sauver l'enfant en train de se noyer sans se mettre eux-mêmes en danger.

UNICEF Bangladesh espère que de telles leçons permettront de s'assurer que le nombre élevé de noyades dans le pays appartiendra bientôt au passé, tout comme les autres causes de mortalité infantile, en nette diminution.

« Je leur apprends de manière à ce qu'ils puissent profiter de l'avenir, » explique Shahinur Alam, un professeur de natation du secteur. « Je leur donne un vaccin contre la mort pour qu'ils ne meurent pas par noyade. »


 

 

Vidéo (en anglais)

31 août 2009 :

Le reportage de la correspondante de l'UNICEF Sarah Crowe sur la campagne "apprendre à nager" qui sauve la vie d'enfants au Bangladesh.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche