Bangladesh

L’UNICEF distribue des biscuits aux enfants souffrant de malnutrition durant la crise alimentaire causée par l’« invasion des rats »

Image de l'UNICEF
© Kiron/UNICEF
Puja, 11 mois, et Jackson, 4 ans, mangent des biscuits à haute teneur énergétique, distribués par l’UNICEF aux familles dans les Chittagong Hill Tracts du Bangladesh, une région qui connaît une grave pénurie alimentaire en raison de la crise causée par les rats.

Par Kathryn Seymour

BELAICHARI, Bangladesh, 26 août 2008 – L’UNICEF et le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies distribuent une aide alimentaire de secours dans la région du sud-est du Bangladesh, les Chittagong Hill Tracts, où une invasion de rats dévaste les récoltes et déclenche une crise alimentaire.

« C’est l’heure de l’invasion des rats » dit Purno Chandra Chakma, un agriculteur dans le secteur reculé de Belaichari. « Ils sont sortis de la jungle et il y en a partout ».

Cette population de rongeurs pullule à cause du cycle de floraison du bambou géant, qui intervient à peu près tous les 50 ans. Les rats se nourrissent des fruits, et ils peuvent se reproduire et se multiplier beaucoup plus vite qu’en temps normal du fait du supplément de nourriture dont ils bénéficient.

La floraison actuelle a commencé en 2007. C’est en 1959 que la région a vécu ce phénomène bizarre pour la dernière fois.

Des récoltes détruites

Après avoir dévoré une bonne partie des fleurs et des fruits de bambou dans les Chittagong Hill Tracts, la dernière vague de rats a commencé à s’attaquer aux récoltes de paddy et de légumes à la fin de l’année dernière. Dans certains secteurs, les rats ont détruit jusqu’à 90 pour cent de la dernière récolte.

« Dans mon champ, j’avais d’habitude du riz, du sésame, du curcuma, des concombres et des piments, mais les rats ont mangé la plupart des plantes », indique Niron Kumar Chakma, un agriculteur qui a deux jeunes enfants. « Nous avons déjà mangé tout ce que nous avons récupéré de la dernière récolte. La prochaine n’aura lieu qu’en septembre ».

La nourriture est déjà rare et de faible valeur nutritive dans cette région. Des dizaines d’années de troubles civils, allant de pair avec l’éloignement de bon nombre de villages et les difficultés du terrain accidenté, ont ralenti le développement. La plupart des habitants dépendent pour leur survie de l’agriculture – pratiquée sur brûlis, le « jhum » – en cultivant diverses plantes, semées ensemble. Les rendements sont souvent faibles mais, cette année, c’est bien pire.

Il n’y a jamais eu si peu de nourriture

Près de 130 000 personnes, dans les Chittagong Hill Tracts, souffrent à présent de graves pénuries en raison de la crise déclenchée par les rats.

« De mars à juin, c’est toujours la période difficile », dit Rajan Mala Chakma, qui est la mère de cinq enfants. « En juillet, ça va bien, normalement, mais cette année – à cause des rats – nous avons beaucoup de problèmes. »

Dans certaines des communautés les plus touchées, les gens mangent les rats, mais cela n’a pas permis d’éviter la crise. La hausse des prix alimentaires, dans le monde et d’un bout à l’autre du Bangladesh, a également aggravé le problème de l’insécurité alimentaire dans la région des Hill Tracts.

La nutrition des enfants et des mères

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a déjà distribué du riz, du sel iodé et de l’huile de cuisine à 25 680 familles parmi celles qui sont le plus affectées par la crise alimentaire.

Image de l'UNICEF
© Kiron/UNICEF
Les routes sont rares dans la région, si bien certains bénéficiaires comme Halabi (sur la photo), ont fait un long trajet pour aller chercher leur ration de biscuits, de riz et d’huile.

Afin d’améliorer le contenu nutritif de ces rations, l’UNICEF ajoute à la distribution alimentaire des biscuits à haute teneur énergétique pour les enfants. Les enfants sont les plus vulnérables aux carences nutritionnelles et ils sont souvent les premiers à succomber lors d’une pénurie alimentaire.

Jusqu’à présent, 11 280 familles ont reçu des biscuits de ce type. On va procéder à une deuxième distribution de biscuits à ces mêmes familles le mois prochain.

L’UNICEF distribue également sur les quatre prochains mois, dans la région touchée, des micronutriments en poudre, la « poudre alimentaire », à 11 794 enfants de moins de cinq ans, 6 003 adolescentes, 1 201 femmes enceintes et 1 028 mères allaitantes, afin d’améliorer leur situation nutritionnelle.

« Le riz et les biscuits sont très utiles durant cette période difficile », dit Niron Kumar Chakma. « Avant de recevoir aujourd’hui cette nourriture, nous avons été forcés de passer de nos trois repas par jour à un seul repas. » 

Les distributions de rations d’urgence vont continuer pendant au moins un mois.


 

 

Vidéo (en anglais)

Août 2008 :
la correspondante de l’UNICEF, Elizabeth Kiem, décrit une saison difficile qui est devenue pire aux Chittigong Hills du Bangladesh.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche