Bangladesh

Les millions de personnes victimes des inondations au Bangladesh sont confrontées à une “situation désespérée”

Image de l'UNICEF
© Reuters/Rahman
Des victimes de l’inondation dans une école utilisée comme abri provisoire à Lauhajang, Bangladesh, à 70 km de la capitale, Dhaka.

Par Kun Li

NEW YORK, ETATS-UNIS, 7 août 2007 – Cette année, les pluies de mousson ont entraîné au Bangladesh une misère humaine sans précédent. Plus de la moitié des 64 districts du pays sont durement touchés par la catastrophe. De vastes secteurs de terres et de cultures sont inondées et des millions de personnes sont sans abri.

Pour les enfants et les familles vivant dans les camps et toujours isolés par les inondations, apparaissent les menaces de maladie et de famine.

«Depuis hier, le nombre de cas de diarrhée est passé bien au-dessus de 500, dépassant de loin ce que nous avions anticipé, affirme le Chef du service de la santé d’UNICEF Bangladesh, le Dr Iyorlumun Uhaa. La plupart des cas concernent les enfants de moins de cinq ans et nous pouvons raisonnablement estimer qu’il y a encore beaucoup plus de cas dans les endroits se trouvant hors de notre portée.»

«La bonne nouvelle, c’est que le Bangladesh produit des sels de réhydratation orale (SRO) qui sont utilisés pour traiter les cas de déshydratation diarrhéique, poursuit le Dr Uhaa. 

Les SRO sont habituellement disponibles dans les centres de santé au niveau des districts et des sous-districts.»

Le gouvernement a mobilisé plus de 700 000 équipes sanitaires mobiles ainsi que ses forces armées qui utilisent des bateaux pour atteindre les personnes en difficulté.

Huit millions de personnes déplacées

Vingt-six cours d’eau, particulièrement à l’intérieur et autour de la capitale, Dhaka,  se trouvent au-dessus de la cote d’alerte. Des secteurs de l’est de Dhaka sont aussi inondés. Près de 500 000 hectares de cultures ont été endommagés.

Selon les chiffres du gouvernement, un total de 8 millions de personnes ont été déplacées. Au cours des douze derniers jours, il a été fait état de 120 morts.

Image de l'UNICEF
© Reuters/Rahman
A Tangail, au Bangladesh, les riverains doivent se déplacer par bateau alors qu’un marché a été inondé par les eaux de crue.

«Avec les très fortes pluies de mousson et également une partie des eaux provenant des rivières de l’Assam, en Inde, et qui se jettent dans le fleuve Jamuna au Bangladesh, la situation est vraiment très, très mauvaise,» observe le Dr Uhaa.

Le gouvernement a mis en place plus de 1 200 abris parmi lesquels de nombreux bâtiments scolaires et des dispensaires pour recevoir les personnes déplacées. Mais davantage d’assistance est nécessaire.

Certains survivants continuent d’essayer de récupérer les effets personnels qu’ils pourraient sauver des eaux. «C’est une situation particulièrement désespérée pour les femmes, les enfants et les personnes âgées»,  explique le Dr Uhaa.

Intervention humanitaire en cours

Les agences de l’ONU se trouvant sur le terrain, dont l’UNICEF et le Programme alimentaire mondial (PAM), bénéficient d’une bonne coordination pour aider le gouvernement à réagir face à la crise. Utilisant des fournitures prépositionnées, par exemple, l’UNICEF a envoyé 15 millions de comprimés pour la purification de l’eau dans les zones concernées.

«Nous avons également expédié environ 400 000 sachets de solution saline et de médicaments de base pour une valeur de plus de 300 000 dollars, précise le Dr Uhaa. Nous avons prépositionné plus de 90 tonnes de BP5, un biscuit à haut pouvoir énergétique et, en collaboration avec le PAM et à travers les ONG, ils sont en train de parvenir jusqu’aux enfants et aux femmes enceintes.»

«En plus de tout cela, l’UNICEF offre des matériaux pour abris provisoires comme des bâches en plastique et des trousses familiales contenant des fournitures de base pour la survie quotidienne, note le Dr Uhaa. Nous estimons que les besoins de 1,7 million de personnes peuvent être couverts.»

En outre, au moins trois des dix unités mobiles de traitement des eaux acquises et prépositionnées par UNICEF Bangladesh ont été mobilisées à Sirajganj, un des districts les plus touchés.

L’UNICEF est actuellement en cours de discussion avec le gouvernement et les ONG en vue de distribuer de 480 colis d’éducation et 5 300 colis de loisirs afin de dispenser un   enseignement à des milliers d’enfants déplacés et de leur fournir un support psychosocial.


 

 

Audio (en anglais)

7 août 2007 :
Le Chef du service de la santé d’UNICEF Bangladesh, le Dr Iyorlumun Uhaa, s’entretient de l’étendue de la crise provoquée par la mousson dans le pays.

AUDIO écouter

Recherche