Bangladesh

Au Bangladesh, la Journée d’enregistrement des naissances contribue à garantir les droits de l’homme fondamentaux

Image de l'UNICEF: Bangladesh, birth registration
© UNICEF Bangladesh/2007/ Kiron
En recevant son extrait d’acte de naissance, Nathia va pouvoir bénéficier d’un bon nombre de droits fondamentaux, tels que l’accès à l’éducation et aux soins de santé.

Par Iftikhar Ahmed Chowdhury

DACCA, Bangladesh, 9 juillet 2007 – La semaine dernière, le Gouvernement du Bangladesh a célébré la Journée nationale d’enregistrement des naissances afin de souligner l’importance des extraits d’acte de naissance pour les adultes comme pour les enfants. Le 3 juillet, à l’Osmani Memorial Hall, à Dacca, on a fêté l’événement, organisé notamment par le Ministère des collectivités locales avec l’appui de l’UNICEF.

« Non seulement l’extrait d’acte de naissance est un document nécessaire pour bénéficier des services de base, mais c’est un élément fondamental dans le bien-être et la sécurité de l’enfant », a dit Shabnam Shahana, l’un des parents qui venait de faire enregistrer son nouveau-né, la petite Nathia.

Mafruza Sultana, 30 ans, a déclaré qu’encore récemment il ne lui semblait pas nécessaire de posséder un extrait d’acte de naissance. Mais, dans la mesure où elle travaillait à l’enregistrement de l’état-civil, elle avait le sentiment qu’il lui fallait appliquer les règles qu’elle préconisait. Mme Sultana figurait parmi les 10 adultes et enfants auxquels on a délivré un extrait d’acte de naissance à l’occasion de cet événement.

Image de l'UNICEF: Bangladesh, birth registration
© UNICEF Banglades/2007/ Sujan
Une mère reçoit un extrait d’acte de naissance pour sa fille qui vient de naître. C’est Mohammed Anwarul Iqbal, conseiller Collectivités locales et développement rural qui le lui délivre.
Les droits fondamentaux

Le Bangladesh a récemment rendu obligatoire la possession d’un extrait d’acte de naissance pour accéder à certains services publics tels que l’éducation et la vaccination, et pour exercer son droit de vote. L’extrait d’acte de naissance, en tant que tel, va garantir les droits fondamentaux de nombreux Bangladeshi.

Le gouvernement propose jusqu’en juillet 2008 un enregistrement gratuit des naissances.

« Nous devons expliquer haut et fort que l’enregistrement des naissances est gratuit jusqu’à mi-2008 », a déclaré la Représentante adjointe de l’UNICEF au Bangladesh, Rosella Morelli. Elle a qualifié l’enregistrement à la naissance de droit inhérent à l’être humain et affirmé que c’était la première étape vers l’acquisition du nom et de la nationalité.

Nécessité d’un « mouvement social »

Au Bangladesh, le pourcentage d’enregistrement des naissances se situe actuellement entre 7 et 10 pour cent. Grâce à l’aide de partenaires tels que l’UNICEF et l’organisation non gouvernementale Plan Bangladesh, le gouvernement s’efforce d’améliorer nettement ces chiffres.

Le conseiller Collectivités locales et développement rural, Mohammed Anwarul Iqbal, a souligné le rôle des médias ainsi que celui des enseignants et des dirigeants religieux dans la diffusion du message sur l’enregistrement des naissances, en particulier dans les zones rurales. Il a insisté sur l’importance de l’appui apporté par les donateurs, les ONG et tous les autres partenaires dans le domaine du développement.

« Il nous faut générer un mouvement social pour parvenir à notre objectif, » a dit M. Iqbal, « et heureusement nous ne sommes pas seuls. »


 

 

Recherche