Afghanistan

Un programme pour protéger les enfants vulnérables et les réunir avec leurs familles

Par Rajat Madhok

KABUL, Afghanistan, 14 septembre 2012 - Lorsque Suraiya avait 6 ans, son frère aîné s'est enfui avec la fille des voisins. Pour apaiser ces derniers, sa famille l’a donnée à la famille du voisin.

Pendant quatre années, cette famille l’a  forcée à se charger des corvées ménagères, la rouant de coups, la frappant à coups de pied, avec des bâtons, des couteaux et des barres de fer.

VIDÉO (en anglais) : 14 septembre - l’UNICEF travaille avec le gouvernement et des partenaires pour protéger les enfants vulnérables et les réinsérer dans leurs communautés.  Regarder dans RealPlayer

 

Suraiya s’est échappée mais elle s’est retrouvée en prison peu après, arrêtée parce qu’elle mendiait dans la rue.

Venir en aide aux enfants vulnérables

L’histoire de Suraiya  est loin d’être unique. Ses parents pratiquaient la baad, une coutume qui permet d’échanger des jeunes filles pour régler des dettes ou des conflits familiaux. Beaucoup de jeunes filles subissent des violences physiques et émotionnelles de la part de ceux qui les reçoivent.

Comme Suraiya, certaines filles parviennent à échapper à ces tortures – mais elles se retrouvent  souvent à la rue, sans abri, vulnérables et susceptibles d’être encore davantage exploitées.

Les enfants des rues en Afghanistan se débrouillent tous seuls. Ils errent dans les rues, et certains d’entre eux se livrent à de menus larcins. Beaucoup se retrouvent dans des centres de réadaptation pour mineurs. En l'absence de soutien familial ou juridique pour les protéger, ils subissent souvent de terribles violences, se font exploiter ou sont victimes d’abus sexuels.

Il existe cependant des centres où des travailleurs sociaux soutenus par l'UNICEF jouent un rôle essentiel. L'UNICEF travaille avec ses partenaires pour aider ces enfants à retrouver leurs parents lorsque cela est possible, grâce à des programmes de réinsertion qui incluent une assistance juridique et une aide psychosociale pour surmonter leurs traumatismes. Une fois réinsérés dans leurs familles, ces enfants peuvent  mener une vie normale, loin de la violence à laquelle ils ont  été confrontés.

Les travailleurs sociaux assurent la sécurité des enfants en les orientant vers des orphelinats ou des foyers sûrs. Ils contactent la famille des enfants et donnent des conseils réguliers. Après plusieurs sessions avec les familles et les enfants, les travailleurs sociaux réussissent souvent à rétablir la confiance des enfants et à reconstruire les familles.

L'histoire de Suraiya

Suraiya est passée d’un centre de rééducation pour mineurs, à un refuge géré par le gouvernement puis à un orphelinat pendant quatre ans.  À l'orphelinat, elle a rencontré un travailleur social. Formé et soutenu par l'UNICEF, le travailleur social a conseillé Suraiya pendant des heures chaque jour jusqu'à ce qu'elle réussisse à localiser la famille de l'adolescent.

Image de l'UNICEF
© UNICEFAfghanistan/2012/Froutan
Suraiya, 14 ans, a été aidée par un travailleur social lui-même soutenu par l’UNICEF et a été réunie avec sa famille. Il y a beaucoup d’autres enfants qui ont besoin d’aide pour être réunis avec leurs familles.

Suraiya a refusé de retourner chez ses parents et vit désormais avec sa tante, Rahila. Elle a maintenant 14 ans et frissonne en pensant aux années qu'elle a passées avec la famille de ses voisins alors que ses parents ne voulaient rien voir.  Des cicatrices couvrent le corps de la jeune fille, preuve des atrocités qu'elle a subies.

Mais ici, aux côtés de sa tante affectueuse, elle se sent en sécurité et protégée, et elle a commencé à recoller les morceaux de sa vie.

Un cadre pour l’avenir

La responsable à l'UNICEF de la protection de l'enfance, Micaela Pasini, souligne le rôle crucial des travailleurs sociaux dans la réunion des enfants avec leurs familles : « L'UNICEF, en collaboration avec le Gouvernement de l'Afghanistan et ses partenaires d'exécution, s’efforce de former des agents professionnels qualifiés et spécialisés dans la protection des enfants vulnérables comme Suraiya afin qu'ils puissent être réintégrés en nombres plus élevés dans leurs familles et communautés et  vivre dans un environnement protégé ».

Depuis 2010, 500 enfants des centres de réadaptation pour mineurs et détenus par la police à travers l'Afghanistan ont été libérés et réintégré avec succès dans leurs communautés. La plupart d'entre eux avaient été accusés d'avoir commis des infractions mineures. Grâce à l'intervention rapide des groupes de soutien social et des travailleurs sociaux, ces enfants sont maintenant de retour avec leur famille.

Mais il reste beaucoup à faire.  Il y a encore plus de 800 enfants dans les centres de réadaptation pour jeunes à travers l'Afghanistan, et, selon les données de 2008, plus de 12 000 enfants, orphelins ou non, vivent dans des orphelinats.

L'UNICEF appuie le Ministère de l'intérieur et de la Police nationale dans l'élaboration d'un système grâce auquel  les enfants accusés de délits mineurs ne sont pas mis derrière les barreaux, mais sont conseillés par des policiers, des travailleurs sociaux et des procureurs avant d’être réunis avec leurs familles.


 

 

Recherche