Bangladesh

Le cyclone au Bangladesh : l’UNICEF et ses partenaires s’associent aux efforts de secours d’urgence

Image de l'UNICEF: Cyclone in Bangladesh
© UNICEF/2007/Abir Abdullah
Une mère déplacée avec ses enfants en quête d’un abri à Charpara, au Bangladesh.

Par Tim Ledwith

NEW YORK, États-Unis, 18 novembre 2007 – L’UNICEF et ses partenaires humanitaires au Bangladesh apportent de toute urgence des secours à des centaines de milliers de familles dans les zones dévastées par Sidr, le plus meurtrier des cyclones de ces dix dernières années à frapper ce pays démuni.

« L’UNICEF est sur le terrain et aide les populations sinistrées en leur fournissant de l’eau, des denrées sèches et des médicaments de base », a dit le Représentant de l’UNICEF au Bangladesh, Louis-George Arsenault.

« À présent, nous distribuons aussi des colis aux familles. Ils contiennent des produits essentiels afin d’aider les gens à reconstruire leur vie », a-t-il ajouté.

Plus de 3 millions de personnes touchées

Une dépression dans le golfe du Bengale est à l’origine de ce cyclone de catégorie 4, qui a frappé, il y a trois jours, la côte sud du Bangladesh et a ravagé tout le pays.. Les pluies torrentielles et les vents violents accompagnant le cyclone ont entraîné la mort d’au moins 2 000 personnes, d’après les premières estimations, alors que la presse indique aujourd’hui qu’il pourrait y avoir jusqu’à 10 000 victimes.

Cette énorme tempête a touché en tout plus de 3 millions de personnes et il y aurait 1 million de déplacés.

Image de l'UNICEF: Cyclone in Bangladesh
© UNICEF/2007/Abir Abdullah
Des enfants trouvent un abri à Charpara juste avant que le cyclone ne frappe le Bangladesh.

Alors que le cyclone et les routes coupées rendent difficiles les premières évaluations, le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies a signalé que ce cyclone avait endommagé sur une très vaste étendue bâtiments, récoltes et infrastructures. Il a également fortement perturbé la production d’énergie électrique, les télécommunications et l’approvisionnement en eau.

Les obstacles à l’évaluation des dégâts causés par le cyclone ont également entravé l’arrivée de l’aide humanitaire, en particulier dans les zones isolées.

Des mesures de préparation aux catastrophes

Néanmoins, l’équipe des Nations Unies dans le pays et les ONG partenaires participent aux secours, aux côtés du gouvernement, en fournissant des centaines de tonnes de biscuits à forte valeur énergétique et d’autres denrées nutritives, des produits pour la purification de l’eau et du matériel permettant de construire un abri pour ceux qui ont perdu leur logement.

Soucieux d’atténuer les effets du cyclone, le gouvernement a pris des mesures de préparation à la catastrophe avant même que le cyclone ait touché le pays, en particulier l’évacuation vers des sites plus sûrs d’environ 3,2 millions de personnes, le long de la côte, dans 15 districts.

En outre, le gouvernement et les organisations de secours ont constitué à l’avance des stocks de produits pour les secours et les sauvetages – notamment des denrées sèches, des médicaments, des tentes et des ustensiles de cuisine.

Mais les efforts de secours ne font que commencer pour de bon et beaucoup reste à faire. « Je demande instamment à la communauté internationale de garder le Bangladesh parmi ses premières priorités », a déclaré le Représentant de l’UNICEF, Louis-George Arsenault. « La reconstruction qu’il faut lancer suite aux ravages du cyclone aura besoin de toute l’aide possible. »


 

 

Vidéo (en anglais)

19 Novembre 2007:
Anwulika Okafor, correspondante de l'UNICEF, parle des conséquences du Cyclone Sidr au Bangladesh.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

Le Représentant de l’UNICEF au Bangladesh, Louis-George Arsenault, parle des ravages causés par le Cyclone Sidr avec Blue Chevigny, correspondante de Radio UNICEF.
AUDIO écouter

Recherche